Philippe Mangenot : « tout le monde est à Avignon ! »

Festival d'Avignon | 1538 spectacles, 133 lieux, 440 pages de programme. Le Off d'Avignon (du 6 au 29 juillet) bat tous les records. Faut-il se jeter dans la jungle ? Pour quelles retombées ? Dialogue avec le Lyonnais Philippe Mangenot, qui dirige la compagnie Théâtres de l’Entre-Deux.

Nadja Pobel | Mercredi 11 juillet 2018

Photo : Regardez la neige qui tombe © DR


Vous étiez déjà venu avec Hamlet 60 en 2013 et c'est la seconde année consécutive que vous présentez Regardez la neige qui tombe. Qu'est-ce qui vous pousse à revenir ?
Philippe Mangenot :
J'étais venu pour la première fois avec un spectacle de Camille Germser - déjà au Petit Louvre - que j'administrais et produisais. C'est riche de ces aventures que je reviens : c'est très chouette en terme de public, de diffusion, de presse. Peut-être parce que je suis tout le temps dans le même théâtre et que l'accueil, la relation avec le public, sont bien. Bien sûr, ça coûte de l'argent mais il y a une dimension humaine et c'est pour ça que je ne change pas de lieu. Une fidélité avec le public se crée.

Quand vous venez pour la première fois avec Hamlet 60, vous vous dites que pour que le spectacle vive il faut vraiment passer par la case Avignon ?
Oui. Je l'ai créé au Théâtre de l'Iris. On jouait quinze jours et seulement deux programmateurs sont venus. Si je voulais que ce travail, que je portais depuis deux ans, ait une vie, il fallait venir. On l'a joué près de 70 fois, Avignon compris. Ç'a donné un vrai souffle au spectacle avec une chose rare : jouer une série de 23 dates. J'aimerais le faire ailleurs, mais ce n'est pas le cas.

Ça signifie aussi que le spectacle a été joué hors de la région Auvergne-Rhône-Alpes car les programmateurs venus à l'Iris sont locaux ?
J'ai joué en Suisse, à Paris pendant une semaine, à Sarlat. Ç'a ouvert des pistes que je n'avais pas.

C'est pour cela que vous amenez Regardez la neige qui tombe ?
Oui. Il y a toujours un risque financier, car on est une compagnie professionnelle qui paye les gens. Hamlet 60 nous a coûté 70 000€ qui recouvrent la location du lieu, le salaire des acteurs, le logement pendant un mois. C'est un investissement important d'autant qu'en 2013, je n'étais quasiment pas subventionné.

Était-ce rentable sur Hamlet 60 ?
J'ai équilibré. Parce qu'on a eu le soutien de l'ADAMI, que ça a bien marché en terme de public et on a la totalité de la recette.

Était-ce le même risque l'an dernier avec Regardez la neige qui tombe ?
Le risque était plus petit. Nous sommes deux au plateau et pas quatre, mais le spectacle a été complet trois semaines sur quatre donc c'est très agréable.

Pourquoi revenez-vous si tout le monde l'a vu ?
Les gens du Petit Louvre nous l'ont conseillé. J'avais une petite déception en terme de diffusion. On a eu moins de programmateurs que sur Hamlet. Je ne sais pas si c'est parce que c'est Tchekhov, que c'était très intimiste, que, contrairement à Hamlet, on se coupait des grands théâtres et des scènes nationales, car il nous faut une jauge de 250 places maximum. On est revenu aussi pour prendre des rendez-vous, rencontrer des programmateurs, parler de la prochaine création (*). Tout le monde est à Avignon !

Comment exister dans la masse de spectacles ?
Faire des parades dans la rue, je ne peux pas et je ne m'imagine pas le demander aux acteurs. En revanche, c'est quand même le seul endroit où, comme hier, je peux discuter avec trois dames que je ne connaissais pas. On a parlé du théâtre, elles sont venues voir le spectacle et on a échangé de nouveau après. Ces rencontres peuvent avoir lieu, ici, en tractant. Quand des personnes me disent qu'elles ne pourront pas venir au spectacle, ça n'empêche pas de parler de Tchekhov.

Comment sort-on de trois semaines d'Avignon ?
Je fais une semaine de jeûne car j'ai besoin de me laver à tous les niveaux ! On est dans un intense tourbillon : j'ai besoin de retrouver une simplicité, une solitude.

