Cannes ou le petit air des (h)auteurs

Le festival de Cannes a à peine commencé, et il est déjà temps de pointer les déceptions et les bonnes surprises de sa sélection qui, une fois n’est pas coutume, ne sont pas là où on les attendait. Christophe Chabert

Bizarre, bizarre. Alors qu’on attaquait plutôt confiant ce 66e festival de Cannes, sa compétition nous a assez vite brinquebalé d’un sentiment à l’autre, au point de ne plus savoir dès le troisième jour à quel saint se vouer. Ainsi, que pouvait-on attendre du Gatsby le magnifique signé Baz Luhrmann en ouverture ? Pas grand-chose, sinon un film tapis rouge calibré pour monopoliser l’attention et garantir le minimum festif pour lancer la grand-messe cannoise. Surprise, Gatsby vaut infiniment plus que cela, et Luhrmann a réussi à s’emparer de manière fort pertinente du roman de Fitzgerald, cherchant à travers les ruptures de sa mise en scène à en capter les humeurs. De l’euphorie 3D pleine d’anachronismes pop de la première partie à la progressive nudité d’une seconde heure qui plonge dans le mélodrame, mais surtout dans le spleen et les regrets, Gatsby le magnifique enchante et déchante en deux temps et, bien sûr, beaucoup de mouvements — à commencer par ceux, parfaitement dosés, d’un impressionnant Leonardo Di Caprio.

À l’inverse, on pouvait légitimement espérer de François Ozon, qui n’avait pas goûté à la compétition cannoise depuis Swimming pool, qu’il se surpasse avec Jeune et jolie. La déception est là, patente, avec ce film certes maîtrisé, mais qui laisse l’arrière-goût un peu déplaisant d’une œuvre sournoisement moralisatrice. Ozon va trop loin dès son point de départ en faisant passer sans transition son héroïne, 17 ans à peine, du statut de vierge à celui de putain. Et même s’il s’évertue ensuite à bousculer ce cliché judéo-chrétien à la misogynie flagrante, on le sent beaucoup plus à l’aise avec le regard des adultes qu’avec les agissements de cette adolescente à la fois perdue et très déterminée, personnage dans le fond assez antipathique et manipulateur rappelant en version extrême l’ado de son précédent et nettement plus ludique Dans la maison.

La foire aux vanités

Surtout, Ozon adopte, comme beaucoup de cinéastes au cours de ces trois premiers jours de la sélection officielle, un point de vue surplombant et sentencieux sur les sujets qu’il aborde. The Bling ring de Sofia Coppola, présenté en ouverture d’Un certain regard, en offrait une autre démonstration : incapable de trouver la bonne distance et la mise en scène appropriée pour raconter ce fait divers trouvé dans un article de Vanity Fair — des ados plutôt aisés de L.A. qui dévalisent les villas des stars, Coppola finit par se réfugier derrière un discours sardonique où la jeunesse, Internet et l’Amérique sont mis dans un même sac de ricanements. Autrefois aussi fascinée que ses personnages par le clinquant, la mode et l’opulence, la cinéaste semble aujourd’hui faire un mea culpa un peu ridicule avec ce film assez creux et inconséquent.

C’est la même hauteur, l’arrogance en plus, que l’on retrouve dans Heli d’Amat Escalante : sous couvert de désespoir social et d’enfer urbain, le cinéaste mexicain, qui n’est pas produit par Reygadas pour rien, balance une suite de séquences racoleuses et extrêmes assemblées avec d’aberrantes facilités d’écriture — il utilise notamment le procédé le plus grossier qu’on ait vu depuis longtemps pour présenter son personnage principal — et filmées pour qu’aucun détail dégueu n’échappe au spectateur, qui en sort lessivé et accablé. Au nom du film coup de poing, Escalante s’autorise surtout un film repoussoir qui dissimule beaucoup de bêtise derrière sa misanthropie.

Passé et présent

Asghar Farhadi dans Le Passé a au moins choisi d’être en permanence à la hauteur de ses personnages. Délocalisé en France, son cinéma y a perdu un peu de ce qui faisait son charme : ici, tout est assez propret, léché, loin de la caméra à l’épaule et de l’urgence d’Une séparation. Et Farhadi a du mal, dans la dernière demi-heure, à ne pas se laisser déborder par ses qualités de scénariste virtuose avec une série de révélations à la chaîne qui paraissent assez fabriquées. On peut aussi lui reprocher de construire l’ensemble des enjeux du film autour d’une trinité faute-aveu-pardon assez insistante ; mais, par son sens étudié du non-dit et sa patience à capter, à travers une impressionnante direction d’acteurs, la complexité des rapports entre ses personnages, Farhadi confirme une fois de plus son importance dans le cinéma mondial — position à la fois enviable et traître, on verra au palmarès…

Mais le meilleur film qu’on ait vu pour l’instant à Cannes, c’est celui de Jia Zhang-ke, A touch of sin. De la part d’un cinéaste ayant fait sa réputation avec un cinéma plutôt contemplatif, cette fresque en quatre parties se promenant de genre en genre, du western à la romance adolescente en passant par le polar ou le mélodrame et balançant à intervalles réguliers de spectaculaires déflagrations de violence, A touch of sin a de quoi défriser. Jia signe un peu son Holy motors, un film-monde à l’impureté revendiquée, qui s’appuie sur deux béquilles puissantes pour unifier son projet : une mise en scène constamment soufflante et un propos très fort sur la mort de l’idéal communiste en Chine, laminé génération après génération par un libéralisme qui a annihilé toute forme d’espoir chez sa jeunesse. Un regard sur le cinéma et sur le monde : pourvu que les futurs films cannois soient à la hauteur de ce premier choc !

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 18 mars 2024 Le Guide Michelin a dévoilé son palmarès 2024 ce lundi lors de sa cérémonie depuis le Palais des congrès de Tours. En tout, ce sont 60 établissements qui ont été promus par les inspecteurs dans ce millésime 2024 (contre 44 en 2023), dont 52...
Mardi 14 novembre 2023 Pour sa 44e édition, le festival du film court poursuit sa mue, en quête d’événements et d’éclectisme, avec une compétition internationale engagée dont se dégagent des œuvres où le féminin l’emporte sur le masculin.
Mercredi 5 octobre 2022 Construire une ville pour ses habitants. Ça pourrait être logique, mais ce n’est pas si courant alors saluons le projet des Gratte-ciel nord qui verront le jour à l’horizon 2026-27 et dont le premier permis de construire vient d’être déposé.
Mardi 26 novembre 2019 Kaboul, fin des années 1980. Errant dans les rues, Qoadrat vit d’expédients et n’a qu’une passion : les films de Bollywood. Serré par la police, il est expédié dans un orphelinat d’État où, entre rêve et réalité, il assiste aux prémices de la...
Mardi 19 novembre 2019 Deuxième volet d’une ambitieuse série portant sur l’histoire récente de l’Afghanistan, L’Orphelinat décrit, après le rural Wolf and Sheep, la vie d’adolescents (...)
Mardi 28 mars 2017 De l’enfance à l’âge adulte, le portrait chinois d’une femme jamais identique et cependant toujours la même, d’un traumatisme initial à un déchirement volontaire. Une œuvre d’amour, de vengeance et d’injustices servie par un quatuor de comédiennes...
Mardi 14 mars 2017 Il y a la première étoile qu’on accroche sur sa combi de ski, dès qu'on sait faire le "chapeau pointu". Et il y a celle qui comble les restaurateurs (et leurs carnets de réservation) qui intègrent, comme Jérémy Galvan, la sélection élitiste d’un...
Mardi 20 janvier 2015 À 40 ans, toujours vieux garçon, Yaacobi se réveille, envoie valdinguer sa partie de dominos et ses tee-parties sur le balcon de son ami Leidental qu'il (...)
Mardi 13 janvier 2015 Le récent trépas de Framboisier, le coureur permanenté qui tenait le micro des Musclés, est l'occasion de rappeler que sous leurs chemises criardes – à en (...)
Mardi 8 avril 2014 D’Amat Escalante (Mex-Fr, 1h45) avec Armando Espitia, Andrea Vergara…
Mardi 18 mars 2014 L’air de rien, les Reflets du cinéma ibérique et latino-américain du Zola fêtent cette année leur trentième édition. Une endurance remarquable qui ne s’accompagne (...)
Mardi 3 décembre 2013 À partir de quatre faits divers qui deviennent autant d’histoires se répondant les unes aux autres, Jia Zhang-Ke signe son film le plus aventureux, ainsi qu’une très courageuse vision de la Chine contemporaine, entre colère des anciens et désespoir...
Mardi 1 octobre 2013 D’Hélier Cisterne (Fr, 1h23) avec Zinedine Benchedine, Chloé Lecerf, Emile Berling…
Mercredi 10 juillet 2013 Avec ce portrait d’une adolescente qui découvre le désir et brave les interdits, François Ozon prouve sa maîtrise actuelle de la mise en scène, mais ne parvient jamais à dépasser le regard moralisateur qu’il porte sur son héroïne. Christophe Chabert
Mardi 4 juin 2013 De Sofia Coppola (ÉU, 1h30) avec Israel Broussard, Emma Watson…
Lundi 27 mai 2013 En couronnant ce qui est incontestablement le meilleur film de la compétition, "La Vie d’Adèle" d’Abdellatif Kechiche, Steven Spielberg et son jury ont posé un beau point final à un 66e festival de Cannes passionnant en son centre, sinon dans ses...
Mardi 21 mai 2013 "Shield of straw" de Takashi Miike. "The Last days on mars" de Ruairí Robinson. "Blue Ruin" de Jeremy Saulnier. "Borgman" d’Alex Van Warmerdam.
Dimanche 19 mai 2013 "Grand central" de Rebecca Zlotowski. "Jimmy P." d’Arnaud Desplechin. "Inside Llewin Davis" de Joel et Ethan Coen.

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X