Changement dans la continuité (et vice-versa)

Le nouveau directeur de la Cinémathèque de Grenoble, Guillaume Poulet, a la lourde charge de remettre la structure sur le devant de la scène, tout en composant avec l’existant. Heureusement, ce ne sont pas les projets ou la bonne volonté qui manquent. Propos recueillis par François Cau

Petit Bulletin : Comment se passe le passage de relais avec Michel Warren (tête pensante historique de la structure, NDLR) ?
Guillaume Poulet : Il est en train de se faire. Michel continue à travailler à la programmation, est toujours présent aux soirées de la Cinémathèque… Globalement ça se passe bien, j’ai une grande marge de manœuvre au quotidien - ce qui joue aussi, c’est l’arrivée depuis septembre d’un nouveau président, Nicolas Tixier, un proche de la Cinémathèque depuis très longtemps, qui a envie que le lieu se développe et redore un peu son blason. Les soubresauts qu’a pu connaître la Cinémathèque ces derniers temps ont peut-être entamé le crédit qu’elle pouvait avoir ; la volonté de Nicolas et la mienne est de repartir sur de bonnes bases, et d’assurer à la fois une forme de stabilité et le développement du projet, des idées, des collaborations.

Sentez-vous de la part des collectivités une prise de conscience de l’importance d’un tel lieu ?
La difficulté vient du fait que chaque personne a son idée de ce que devrait être une cinémathèque de province, ou du moins dans une ville comme Grenoble. J’entends bien le débat, le désir pour certaines personnes de partir sur un axe régionaliste, insister sur le côté “films de montagne“ – c’est vrai qu’il y a une présence marquée dans nos fonds, mais on tient aussi à ne pas se laisser enfermer là-dedans. Pour nous, c’est important de valoriser notre fonds dans toute sa largesse et son éclectisme, qui va de films de Méliès ou des frères Lumières jusqu’à des dépôts de films récents, c’est une richesse qui nous permet aussi de répondre à des sollicitations, de faire des propositions à des partenaires culturels ou autres. Le tout est d’arriver à concilier tous les points de vue différents, tout en conservant l’identité qui s’est créée depuis cinquante ans.

Comment souhaitez-vous voir évoluer l’événement phare de la Cinémathèque, le festival du court ?
Il n’y aura pas de grosse révolution. Des évolutions, oui, tout le monde en a envie, y compris dans l’équipe du festival et de la cinémathèque. C’est vrai qu’on arrive à la 33e édition, il faut y réfléchir. Des choses ne changeront pas, on reste, du moins pour 2010, sur des supports pellicule – on n’est pas encore prêts logistiquement et financièrement à franchir le pas du numérique. Les grands principes resteront les mêmes, mais la volonté est de s’ouvrir et de réfléchir à des collaborations, des partenariats, éventuellement internationaux. On a déjà quelques pistes.

Avez-vous d’autres projets ?
Nicolas a impulsé un événement qu’on est en train de mettre en place pour l’année universitaire 2010-2011, un cycle sur le thème de la traversée urbaine. L’idée étant de coupler une séance de cinéma avec d’autres interventions, une conférence, un cours ou une discussion, le tout réparti sur 7-8 rendez-vous pendant l’année. Ça se fera en partenariat avec l’Université Stendhal, l’Ça se fera en partenariat avec l’Université Stendhal, l’Ecole d’Architecture, l’Institut d’Urbanisme de la région grenobloise, la Maison de l’Architecture… ça restera ouvert au très grand public, on veut avant tout ouvrir de manière large à d’autres arts, à des structures ou associations culturelles qui travaillent autour de la ville, comme le collectif Ici-même par exemple. On a également en tête un projet qui pourrait devenir récurrent autour du remake, avec cette idée que le premier rendez-vous soit autour de Rio Bravo, un film que Nicolas et moi adorons – on aurait une programmation de quatre films, avec donc Rio Bravo, Assaut de John Carpenter, Nid de guêpes de Florent Emilio-Siri et Assaut sur le central 13 de Jean-François Richet. La notion de remake ouvre énormément de portes, on est pleinement dans une programmation de type cinémathèque. Enfin, on essaie de prendre contact avec tous les lieux culturels, je tiens vraiment à créer des passerelles.

