Vincent Carry : « mon seul engagement citoyen sera européen, pour Place Publique »

Politique | Vincent Carry, directeur du festival Nuits sonores, fait partie des 22 signataires du manifeste publié le 6 novembre par Place Publique, nouveau mouvement politique citoyen dont les figures de proue sont Raphaël Glucksmann ou Claire Nouvian. Président du comité de soutien de Gérard Collomb lors des dernières municipales, il nous explique qu'il ne s'engagera plus au niveau local, mais au niveau européen.

Sébastien Broquet | Mercredi 14 novembre 2018

Photo : © Julien Mignot


Place Publique a été lancé le 6 novembre. Vous faites partie des premiers acteurs de ce… mouvement, parti ?
Vincent Carry :
Place Publique est un mouvement de citoyens et d'activistes œuvrant pour différents projets autour de sujets d'inquiétude majeurs. Ce sont des gens qui portent des actions de terrain, qui ont décidé de passer de l'ère de l'inquiétude à l'ère de la responsabilité. De se dire que l'on ne pouvait pas rester dans cet état de fatalisme, tétanisés en regardant la situation se dégrader. En particulier sur deux points : la gigantesque crise écologique d'une part, et la crise démocratique de l'autre, qui se traduit par un basculement de pays vers des régimes nationaux populistes, ce que l'on n'imaginait pas il y a quelques mois encore possible. Je pense évidemment à l'Italie et au Brésil.

C'est de ce constat partagé qu'est né Place Publique, suite à la rencontre entre des personnes qui se connaissaient de par leurs actions : Thomas Porcher, Claire Nouvian, Raphaël Glucksmann, Caroline Kamal… Tous se sont rassemblés, et 22 d'entre eux dont moi, ont décidé de faire ce pas en cosignant l'acte de naissance d'un mouvement qui a vocation à s'installer dans le paysage politique et à apporter des réponses non pas en partant du haut vers le bas, mais en partant de ceux qui font des choses sur le terrain, en essayant de traduire ça dans un acte politique.

Vous avez identifié quatre premiers piliers qui sont l'écologie, le social, le démocratique et l'Europe : ce sont vos quatre urgences. Les bases d'un programme ?
La structuration du mouvement se fait sur ses quatre piliers. Chacun sera animé par des porteurs de cause, qui vont aborder ces sujets sur des angles qui leur sont propres. Mon sujet, c'est d'abord la culture. Ce sujet culturel, à titre personnel, je l'ai toujours relié à la question démocratique et européenne.

Je me suis inscrit dans ce mouvement pour parler d'Europe, à travers le prisme culturel, de la jeunesse, de l'émergence de nouvelles formes de pensées, d'agir, d'entreprendre, de concevoir des projets culturels, et de le faire dans une logique d'intérêt général et de transformation sociale. L'observation que je fais depuis vingt ans, c'est que des formes intéressantes émergent de partout sur le continent européen, avec des gens qui localement font bouger des lignes, imaginent de nouvelles approches. Ces personnes-là ne sont pas reliées et n'agissent pas ensemble, même s'il y a des interactions. Relier ces initiatives, ça fait partie du processus de Place Publique. C'est vrai pour l'écologie dont le paysage politique et associatif a besoin d'être décloisonné, mais aussi la question sociale, culturelle, ou celle des migrants qui ouvre sur celle des droits de l'Humain au 21e siècle. On doit rapprocher les sphères du pouvoir, des convictions, de celles des savoirs, par exemple.

Ce que je ressens, c'est que beaucoup partagent à la fois une gravité, ça c'est évident, mais aussi une sorte de volonté de retrouver de l'enthousiasme citoyen post-fataliste. Il y a cette double idée. L'important, c'est déjà de se rassembler. Nous ne sommes pas des professionnels de la politique, ni inscrits dans une démarche partisane, mais nous pouvons inventer de nouvelles façons de s'inscrire dans l'espace démocratique.

Aucun homme ou femme politique ne fait partie de ce mouvement qui se revendique clairement politique. Raphaël Glucksmann est essayiste, vous êtes le fondateur de l'European Lab depuis 2011 et de Nuits sonores en 2003. Des gens qui viennent des idées. Vous en aviez marre de ne pas être écoutés par les politiques ?
Ce n'est pas tant de ne pas être écoutés que de voir que le niveau de prise de conscience est insuffisant. Le cas Nicolas Hulot en a été une démonstration extrêmement emblématique : pour nous aujourd'hui, le niveau de rupture qu'il faut amener dans nos façons d'agir n'est pas suffisant. Je n'ai jamais hurlé avec les loups, je n'ai jamais été en tension avec la fonction des élus. Enormément d'entre eux font très bien leur travail. Beaucoup sont en difficulté, sous pression, vilipendés en permanence, avec très peu de moyens d'action. Ce n'est pas tellement ça qui est en question.

