Sartre, en boîte

Huis Clos

Le La Voir au Public, Espace Culturel

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Théâtre / Transposant Huis clos dans un nightclub, Olivier Rey utilise au mieux son espace incongru et donne une nouvelle fraîcheur à un texte vieillissant.

Que faire dire encore à ce Huis clos que Sartre écrivit en 1944, juste avant son essai L'Existentialisme est un humanisme ? Ils sont trois à débarquer en Enfer, des morts plus que vivants qui ne cessent de se chercher des noises – ou de se séduire mais c’est la même chose : ils empiètent sur l’autre. Estelle assume son infanticide au nom de sa liberté avec une aisance qui n’a rien d'exagéré ; Garcin, dans une volonté de tout contrôler, se jauge à l’aune de ses deux congénères et se heurte à ce que son sexe ne soit pas avec évidence le plus fort. Inès n’a pas besoin de revêtir un tee-shirt légèrement connoté pour que son homosexualité affirmée ne suscite le rejet puis la curiosité.

Les trois comédiens, tous parfaitement en place, y compris Mariek Sergent – dont ce n’est pas le métier : elle est la Tatie Charby qui anime vos nuits, notamment au Lavoir – mènent avec brio ce bal pas si mortuaire que cet au-delà ne le laisse supposer..

Électro et électrique

Dans cette énième version de la pièce la plus jouée du philosophe, bien souvent les personnages sont prisonniers d’un espace indéfini, sans dehors et sans dedans non plus, et n’ont qu’à fixer une ligne d’horizon bien vaine pour figurer les scènes où l’auteur les invite à regarder ce qui se passe sur terre.

Non seulement la configuration bi-frontale imposée par le Lavoir casse ce rapport binaire scène-salle mais en plus, en gardant un des objets phare du lieu – une boule à facettes – Olivier Rey fait de la multiplicité des petits miroirs le très juste contre-champ de ce qui se passe ailleurs, comme une série de caméras de surveillance miniature. Il redonne un cadre hors-champ tangible.

Et associe la fin de la vie du trio à une fin de fête, supposant ainsi que rien ne se termine vraiment. S’autorisant une incartade (et une magnifique réminiscence du générique mythique de 7/7), il fait également surgir une Simone du Peignoir donnant l’exégèse de ce texte : une commande de trois comédiens susceptibles exigeant d’être tous de façon égale, au plateau. S’il interprète lui-même et de façon trop dilettante ce passage, Olivier Rey signe un retour à la mise en scène convaincant en décloisonnant habilement ce Huis clos.

Huis clos
Au Lavoir Public du lundi 30 octobre au vendredi 3 novembre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 10 juillet 2020 Y être allé, y aller, y retourner. L'Ardèche, quasi deux fois moins peuplée que la ville de Lyon, n'offre pas "que" des balades en kayaks et la copie de la Grotte Chauvet. C'est aussi une terre qui choie ses artistes à commencer par le peintre naïf...
Mardi 28 janvier 2020 Olivier Rey, directeur du Lavoir Public, annonce son départ en septembre prochain, à l'occasion du renouvellement de la convention entre le lieu et la mairie du 1er.
Mardi 7 novembre 2017 Homme de théâtre, agitateur de talent, il dirige de main de maître Le Lavoir Public, l'un des lieux les plus excitants de la ville, où il a mis en scène un Huis clos qu'il a dépoussiéré, et où il organise quelques fêtes mémorables. On lui...
Vendredi 13 mars 2015 Le Lavoir public, lieu d'art et de vie berlinois par excellence, a récemment fait appel au financement participatif pour renflouer son budget. Alors que le slogan «arm aber sexy» ne lui est jamais si bien allé, Olivier Rey, l'un de ses deux...
Mardi 20 mai 2014 Depuis son ouverture, le Lavoir s’est imposé comme un lieu incontournable en matière d'expérimentation artistique et festive - en dépit de sa fermeture à (...)
Vendredi 29 novembre 2013 Pas besoin de décor. Même les plus grands, comme Claude Régy ou Bob Wilson, se contentaient d’un espace vide. Des cubes feront office de canapé. Sven (...)
Mercredi 8 février 2012 La première soirée théâtre au Lavoir public aura lieu ce soir 8 février à 20 heures. La soirée intitulée «Gilles Deleuze bonsoir» invite à découvrir : «un Gilles (...)
Jeudi 2 février 2012 Pour 365 jours, Olivier Rey et Julien Ribeiro ouvrent dans un ancien lavoir le «Club Théâtre», un espace de spectacle vivant transversal. Ni une friche bordélique, ni une institution trop policée, soit exactement l'aventure un peu floue qui manquait...
Jeudi 1 décembre 2011 C’est dans l’air. Les artistes, citoyens hautement revendiqués, semblent plus que jamais assoiffés de questionnements politiques. Sur les écrans, le (...)
Lundi 9 novembre 2009 Portrait / Olivier Rey est metteur en scène. À 33 ans, il fait partie de la jeune garde qui a envie de bousculer les codes. Avec L’Achat du cuivre, présenté au Théâtre le Point du Jour, il propose une réflexion sur le théâtre, le jeu, l’engagement...
Mercredi 10 octobre 2007 Table ronde / Il fallait y penser, le théâtre des Ateliers l'a fait. Ce n'est plus un, mais quatre metteurs en scène qui prennent leurs quartiers au théâtre : Gilles Chavassieux, Simon Delétang, Catherine Hargreaves et Olivier Rey. Qu'est-ce que...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X