D’après tout ce que vous venez de me dire, on ne peut que constater le virage éditorial conséquent à l’œuvre, avec notamment des choses que ne cautionnait pas vraiment Michel Warren…
Euh… Joker ! Je pense que ce n’était pas forcément sa vision de la Cinémathèque. J’ai envie de concilier sa vision historique, dans la foulée d’Henri Langlois au moment de la création de la Cinémathèque Française, avec cette volonté d’ouverture qui rejoint ce que j’ai pu faire par le passé en étant exploitant art et essai. Le tout, évidemment, sans marcher sur les plates-bandes des cinémas art et essai de l’agglomération grenobloise. Et les choses avaient commencé à se faire avant que je n’arrive ; je résume également beaucoup d’idées et de pistes en quelques mots… Plus qu’un virage, c’est une volonté d’ouvrir le spectre, sans arrêter ou remettre en cause ce qui a été fait.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 2 octobre 2023 C’est une période de transition qui s’ouvre pour la Cinémathèque de Grenoble, après un début d’année pour le moins tumultueux. Lancement d’un nouveau cycle de projections, mise en place de différents chantiers pour faire évoluer la perception de la...
Vendredi 22 avril 2022 La Cinémathèque de Grenoble propose une visite guidée passionnante sur les traces des anciennes salles obscures du centre-ville. Place Grenette, avenue Alsace-Lorraine, rue de Palanka… une petite promenade instructive mêlée d’anecdotes amusantes.
Mardi 1 mars 2022 Dans le cadre de son luxuriant cycle "L’invitation au voyage", la cinémathèque de Grenoble propose de découvrir deux perles rares amplement passées inaperçues à leur sortie : "Les Naufragés de l’île de la Tortue" de Jacques Rozier, et...
Mardi 4 janvier 2022 De toutes les idoles féminines de la Nouvelle Vague, elle est celle dont l’aura a toujours été accompagnée d’un mystère aussi paradoxal qu’insondable ; celle aussi qu’une mort prématurée aura vitrifiée dans ses légendes précoces et successives, à...
Mardi 21 septembre 2021 Dévoilée il y a quelques jours, la programmation de saison de la Cinémathèque de Grenoble s’articulera de septembre à décembre autour d’un cycle intitulé "La machine à parler d’amour", ponctué de plusieurs séances spéciales. Décryptage.
Mardi 29 juin 2021 Après l’édition virtuelle de 2020, la Cinémathèque de Grenoble renoue avec une forme plus classique de son Festival du film court. Tout en changeant de décor.
Mardi 29 juin 2021 Les événements organisés en plein air cet été sont longtemps restés incertains. D’où l’idée de la Ville de Grenoble d’en regrouper plusieurs à l’Anneau de vitesse. Une bonne solution ? On a posé la question à quelques-uns des intéressés.
Mardi 8 décembre 2020 Animation. Avec le fabuleux "Tokyo Godfathers", le génie regretté de l’animation japonaise Satoshi Kon livrait en 2003 une relecture aussi singulière qu’émouvante du traditionnel conte de Noël.
Mardi 17 novembre 2020 Ne pas perdre le lien avec son public : c’est l’objectif premier de l’établissement grenoblois, qui renoue donc avec ses ateliers virtuels tout en se préparant à diffuser d’autres contenus en ligne.
Mardi 10 mars 2020 La Palme de l'originalité à la Cinémathèque de Grenoble : jeudi 12 et vendredi 13 mars, l'établissement programme une série de films taïwanais. De quoi surprendre... agréablement !
Mardi 18 février 2020 La Cinémathèque de Grenoble ne fait pas relâche pendant les vacances. Des cours de critiques de films y seront proposés les 21 février et 6 mars, à 13h30, par un (...)
Mercredi 27 novembre 2019 Contribuer à la diffusion d’informations précises et fiables : c’est l’un des objectifs de la Cinémathèque de Grenoble lorsqu’elle organise des ateliers Wikipédia. Peggy Zejgman-Lecarme, sa directrice, en explique le fonctionnement.
Mardi 15 octobre 2019 Pour inaugurer son cycle consacré aux comédies américaines, la Cinémathèque de Grenoble a eu l’excellente idée de programmer coup sur coup deux des films les plus emblématiques du réalisateur John Hughes, "Breakfast Club" (1985) et "La Folle Journée...
Mardi 16 mai 2017 Samedi 20 mai, c’est la fameuse Nuit européenne des musées, événement couplé en Isère à un week-end baptisé Musées en fête. On a bien lu tous les programmes des lieux qui participeront (des musées donc, mais aussi d’autres institutions culturelles)...
Mardi 13 septembre 2016 Formule aussi pompeuse qu’un tweet de politicien, les Journées européennes du patrimoine sont toutefois bien plus intéressantes que ça. Au-delà des traditionnelles visites de musées et autres institutions culturelles, la 33e édition emprunte des...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X