Regardez la neige qui tombe
Au Petit Louvre dans le cadre du Festival d'Avignon à 15h50

(*) La prochaine création sera Pig Boy de Gwendoline Soublin

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Puces du Canal : sur la route d’Avignon… mais à Villeurbanne

Théâtre | Les Puces du Canal lancent dès maintenant un appel à projets pour un mini festival d’Avignon Off, programmé fin juin.

Nadja Pobel | Mercredi 21 avril 2021

Puces du Canal : sur la route d’Avignon… mais à Villeurbanne

Oui ? Non ? Pour l’instant, impossible de savoir si le Off se tiendra à Avignon ; quasi exclusivement en intérieur, il ne part pas avantagé par rapport au In (prévu du 5 au 25 juillet), dont la programmation (plus musclée que jamais) a été annoncée longuement fin mars. Mais ça n’a pas empêché l’équipe des Puces du Canal (à Villeurbanne) d’imaginer un projet culturel sous leur chapiteau pouvant accueillir de 500 à 3000 personnes : Sur la route d’Avignon. L’idée ? Programmer dans un mini-festival, du 24 au 27 juin, quatorze spectacles tout public (en après-midi et soirée) et neuf jeune public (en matinée) afin qu’ils soient vus aussi ici, par le public (s'il est autorisé à venir) et par des professionnels du spectacle vivant (soit qui ne peuvent pas se rendre à Avignon, soit qui y seront noyés dans la masse — rappelons que plus de 1500 spectacles sont présentés dans le Off en trois semaines !). Un appel à projets est d’ores et déjà lancé pour cette manifestation aux P

Continuer à lire

Les mutations de Gwendoline Soublin

Théâtre | Deux spectacles jumeaux et un compagnonnage solide s’annoncent à l’ENSATT où les Clochards Célestes programment les textes de Gwendoline Soublin mis en scène par Philippe Mangenot. Où il est question de la rudesse de la ruralité et d’abandon.

Nadja Pobel | Mardi 10 décembre 2019

Les mutations de Gwendoline Soublin

La folie rôde toujours au détour des phrases de Gwendoline Soublin. Née en 1987, formée notamment à l’ENSATT (département écrivain), la trentenaire creuse la façon dont se débattent ses contemporains avec les contraintes d’une société marchande et déshumanisée. Ses personnages extrapolent, s’inventent des fictions, délirent parfois dans le sens le plus salutaire qui soit. On dit que Josepha, présenté au festival En acte(s) en 2018 dans son plus simple appareil (des tréteaux, et une semaine de travail) mène sur un parking du très bien nommé Babylone-sur-Isette qui dit l’ancrage territorial et les rêves d’ailleurs. Une jeunesse désœuvrée s’amuse à jouer aux durs pour passer le temps sur le thème « on dit que… » jusqu’à évoquer une vieille dame, Josepha, et ses intentions étranges. Trouble. D’autant que des coccinelles ont envahi les lieux. Dans Pig Boy, l’autrice se remémore son grand-père agriculteur breton, les suicides quotidiens de cette profession et la crise du cochon. Elle invente la suite avec brio, façon

Continuer à lire

Le retour d'En acte(s)

Théâtre | Revenir à l'essence du texte sans non plus céder à la lecture. Fixer des règles : un écrit original pour cinq acteurs maximum, une heure de jeu, huit (...)

Nadja Pobel | Mercredi 19 septembre 2018

Le retour d'En acte(s)

Revenir à l'essence du texte sans non plus céder à la lecture. Fixer des règles : un écrit original pour cinq acteurs maximum, une heure de jeu, huit jours de répétition, pas d'effets techniques ou à peine. Voilà En acte(s), né au Lavoir en octobre 2014, à l'initiative du comédien Maxime Mansion, et qui depuis s'est développé sur des périodes plus au moins longues aux Clochards Célestes, au TNP. Deux propositions reviennent au Théâtre de l'Élysée du 20 au 22 septembre : d'une part Irrépressible de Kevin Keiss mise en scène par Baptiste Guiton. De l'autre, On dit que Josepha de Gwendoline Soublin, issue de l'ENSATT, porté à la scène sur des tréteaux reconstitués à L'Élysée par Philippe Mangenot (à l'origine d'une belle variation sur Tchekhov, Regardez la neige qui tombe). Ici, il s'empare de l'ennui d'adolescents qui traînent sur des parkings et imaginent la vie de leurs voisins, dont une certaine Josepha, se jouant ainsi du réel. Doux, tendre et amer.

Continuer à lire

À l'école de Molière

Théâtre | La promo du Conservatoire de Lyon s'empare cette semaine de quatre Molière en tirant leurs rôles au sort. Qu'est-ce que ce théâtre fleuve ?

Nadja Pobel | Mardi 25 avril 2017

À l'école de Molière

Molière, oui, mais « de Vitez ». Entendez par-là les versions du metteur en scène, acteur et pédagogue Antoine Vitez, montées en 1978 et 79 avec les élèves du Conservatoire national de Paris. Gwenael Morin a repris ce modèle : des comédiens, juste des comédiens ; ceux du Conservatoire régional de Lyon. Cette aventure-là débute en 2013. Et voici qu'après trois ans de jeu, et notamment parce que leur passage unanimement salué aux Amandiers-Nanterre en janvier 2016, a entraîné des sollicitations pour poursuivre l'aventure, ce groupe cède sa place aux nouveaux diplômés sortis il y a moins d'un an de cette formation. C'est avant tout une histoire de passation, dont Gwenael Morin est resté éloigné, laissant à Philippe Mangenot le soin de piloter la suite. En juin dernier, alors qu'ils valident leur diplôme d'études théâtrales, les douze étudiants reçoivent cette proposition de continuer à travailler ensemble et les rôles de Tartuffe, Dom Juan, Le Misanthro

Continuer à lire

Anna Petrovna, Macha, Anton et les autres

Théâtre des Clochards Célestes | Il est des surprises qui dans l'atonie théâtrale automnale ravissent. Regardez la neige qui tombe... est de celles-là. Le comédien et metteur en scène (...)

Nadja Pobel | Mardi 13 décembre 2016

Anna Petrovna, Macha, Anton et les autres

Il est des surprises qui dans l'atonie théâtrale automnale ravissent. Regardez la neige qui tombe... est de celles-là. Le comédien et metteur en scène Philippe Mangenot nous avait déjà cueilli avec sa version de Chaise de Bond ou Hamlet. Courtes, percutantes et sans fioritures : ses créations se font au scalpel, sans être brutales pour autant. Elles sont justes. Il poursuit son compagnonnage avec André Markowicz, traducteur de Shakespeare et aussi de toute (ou presque) l’œuvre de Tchekhov avec Françoise Morvan. Mangenot, en une heure à peine, raconte la vie brève de Tchekhov (mort à 44 ans), ses amours, ses études de médecine, son engagement auprès des bagnards de Sakhaline, son prix Pouchkine tout juste obtenu. Et ses écrits, magistraux, résonnent avec Platonov, L'Ours, La Mouette ou Oncle Vania. L'immense force de ce travail est de détruire immédiatement le quatrième mur sans le brandir en étendard. Le spectacle ne prend pas le te

Continuer à lire

Miroir, mon beau miroir !

SCENES | Avant que l’épilogue ne soit énoncé, la blanche Ophélie, inanimée, se reflète dans un miroir incliné et tremblant. L’eau semble la recouvrir doucement. Elle apparaît (...)

Nadja Pobel | Vendredi 9 mars 2012

Miroir, mon beau miroir !

Avant que l’épilogue ne soit énoncé, la blanche Ophélie, inanimée, se reflète dans un miroir incliné et tremblant. L’eau semble la recouvrir doucement. Elle apparaît enfin paisible. Cette scène est simple, sans fioriture et déchirante. Quand il travaillait dans un cabinet de notaire, William Shakespeare aurait participé à une enquête afin d’élucider comment une jeune fille était morte, par accident ou par suicide. Elle s’appelait Katherine Hamlet nous dit le narrateur. Belle anecdote qui boucle la boucle de ce spectacle à la fois construit et déconstruit comme un jeu de lego. Le metteur en scène et acteur Philippe Mangenot voulait, depuis sa rencontre en 2006 avec l’intournable traducteur André Markowicz, faire entendre la langue du dramaturge anglais en en donnant «une lecture linéaire et systémique». Pour la linéarité, tout le récit est balayé dans le premier quart d’heure : le roi du Danemark est mort, son frère a pris sa place sur le trône et épousé sa veuve mais Hamlet, fils du défunt, et amoureux de la belle Ophélie, cherche à se débarrasser de son oncle assassin. Mille fois ressassée, cette histoire est toujours une source inépuisable de mises en scène (à commenc

Continuer à lire