Café Society : Hollywoody boulevard

Café Society
De Woody Allen (ÉU, 1h36) avec Jesse Eisenberg, Kristen Stewart...

Le 47e opus de Woody Allen-réalisateur semble avoir été taillé sur mesure pour effectuer l’ouverture de la 69e édition du festival de Cannes : glamour, artifices et nostalgie des vieilles bobines s’y bousculent. On passe un charmant moment, sans être transporté…

Un film situé, au moins partiellement, dans les arcanes du Hollywood de l’âge d’or ne pouvait que finir (ou, à tout le moins, commencer sa carrière) sur la Croisette. Café Society tend une sorte de miroir temporel pareil à une vanité à la foule des producteurs, cinéastes, comédiens, agents qui se pressent aux marches du Palais et dans les réceptions pour participer à la gigantesque sauterie cannoise. Car du cinéma, il ne montre absolument rien si ce n’est un extrait de La Dame en rouge (1935) de Robert Florey. En cela, il se situe aux antipodes de Avé César des frères Coen qui avait effectué l’ouverture de la Berlinale. Ici, les stars demeurent cachées dans leurs résidences exubérantes, ou des noms évoqués par paquets de dix, d’éphémères symboles de puissance dans l’Usine à rêve, totalement privées de substance et d’incarnation.

à lire aussi : "J'ai toujours vu le monde comme une tragédie"

Woody et ses doubles

C’est plus la nostalgie jazzeuse, l’élégance du cadre et les vestes cintrées qui intéressent Woody Allen dans ce décor-prétexte. Les plateaux, il leur a déjà réglé leur compte dans Hollywood Ending (2002), comédie décriée et pourtant débordant de charme burlesque. Un réceptacle dans lequel le cinéaste peut animer un nouvel avatar de sa personne, campé par Jesse Eisenberg, excellent dans le costume engoncé du New-Yorkais juif gringalet s’aventurant en Californie, réussissant avec la vie et les femmes, malgré des déconvenues sentimentales, des yeux écarquillés et une famille pittoresque. Mais Eisenberg n’est pas son seul alter ego : depuis qu’il a renoncé à être son propre interprète, Woody se disperse davantage à l’écran, s’incarnant dans des personnages de tous âges, conférant à certains dialogues entre les protagonistes masculins d’étranges allures de monologue. Les héroïnes sont quant à elles glamourisées au moins autant que les joueurs de jazz — ce qui n’est pas peu dire.

What else ?

Mais à trop ciseler son enveloppe, le réalisateur n’en a-t-il pas oublié de soigner sa missive ? On ne peut qu’être admiratif de la grande élégance formelle de Café Society, dont l’image porte indubitablement dans ses intérieurs en clairs-obscurs et ses lumières mordorées la marque de Vittorio Storaro, le directeur photo de Bertolucci ou Coppola, tout en constatant qu’il lorgne vers un classicisme par trop rassurant.

à lire aussi : Blue Jasmine

Woody Allen semble ne pas avoir envie de forcer son talent, en refusant de donner une issue sévère à son mélodrame — ce qu’il a pourtant su faire avec habileté dans un passé récent (voir Blue Jasmine). Certes, ses personnages évoquent à plusieurs reprises la question de la dualité amoureuse et de l’impasse de tout choix, mais le réalisateur paraît lui aussi avoir eu de la peine à trancher, préférant se contenter d’un flou timoré. Cette conclusion en suspens renforce l’impression générale d’avoir passé un moment agréable en leur compagnie, mais sans la magie espérée. Quand Woody Allen promet un café, on s’attend à avoir le petit chocolat et le biscuit croquant en supplément. Il y a tout juste ici la touillette et le sucre… Un peu frustrant pour les gourmands.

Café Society de Woody Allen (E-U, 1h36) avec Jesse Eisenberg, Kristen Stewart, Steve Carell…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 29 mai 2020 Un jeune couple pris au piège dans une maison-témoin diabolique doit élever jusqu’à l’âge adulte un bébé tyrannique comme tombé du ciel. Une fable de circonstances, entre "Le Prisonnier", "La Malédiction" et le mythe de Sisyphe. En VOD.
Mercredi 29 avril 2020 Un mois et demi après la fermeture des salles, l’exploitation cinématographique traverse la pire crise de son histoire. En attendant une reprise dont nul ne se risque à fixer la date, des salles maintiennent le contact avec leurs spectatrices et...
Mardi 3 décembre 2019 Attention, curiosité ! Près d’un quart de siècle après sa sortie, le premier long-métrage des Frères Quay revient sur les écrans. Cette renaissance “hors du (...)
Jeudi 25 juillet 2019 Recrutée par le Mossad pour infiltrer une entreprise iranienne, Rachel a dérogé aux règles en nouant une liaison avec l’homme qu’elle devait espionner. Des années plus tard, elle reprend contact avec son superviseur avec à la clef un marché visant à...
Mercredi 13 février 2019 En général, la fonction crée l’organe. Parfois, une disposition crée la fonction. Comme pour l’ancien vice-président des États-Unis Dick Cheney, aux prérogatives sculptées par des années de coulisses et de coups bas, racontées ici sur un mode...
Mardi 10 janvier 2017 En 2016, 700 films ont déferlé sur les écrans — ne vous fatiguez pas à poser la division, cela fait un peu plus de treize nouveautés par semaine. Si tous (...)
Mardi 20 décembre 2016 Une semaine ordinaire dans la vie de Paterson, chauffeur de bus à Paterson, New Jersey et poète à ses heures. Après la voie du samouraï, Jarmusch nous indique celle d’un contemplatif alter ego, transcendant le quotidien sur son carnet. Une échappée...
Mardi 15 novembre 2016 Portrait d’une banlieue par des jeunes qui la vivent au présent et ont foi en l’avenir, dans un documentaire de création bariolé, sans complaisance mortifère ni idéalisation naïve. Stimulant.
Mardi 8 novembre 2016 Un homme recherche l’agresseur de son épouse en s’affranchissant des circuits légaux. Mais que tient-il réellement à satisfaire par cette quête : la justice ou bien son ego ? Asghar Farhadi compose un nouveau drame moral implacable, doublement primé...
Mardi 30 ao?t 2016 Oubliez son discours survolté lors de la remise de sa Caméra d’Or à Cannes et considérez le film de Houda Benyamina pour ce qu’il est : le portrait vif d’une ambitieuse, la chronique cinglante d’une cité ordinaire en déshérence, le révélateur de...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !