Laurent Garnier : "Lil Louis, c'est le patron"

A day with Laurent Garnier

La Sucrière

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Nuits Sonores / Douze ans que Laurent Garnier se pointe à chaque édition de Nuits Sonores, renouvelant sans cesse sa participation, d'un closing d'anthologie à un set pour les enfants, marquant de son empreinte l'histoire du festival. Cette année, le voilà curateur de trois scènes en une journée forcément à l'image de ce maître absolu de la techno en France : éclatée, pointue, festive, diverse. De Chassol à Jackmaster, la palette est aussi large que la curiosité de l'ancien résident de l'Hacienda. Suivez le guide. 

#Afrique
On sait d’où vient la musique électronique, et plus précisément la techno : ses racines, si l’on n'évoque pas l’Afrique... on oublie beaucoup de choses. On attendait un mouvement de ce continent depuis ces dix dernières années, avec des gens comme Buraka Som Sistema, comme Frédéric Galliano. Toute cette mouvance kuduro, ça a commencé à gratter les oreilles des gens ici. Depuis cinq ans, l'échange est beaucoup plus important : forcément, des choses reviennent à nos oreilles. C’est le bon moment. Et c’est tout à fait logique : ça fait longtemps que l’on se dit que c’est là-bas que ça va se passer, qu’il faut regarder. C’est à la fois un retour aux sources et une avancée. On a été tellement loin dans le côté extrêmement synthétique, très Blanc, qu'il faut revenir à un truc beaucoup plus Black. Je trouve ça très sain.

à lire aussi : Nuits sonores : Garnier invite Chassol et Jackmaster

#Chassol
Je l’ai fait jouer en concert privé pour la soirée de mes 50 ans. On était 100, uniquement mes proches venus passer deux jours pour fêter ce moment forcément important pour moi. J’avais envie de leur offrir quelque chose : quel est le groupe qui va mettre tout le monde d’accord ? L’idée de Chassol est venue tout de suite. Ce soir-là, il y avait des gens de soixante balais, pas du tout dans le milieu, de vieux amis, il y avait des gens beaucoup plus jeunes à fond dans la musique. Chassol a assis tout le monde. Parce qu’il a une vraie proposition. Quand tu le regardes, avec la vidéo, lui : il brille quand il joue. Pour tout te dire, quand on a hésité à réouvrir F Com au moment de mon album Home Box, le premier que je voulais signer, c’était Chassol. C’est un artiste qui me touche énormément.

#JayRobinson
#CopyPastSoul
#Jackmaster

Ils n’ont pas la place qu’ils devraient avoir aujourd’hui. Jay, ça fait des années qu’il fait des trucs techno moooortels, influencé par Détroit, puis par la bass music. Toutes ses productions sont super bien branlées. Comme pour les deux autres. J’avais envie d’une journée où l’on peut tout mélanger, pas forcément avec des gens avec qui je me sens en sécurité, car je n’ai joué avec aucun des trois. Je voulais présenter des artistes qui m’intéressent, avec une cohérence dans ce qu’ils défendent et ce que j’aime. Je ne sais pas du tout ce qu’ils vont amener dans leurs caisses : je les laisse tranquille, j’ai envie qu’ils me surprennent. Quand Nuits Sonores est venu me chercher pour être curateur d’une journée, de suite j’ai dit que je ne voulais pas faire un plateau techno. Dans les trois salles, il y a une cohérence : c’est moi. Des trucs très sérieux, d’autres plus légers comme les Meuh...

à lire aussi : Le bout du monde selon Chassol

#RadioMeuh
Je n’écoute pas de radio pour découvrir les artistes : je vais plutôt sur les blogs. Mais la radio fait partie de ma vie depuis tout gamin. Vers 14 ans, quand les radios FM ont explosé, un pote avait construit un émetteur et on faisait tous les vendredis Radio Teenager, on passait du funk et de la soul pour se brancher les gonzesses du lycée et surtout pour jouer de la musique. Quand j’étais môme, l’endroit le plus intéressant, c'était la radio : il n'y avait pas Internet. Je me levais à 1h du matin pour allumer la chaine de mon père, mettre un casque sur les oreilles et enregistrer des cassettes toute la nuit. C’est là où je découvrais les choses : je ne pouvais pas aller en boite, Paris était à une heure et demie de bus… C’est la radio qui m’a élevé musicalement, elle tient une place très importante dans mon cœur et c’est pour ça que j’ai commencé à en faire chez FG, que je suis resté chez Nova quasiment pendant 12 ou 14 ans. J’ai arrêté It is what it is il y a deux ans, au Mouv’, avec l'arrivée d'un nouveau directeur qui n’a pas été super élégant. Mais la radio me manquait énormément. Entre-temps, j’ai rencontré Phil de Radio Meuh grâce au festival Yeah, on est devenus extrêmement potes : on a les mêmes idées, le même humour. Je l’ai appelé, il n'osait pas me demander, il pensait que je n’accepterais pas. Je lui ai dit que j’avais envie de faire mon émission chez lui. Je travaille beaucoup avec les gens avec qui je me sens bien : je ne suis pas du tout stratégique. Je crois que ça se fait, travailler la stratégie... Je serais un DJ qui tourne beaucoup plus… Mais je me fous de tout ça ! Je veux me sentir bien. La notion de plaisir est primordiale : si je viens chaque année à Nuits Sonores c’est que je suis très copain avec Vincent (Carry, le directeur) et Pims (le programmateur), et c’est pareil avec Meuh : je me sens en famille. La radio, c’est une autre liberté, une soupape importante pour moi. J’ai même un émetteur… Il y a quelques années, à Ibiza, tellement les radios étaient nulles, on a fait Fuck You FM pendant toute une saison : j’ai loué une maison, mis une antenne sur le toit et pendant trois mois on a fait PBB, ma Web-radio, en live.

