Cannes 2015, jours 8 et 9. Love, love, love

"Youth" de Paolo Sorrentino. "The Assassin" de Hou Hsiao-Hsien. "Mountains May Depart" de Jia Zhang-ke. "Dheepan" de Jacques Audiard. "Love" de Gaspar Noé.

Dur dur quand même ce festival de Cannes. Comme d’habitude, nous objecte notre petite voix intérieure. Oui, enfin, un peu plus que ça, lui répond-on, agacé. C’est parce que tu as la mémoire courte, renchérit-elle. Non, les pieds en feu et les yeux cernés surtout, tentons-nous pour couper court au débat. Sur quoi on se dit que si l’on en est à écrire ce genre de conversations imaginaires, c’est qu’effectivement il y a comme une forme de surchauffe intérieure et qu’on n’est pas loin de crier, proximité de l’Italie oblige : «Aiuto !»

à lire aussi : Cannes 2015, jour 7. Exercices de style

Youth : la grande mocheté de Sorrentino

À moins que cet appel à l’aide ne soit la conséquence de l’accueil délirant réservé au dernier Paolo Sorrentino, Youth, qu’on considère pourtant clairement comme une horreur, sinon une infamie. C’est à ne plus se comprendre soi-même, tant on était resté sur le souvenir, émerveillé, de sa Grande Bellezza il y a deux ans, où il portait son cinéma rutilant et excessif vers une forme d’absolu, sillonnant les rues romaines avec une caméra virtuose et élégiaque dans un hommage même pas déguisé à La Dolce vita. De "Grande beauté", il n’y a point dans Youth, qui est plutôt d’une grande laideur, autant morale que visuelle.

Transformant un paisible hôtel sur les hauteurs alpines en centre de villégiature pour artistes vieillissants et / ou dépressifs, il parque quelques grandes stars (du cinéma comme Michael Caine et Harvey Keitel, mais aussi du foot, avec l’apparition-gag ridicule de Maradona) qui trompent leur ennui entre promenades dans la montagne, réflexions aigres sur leur vie quotidienne et aphorismes lelouchiens sur la vie tout court. Eux ont le droit, par rapport à tous les autres personnages, à la bienveillance du cinéaste ; normal, ils représentent le relais parfait du regard vieux con / gros beauf de Sorrentino, toujours prompt à caricaturer ceux qui viennent perturber leur quiétude ruminante. C’est d’abord un émissaire de la Reine d’Angleterre qui en prend pour son grade ; puis c’est une pop star qui a eu le malheur de larguer un acteur déprimé car uniquement reconnu pour sa participation à un blockbuster inepte. Parenthèse : dans un remake vulgos de Sils Maria, Sorrentino oppose sans cesse la haute culture européenne — musique classique et cinéma d’auteur — et débilité des produits commerciaux. On a quand même très envie de lui demander des comptes sur son appartenance à la première catégorie, tant son film ne transpire jamais autre chose qu’un berlusconisme grossier et publicitaire…

à lire aussi : Cannes 2015, jour 6. Et Pixar fût…

Malin, Sorrentino a prévu la réponse à ce reproche : à chaque personnage soigneusement moqué correspond un petit moment où il s’agit de renverser les apparences. Bel exemple : la Miss Univers plantureuse que l’acteur ridiculise d’abord comme une bimbo sans cervelle, avant de découvrir que, mince, elle a aussi de la répartie et de l’esprit. Sauf que, in fine, Sorrentino la ramène à l’écran à son cliché : une bombasse silencieuse qui plonge à oilpé dans une piscine. Dans La Grande Bellezza ou même dans le décevant This Must Be the Place, Sorrentino utilisait un procédé du même ordre, mais il avait la délicatesse : 1) de laisser durer les choses sur plusieurs séquences ; 2) de s’en tenir au moment où l’humanisme du regard l’emporte sur le cynisme du préjugé.