Par contre, le logiciel des partis politiques date de quelques décennies, n'a pas été updaté depuis un certain nombre d'années, il n'est plus en phase avec les réalités démocratiques et sociales, ni avec la crise écologique que l'on traverse. Il n'est pas au niveau. Il ne correspond pas non plus, manifestement, aux attentes des citoyens. Et en particulier des jeunes citoyens, qui ne souhaitent plus - je n'ai pas d'expertise sur ce sujet, mais il semble quand-même qu'il y a une forme de rejet de cette forme de politique qui est extrêmement dangereux car en rejetant un modèle partisan, le risque derrière est de rejeter un modèle démocratique. On voit bien où ça mène : ce sont ceux qui ont la narration la plus simpliste, la plus violente sur la question démocratique qui sont les plus écoutés et ce sont ceux-là qui arrivent à convertir cette énergie négative en une mauvaise réponse. C'est ça qu'il faut inverser.

Vous parlez d'inverser : jusqu'à maintenant, les acteurs culturels ou essayistes avaient plutôt tendance à demander aux politiques de se tourner vers la société civile pour recruter, vous-même en 2013 vous invitiez Gérard Collomb à aller chercher des membres de sa liste dans la société civile, aujourd'hui c'est l'inverse. Vous, société civile, vous allez piocher quelques élus comme Jo Spiegel, l'un des pionniers de la démocratie participative, ou Jean-Michel Clément qui a quitté LREM. Renversement de paradigme ?
Oui… Jo Spiegel est un cas à part, car il a une vision très singulière de sa pratique démocratique. Après, c'est un mouvement qui n'est fermé à personne, l'idée n'est pas de rejeter quiconque sur la base d'une étiquette ou d'un engagement passé. Il n'y a pas d'hostilité aux élus. Par contre, c'est clair que ceux qui sont à la base de la naissance de Place Publique sont exclusivement issus de la société civile. Ca vient avant tout d'une forme de sursaut de conscience. Je passe mon temps à rencontrer des personnes qui ont une énorme inquiétude, une angoisse démocratique et écologique très forte, et qui ne savent pas comment le convertir dans une action collective d'envergure. Même si ce sont des gens très conscients, très engagés à titre personnel, ou dans un cadre associatif ou d'activisme, ça reste extrêmement difficile aujourd'hui d'appréhender ces questions en restant isolé. On essaye de créer une plateforme, un cadre, qui puisse permettre aux uns et aux autres de se rassembler, de travailler ensemble, de réfléchir, d'apporter des réponses qui viennent du terrain.

Depuis l'apparition du manifeste et le lancement du mouvement, quelles ont été les réactions des élus au niveau national et local ?
On a passé la barre des 5000 signataires-adhérents qui sont venus spontanément s'inscrire sur la plateforme : ça veut dire que déjà, il y a un geste significatif. Dans ces 5000 personnes, il y en a évidemment issus des partis politiques, parfois élus. Oui, il y a des gens qui viennent ! En observant les médias, les réseaux sociaux, j'ai l'impression que ça déstabilise une situation, que ça apporte une approche différente. Ça va faire réagir. Pour l'instant, les réactions sont très positives, beaucoup de citoyens attendaient une initiative de cet ordre-là. Quand à parler des partis politiques en tant qu'instance, aujourd'hui il n'y a pas eu à ma connaissance de prise de position officielle. Ça doit discuter à l'intérieur des appareils j'imagine, si c'est le cas tant mieux : c'est aussi le but, cette interpellation.

Place Publique a eu il y a quelques jours l'agrément de la commission nationale des comptes de campagne. Quand on demande et obtient cet agrément, c'est que l'on pense faire campagne, est-ce qu'il va y avoir des listes aux Européennes et aux municipales ?
C'est évident que le but de Place Publique, c'est d'apporter sur la base de cette initiative un débouché politique. C'est clair. De quel ordre ? Ce n'est pas tranché aujourd'hui. Une chose dont nous sommes tous certains : il ne s'agira en aucun cas d'apporter encore plus de division dans l'espace de la gauche européenne, démocratique et sociale, où il y a déjà quatre partis. Donc, s'il y a une dynamique qui existe et qui permet de rassembler très largement, d'où qu'elle vienne, nous serons partie prenante du débat public là-dessus.