#LilLouis
Il reste peu de piliers de cette musique-là. Beaucoup ont jeté l'éponge. Lil Louis, c'est un sacré caractère : la première fois que je l'ai rencontré, c'est quand on l'a invité à notre soirée Wake Up au Rex Club, à Paris. Avec DJ Deep, on était tellement excités que l'on avait joué que du son de Chicago, du booty. Lil Louis est arrivé aux platines et nous a dit : "Je suis obligé de jouer cette musique ?". On a essayé de lui expliquer que c'était une marque de respect... Il n'a joué que du disco pendant plus d'une heure. Un peu dure, la première rencontre. Il est particulier, mais ça n'enlèvera jamais rien à son talent : tout ce qu'il fait est génial. French Kiss, cette idée de ralentir le tempo au milieu du morceau, puis de le faire repartir... C'était un pavé dans la mare, un morceau révolutionnaire. Quand c'est sorti, on pouvait l'entendre quatre ou cinq fois dans la même soirée sans problème, c'est tellement minimal, tellement groove... Il a vu la lumière, le jour où il a fait ça, Lil Louis. J'ai absolument toujours eu ses disques dans mes bacs, French Kiss mais aussi Black Out. Avec Derrick May et peut-être UR, ce sont les seuls. Lil Louis, c'est le patron.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 16 mai 2024 Le festival Nuits Sonores 2024 a marqué un tournant avec sa première édition aux Grandes Locos, un nouveau lieu qui a vibré au rythme des musiques électronique. Avec une programmation diversifiée et une affluence significative, le festival a su se...
Lundi 29 avril 2024 Année après année, la programmation du festival de musiques électroniques Nuits sonores s'étoffe, tant et si bien qu'on peut se perdre dans la (vaste) offre de concerts et DJ sets. Découvrez la sélection du Petit Bulletin !
Mardi 9 mai 2023 Musique pop, geek, avant-gardiste, artificielle, sons indisciplinés, mélodies lancinantes, et glitchées… Ces productions cristallines qui louchent vers le kitsch surchargé découlent d’un véritable mouvement : l’hyperpop. Plus qu’un genre musical,...
Mardi 24 janvier 2023 Ellen Allien, DJ emblématique de la scène berlinoise de la première décennie des années 2000, fait son retour à Nuits sonores ; la patronne de Bpitch Control était déjà là lors de la première édition, il y a vingt ans.
Mardi 24 mai 2022 En Chine, à Taïwan ou encore en Indonésie, une nouvelle scène novatrice et exploratrice renouvelle les codes des musiques électroniques et s'implante autour du monde : Nuits sonores s'en fait l'écho dans sa programmation.    
Mardi 24 mai 2022 Pas question pour Nuits sonores d’abandonner la scène 360°, née l'an dernier de la contrainte Covid, grâce à laquelle les artistes visuels que l’on appelait hier VJs sortent de l’ombre pour faire de l’image numérique un élément vivant au service de...
Lundi 25 avril 2022 Toujours curieux et singulier, le festival Superspectives accueille cette année quelques grands noms de la musique contemporaine et expérimentale : Gavin Bryars, Alvin Curran, Charlemagne Palestine…
Lundi 18 octobre 2021 L'utilisation temporaire de Fagor-Brandt est prolongée jusqu'en novembre 2023, à la demande des acteurs culturels occupant le lieu. Mais rien n'est résolu pour la suite qui, au contraire, semble se compliquer, la Métropole n'ayant rien anticipé.
Jeudi 29 avril 2021 Nuits sonores aura lieu pour la première fois en été, fin juillet, avec un format adapté, assis ou couché — mais bel et bien à Fagor-Brandt. L'European Lab se déroulera en juin uniquement sur Internet.
Vendredi 17 avril 2020 C'était prévisible : pourtant déjà reporté à fin juillet, le festival de musiques électroniques lâche l'affaire une seconde fois. Il n'y aura probablement pas d'édition 2020.
Lundi 23 mars 2020 Cette fois, c'est officiel : Nuits sonores reporte à son tour son édition 2020, qui se déroulera donc du 22 au 26 juillet. Les principaux modules (les (...)
Mercredi 29 janvier 2020 Dévoilement intégral ou presque de la programmation de Nuits sonores 2020 : une édition qui regarde beaucoup vers le passé et se recentre comme rarement sur la musique électronique, tout en continuant à dénicher de nouvelles pépites. On...
Jeudi 23 mai 2019 Avec ses 200m2 situés à quelques pas du Sonic, Baston est le nouveau QG des cultures alternatives, féministes et queer. Un lieu de boom et non de teuf. On vous explique.

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X