Beaucoup plus mal écrit, Youth est victime de sa construction en saynètes paresseuses, et souvent indigentes. Voir Michael Caine se remémorer sa gloire de compositeur en inventant mentalement un concert de vaches ou d’horloges, ou Harvey Keitel fantasmer dans un champ un chorus d’actrices qui se livrent à des caricatures d’extraits de films imaginaires, cela n’est ni drôle, ni inspiré. Sorrentino cherche tellement à séduire le spectateur qu’il déploie une démagogie insupportable, mixant cinéma pour seniors et stylisme superficiel.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 3 juillet 2024 Temps fort du dernier Festival de Cannes, le nouveau film de Jacques Audiard mélange polar, mélodrame et comédie musicale. Le petit miracle d’un auteur à son summum.
Jeudi 6 juin 2024 Revenge movie féminin et féministe doublé d’un néo-noir lesbien, Love lies bleeding assume son héritage et la réappropriation queer de celui-ci. Confirmation éclatante d’une autrice qui réussit son passage aux États-Unis avec cette proposition aussi...
Mercredi 14 juin 2023 À voir ★★★☆☆ Love Life  Accueillant pour une célébration familiale les parents de son mari Jiro (qui habitent en face de (...)
Mardi 23 mai 2023 Avec trois événements mettant conjointement le cinéma japonais à l’honneur, on ne peut plus parler de coïncidence, mais de tropisme nippon assumé ! Première sur (...)
Mercredi 15 mars 2023 Petit monument, vite gâché, du rock indé anglais du tournant des années 90, The House of Love, et son leader Guy Chadwick sont de passage à l'Épicerie Moderne avec un album tout chaud. Mais c'est surtout la nostalgie qui conviera les fans. 
Vendredi 3 mars 2023 Avec l'arrivée promise du printemps, vient celle des concerts en pagaille. Histoire de vous frayer un chemin dans ce terrifiant labyrinthe nous avons choisi, presque au hasard, les 10 concerts à voir en priorité.
Mercredi 4 janvier 2023 L'année précédente digérée, et avec elle, les agapes des réveillons, les affaires reprennent sur les scènes de musiques actuelles. Beaucoup de choses à voir et entendre dont nous vous livrons une sélection premium. 
Mardi 1 mars 2022 Événement du côté du Ninkasi avec la venue du commandant en chef de feu Sonic Youth, qui depuis la séparation du groupe phare de l'indie rock américain multiplie les saillies solo comme pour mieux combler et dérouter ses fans éplorés.
Vendredi 3 décembre 2021 Aux Glovettes, à Villard-de-Lans, énorme complexe résidentiel typique des stations de ski, la majorité de l’année les appartements sont vides. Une association créée par quatre femmes fait vivre le bâtiment en dehors de la saison des neiges en le...
Mercredi 6 octobre 2021 Bouleversant, intimidant par tant de sensibilité, Love est un immense spectacle de théâtre dans lequel Alexander Zeldin nous convie dans un foyer d’urgence de l’aide sociale britannique.
Mardi 15 octobre 2019 En guise d’amuse-rétines nocturne, Gaspar Noé a composé un appétissant sandwich cinématographique qui devrait teinter d’une belle couleur rubis les rêves de ses spectatrices et spectateurs. Estomacs délicats et autres ténias, passez votre chemin.
Mardi 5 février 2019 L’approche de la Saint-Valentin donne des idées tendres de programmation aux grands circuits cinématographiques, qui vont piocher dans le (récent) (...)
Mardi 6 novembre 2018 Au cri dans la nuit, Marta Gornicka préfère la chorale de ces hommes et femmes debouts, dressés face au monde. Le festival Sens interdits offre en son année off cette première date en France du spectacle de la Polonaise à qui il est fidèle.
Mercredi 19 septembre 2018 Le réveillon d’un corps de ballet vire inexplicablement en orgie hallucinatoire et sanglante, rythmée par le tempo du DJ. Après Love, Gaspar Noé signe un nouveau film de beat ; un cocktail de survival et de transe écarlate soignant au passage la...
Mardi 31 janvier 2017 On a récemment parlé du vétéran Kirk Douglas comme de l’un des derniers représentants de l’Âge d’or des studios. Mais le vénérable centenaire n’est pas l’ultime (...)
Mardi 13 septembre 2016 Sans retouches et sans barrières, Brontez Purnell et ses Younger Lovers font partie des derniers représentants du lo-fi et du queer-punk californien. Avec des textes crus et une production minimaliste, ils ramènent le rock à ses racines les plus...
Jeudi 1 septembre 2016 La concurrence (ou les confrères) prenant leur temps pour redémarrer la saison en mode diesel, c'est une certaine péniche du quai des Étroits, qui ce mois-ci fait figure de bon élève boulimique, alignant comme des perles les concerts de musique pas...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X