Avatar

Annoncé comme une révolution technologique et esthétique, "Avatar" est avant tout un superbe film de science-fiction et d’action à la portée symbolique bienvenue, qui marque le grand retour d’un metteur en scène de génie : James Cameron. Christophe Chabert

Immersif. C’est ce qu’Avatar promettait d’être, en créant un monde entièrement neuf avec des techniques révolutionnaires inventées pour l’occasion. Immersif, Avatar l’est en définitive, mais ni plus ni moins que les précédents chefs-d’œuvre de James Cameron. Ça s’appelle la mise en scène, et ça n’est pas donné au premier pékin venu, surtout s’il s’appelle Michael Bay ou Roland Emerich, dont les héros décérébrés aux envies de destruction massive soulignées par un montage épileptique sont renvoyés par ce grand film de SF là où ils n’auraient jamais dû sortir : à la poubelle. L’œil de Cameron fait mouche dans Avatar, et ce n’est pas pour rien s’il est au centre du film (qui commence et se termine sur un œil qui s’ouvre, tandis que «can you see ?» est une phrase récurrente du dialogue). Telle était la dernière frontière à explorer pour le cinéaste. Non pas cette planète Pandora créée ex nihilo, avec sa faune et sa flore délirantes, ses indigènes bleus filiformes, ses décors majestueux ; mais ce regard que la motion capture n’arrivait pas à reproduire, et sur lequel Cameron a braqué tous ses efforts pour en faire sortir des émotions aussi puissantes que celles véhiculées par un acteur dans des prises de vues traditionnelles. L’empathie éprouvée pour les créatures d’Avatar est le meilleur indicateur de sa réussite, mais on ne peut s’empêcher de penser que ce regard est aussi celui d’un metteur en scène de retour à la fiction après 12 ans d’absence, décidé à prouver qu’il est toujours le patron dans le cinéma américain…

Aliens américains

Si le scénario d’Avatar n’a pas peur des conventions hollywoodiennes, James Cameron introduit un dialogue très pertinent entre ce classicisme narratif et la modernité technologique qu’il utilise. L’intrigue montre comment Jake Sully, marine paralytique — détails importants, il a pris la place de son frère jumeau, scientifique tué dans un fait-divers, et il ne peut se payer avec sa pension l’opération qui lui rendrait ses jambes — doit s’introduire au sein de la communauté Na’Vi grâce à un avatar créé à partir de son ADN. Il abandonne donc son corps diminué pour une enveloppe charnelle étrangère et en pleine santé, conservant son esprit d’Américain mélancolique. Il fait ainsi l’expérience d’un spectateur du film : passer de la réalité au virtuel, de l’image «plate» à sa recréation en trois dimensions. Mais pour Sully, ce faux devient le vrai, le réel n’étant plus que la répétition de gestes vides de sens — le journal vidéo qu’il tient et où l’on constate sa dégradation physique. Pour Cameron, ce glissement est aussi un déplacement gonflé du point de vue. Il invente de toutes pièces la culture des Na’Vis, leur langue, leur religion, leurs rites, et pousse son héros à prendre fait et cause pour ces autochtones agressés par une nation belligérante agissant au nom du profit. Les Na’Vis, ce sont les Indiens, les Viet-congs ou les Irakiens, tous les peuples que l’Amérique a voulu «civiliser» par la force et qu’elle a fini par détruire par intérêt. Discours politique surprenant dans un film où le cynisme est royalement absent, et qui du coup évite de justesse la naïveté. Ici, les «aliens», ce sont les Américains — c’est dit texto dans le film… Titanic montrait l'émergence de l'Amérique sur les restes d’un naufrage européen ; Avatar décrit un pays à son tour naufragé qui va coloniser une culture saine. Le futur rejoint le passé, la boucle est magistralement bouclée…

Ce que filmer veut dire

Même si ce triple fond est passionnant, il ne serait rien sans le plaisir extraordinaire avec lequel James Cameron enchaîne les morceaux de bravoures visuels. Car Avatar, on l’a déjà dit, est l’œuvre d’un immense metteur en scène, qui rappelle dès que l’occasion se présente ce que filmer veut dire. La dernière partie est ainsi un sommet de cinéma d’action, où le réalisateur organise l’espace et la durée en virtuose, iconise au maximum ses personnages au sein des plans, insiste sur chaque détail pour mieux les réutiliser en cours de séquence… Cette grande bataille entre des humains mécanisés et des Na’Vis en communion avec les espèces de leur planète est une synthèse parfaite de tout le cinéma de Cameron, condensé dans une demi-heure de spectacle total et jubilatoire comme on n’en avait pas vu depuis Les Deux tours. Avatar procure donc ce grand frisson tant attendu et se révèle à la mesure de l’événement annoncé. Une révolution ? On verra… Un excellent film, ça, c’est certain !

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 2 décembre 2021 C’est un succès populaire, brandi pour prouver qu’on mange bien dans la nouvelle Part-Dieu (oui, le centre commercial). Ses ingrédients ? Un thème éphémère, et de la vraie cuisine, aussi. 
Mercredi 20 octobre 2021 Créée en 2018 à Paris pour la Cité des Sciences et de l’Industrie, l’exposition Effets spéciaux, crevez l'écran ! trouve avec le Pôle Pixel, centre névralgique régional des industries culturelles, multimédiatiques et créatives, le...
Mardi 6 octobre 2015 ​Proposer à un amateur de cinéma de faire escale au festival Lumière, c’est comme donner à un bec sucré l’opportunité de passer la nuit dans une pâtisserie. Et quand Martin Scorsese s’infiltre aux fourneaux, comment résister à la tentation de...
Vendredi 6 mars 2015 Déroute intégrale pour Neill Blomkamp avec ce blockbuster bas du front, au scénario incohérent et à la direction artistique indigente, où il semble parodier son style cyberpunk avec l’inconséquence d’une production Luc Besson. Christophe Chabert
Lundi 13 octobre 2014 La saga Alien proposée pendant toute une nuit à la Halle Tony Garnier est non seulement l’occasion de revoir une des franchises les plus stimulantes du cinéma de SF américain, mais aussi la possibilité de constater les premiers pas de quatre...
Mardi 13 mai 2014 Cinéaste avide d’innovations en général et de nouveautés techniques en particulier, Alfred Hitchcock fut tout naturellement titillé par l’arrivée dans les années (...)
Mardi 18 février 2014 Romancier, peintre, critique mais surtout passionné de science-fiction et de fantastique, Jean-Pierre Andrevon sort une intimidante et définitive encyclopédie consacrée à «100 ans et plus de cinéma fantastique et de SF». Une somme qui lui a pris...
Vendredi 29 novembre 2013 Génie divin, Alex Monneau alias Orval Carlos Sibelius, a frappé un très grand coup cette année avec le protéiforme "Super Forma", immense chaudron musical capable de voler dans lequel tous les ingrédients possibles se mélangent pour former la pierre...
Vendredi 14 juin 2013 J. J. Abrams fait encore mieux que le premier volet avec ce nouveau "Star Trek", blockbuster autoroute sans temps morts, qui ne cherche pas à être autre chose que ce qu’il est : un morceau de mythologie transformé en récit survolté et...
Mardi 4 décembre 2012 Auréolé de prix dans tous les festivals, de Sundance à Deauville en passant par Cannes, le premier film de Benh Zeitlin raconte, au croisement de la fiction ethnographique et du conte fantastique, une bouleversante histoire d’enfance et de...
Jeudi 5 mai 2011 Le 17 mai, "Tree of life" sera sur les écrans après trois ans d’attente, au lendemain de sa première projection publique à Cannes. Pour patienter, la Ciné-Collection du GRAC propose dans ses salles "Les Moissons du ciel" du même Terrence...
Vendredi 11 février 2011 De Massy Tadjedin (ÉU-Fr, 1h30) avec Keira Knightley, Sam Worthington, Guillaume Canet
Vendredi 27 ao?t 2010 Au cœur de l’apathie estivale s’est ouvert au Pathé Carré de soie de Vaulx-en-Velin la première salle IMAX de l’agglomération lyonnaise. IMAX ? Sans se livrer (...)
Jeudi 17 juin 2010 De Joe Carnahan (ÉU, 1h53) avec Liam Neeson, Bradley Cooper, Jessica Biel…
Jeudi 4 mars 2010 La première réalisation de Grant Heslov s’acquitte avec les honneurs d’un pari audacieux : créer une extrapolation fictionnelle autour des enquêtes hallucinantes de Jon Ronson, dans une farce que n’auraient pas reniée les frères Coen. François Cau
Samedi 12 décembre 2009 Business / La sortie d’Avatar marque un pas décisif pour l’exploitation vers le numérique et la 3D. CC
Samedi 12 décembre 2009 Analyse / Pour Avatar, James Cameron a forgé des outils technologiques susceptibles de retranscrire sa vision de cet univers futuriste sorti entièrement (...)
Mercredi 26 ao?t 2009 Cinéma / Une rentrée cinématographique riche en auteurs : consacrés, en voie de le devenir, de retour au premier plan ou depuis longtemps au sommet. Christophe Chabert
Lundi 22 juin 2009 C’est la très bonne surprise de l’anodin mais regardable Terminator Renaissance. Le vrai héros du film n’est pas John Connor (et donc la supposée tête (...)
Mardi 2 juin 2009 Cinéma / Le développement de la 3D sur les écrans de cinéma ouvre-t-il une nouvelle frontière esthétique ou renvoie-t-il aux origines foraines d’une industrie en quête de surenchère ? Quelques tentatives de réponse au moment de la sortie de...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter