Quatre garçonnes dans le vent

Musique / À coups d'orgues cyclothymiques, de guitares en boucle montées en neige, et de chant désolé (au sens topographique du terme), les quatre filles d'Electrelane martèlent, depuis une demi-décennie, une sorte de psychédélisme de l'ennui. Une métaphysique du «rien à braire» qui n'est pas sans rappeler le cinéma de Sofia Coppola dans sa veine «trop dure la vie» ou plus exactement «trop molle la vie». On est pourtant bien loin du spleen extatique de The Virgin Suicides ou de la langueur en petite culotte de coton rose de Lost in Translation. Ici, les dessous seraient plutôt en Tergal. Ainsi de leur précédent album Axes (2005), creusant d'une traite, sans blanc entre les morceaux, le sillon instrumental et rêche de Rock it to the moon (2001), disque inaugural. Enregistré dans des conditions proches du live, Axes est ni plus ni moins que de la musique expérimentale aux mains du shoegazing, du post-krautrock se permettant un détour par les traditions juives d'Europe Centrale. Problème, une fois qu'on a laissé son charme agir, Axes peut se révéler, malgré une reprise sidérurgique et sidérante du Partisan de Leonard Cohen, un tantinet casse-bonbons. Le précédent The Power Out (2004) avait au moins l'avantage de contenir une flopée de tubes électrisants (This Deed, hommage à Nietzsche, The Valleys) et des changements de rythmes bien plus haletants. Mais, bonne nouvelle, c'est à cette approche plus pop que recourt le dernier No shouts, no calls. Tout aussi efficace (After the call) et nettement plus positif sur le fond et la forme (Cut and Run et son banjo passeraient presque pour du Kimya Dawson), il laisse entrevoir chez les quatre de Brighton des lendemains qui chantent et moins désenchantés. ELECTRELANEAu Transbordeur, le 20 novembre 2007"No shouts, no calls" (Too PureNaïve).

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 16 juillet 2024 Du 6 au 9 juin dernier, la Cité Internationale de Lyon a acueilli la prestigieuse cérémonie des Meilleurs apprentis de France 2024  (MAF) et des 100 ans des Meilleurs ouvriers de France (MOF). Une belle mise en lumière de l'excellence des jeunes...
Lundi 15 juillet 2024 Si vous voulez vous rafraîchir cet été tout en profitant de cadres naturels somptueux, les lacs sont une excellente idée. Et ça tombe bien, plusieurs plans d’eau entourent Lyon, et vous pouvez vous y rendre en moins de deux heures pour la plupart....
Mercredi 10 juillet 2024 Patricia Mazuy signe un long-métrage plus convaincant dans le drame que dans le suspense avec "La prisonnière de Bordeaux", avec "Dreaming walls" Amélie Van Elmbt et Maya Duverdier présentent un documentaire énigmatique évoluant dans les lieux...
Mercredi 10 juillet 2024 Avec Emilia Perez - nouveau film de Jacques Audiard mélangeant polar, mélodrame et comédie musicale - l'auteur démontre qu'il est à son summum. Retrouvez aussi Girls will be girls, un récit d'apprentissage sincère ainsi que la foultitude des sorties...
Mercredi 10 juillet 2024 Le Petit Bulletin a rencontré Karim Leklou et l'équipe du film "Le roman de Jim" pour retracer la génèse de ce récit d'une grande tendresse. Dans un tout autre registre, la série Alien présente un nouvel opus : Romulus, particulièrement inspiré du...
Mercredi 10 juillet 2024 Comment François Truffaut abordait-il la féminité ? La réponse en cinq films, en ressortie nationale cette semaine du 7 août. Un article y est consacré en rubrique cinéma du Petit Bulletin. Retrouvez aussi les sorties cinéma à Lyon du 7 août 2024...
Mercredi 10 juillet 2024 Pour célébrer Marcel Pagnol 50 ans après sa mort, Carlotta propose une ressortie de dix de ses films en copies restaurées. Retrouvez notre guide dans la rubrique cinéma du Petit Bulletin. On accueille aussi la sortie de Belle Enfant, une comédie...
Mercredi 10 juillet 2024 Un polar tordu et déconcertant, mais aussi parfois virtuose et sidérant (Mad Fate), un dîner presque parfait qui rate son côté "comédie" avec quelques gags mal rythmés (Dîner à l'anglaise) et un polar indien percutant, politique et féministe...
Vendredi 5 juillet 2024 Un programme "À l’ombre de la forêt", concocté à destination des Lyonnaises et Lyonnais qui ont prévu de passer leur été sur le bitume : du 10 au 27 juillet, le parc de la Tête d’Or vivra au rythme des Estivales Lyon nature.
Vendredi 5 juillet 2024 Escape game, ateliers d’écriture, d’illustration et de découpage, lecture, jeux de société, dédicaces… Le programme du traditionnel rendez-vous jeunesse donné par Quais du Polar autour de la littérature jeunesse foisonne de bonnes idées.

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X