Mais il y a une vraie réflexion sur, si le mouvement autour de Place Publique prend, si le dynamisme est de votre côté, faire une liste aux Européennes ?
Si Place Publique doit y aller seul, si personne ne suit, ça n'a pas de sens. Est-ce que cette initiative-là peut faire un électrochoc et qu'autour il y ait des ralliements plus massifs ? C'est une question, mais aujourd'hui nous n'avons pas la réponse. Place Publique prendra position là-dessus en fin d'année.

Vous parlez d'une urgence démocratique, climatique, sociale, européenne. Pensez-vous, en tant qu'ancien président de son comité de soutien aux élections municipales de 2014, que Gérard Collomb au niveau local peut incarner une réponse à ces urgences ?
Président du comité de soutien, je l'ai fait en tant que citoyen pour apporter une contribution à un moment où il me semblait que les partis avaient besoin, notamment à gauche, de ce regard extérieur, qui vienne du terrain. Le bilan de la société civile dans la classe politique n'est pas toujours parfait, mais il y a eu des choses positives, d'autres moins, à Lyon comme ailleurs. Mais ça me paraissait essentiel d'ouvrir une brèche dans la coquille des partis, de leur dire qu'ils avaient besoin de nous, de sortir de ce que beaucoup de citoyens dénoncent : la professionnalisation de la vie politique. Une partie de cette classe politique ne voit plus la réalité. C'était ça, mon intention, en 2014. Mon ancrage politique n'a jamais changé : j'ai toujours été un militant et un électeur de gauche, sans n'être jamais encarté. Je tiens à préciser que Place Publique est le premier engagement partisan de toute ma vie. Je n'ai jamais eu de carte nulle part, ni dans aucune obédience, ni dans aucun parti.

Je l'avais fait aussi pour apporter une contribution et un soutien à un maire et candidat qui avait deux qualités : d'abord d'être celui de mon camp, de la gauche. Et la seconde, d'être un candidat qui de mon point de vue a été essentiel à la transformation de la ville, dont j'ai été à la fois témoin et acteur à travers les projets que j'ai pu conduire. Pour avoir connu Lyon dans les années les plus grises de cette ville bourgeoise, tristoune, un peu chiante, dans laquelle personne ne voulait venir ni même s'arrêter en traversant le tunnel de Fourvière… ç'a considérablement changé, dans beaucoup de domaines !

J'ai des convictions : le cosmopolitisme, une vie culturelle effervescente, l'ouverture, la transformation urbaine. La volonté d'être une ville tournée vers l'Europe. Ces sujets me paraissaient absolument essentiels depuis toujours. C'est à ce titre-là que je me suis engagé dans ce mouvement de soutien, dont j'avais proposé le nom, qui était “Acteurs de la ville”. Qui, déjà, disait quelque-chose. C'est un engagement que je ne regrette absolument pas et que j'assume, qui me paraissait important à l'époque.

Aujourd'hui, en 2018, je ne souhaite pas m'engager politiquement sur le plan local. Pour le dire de façon claire, mon seul engagement citoyen dans les temps à venir sera pour Place Publique, à l'échelle d'un engagement européen.

De par mes fonctions, le fait d'avoir un investissement civique local m'a parfois été reproché. Parfois, ça m'a coûté. Des gens ont eu la tentation de l'instrumentaliser, et je ne le souhaite pas : mon engagement civique et citoyen est strictement personnel, il n'engage pas les structures et les projets sur lesquels je travaille.

Est-ce que David Kimelfeld, le président de la Métropole, qui se démarque de plus en plus de Gérard Collomb, peut devenir un interlocuteur privilégié pour Place Publique, lui que se positionne désormais sur la question climatique, sur les réfugiés ?
Il faudrait lui poser la question à lui. Ce n'est pas pour faire une pirouette, mais il y a un problème dans la question : on demande aujourd'hui à plusieurs personnes à Lyon de se positionner par rapport à un paysage politique qui est en plein chamboulement, et dont personne ne sait, du moins moi je ne le sais pas, qui va être candidat et où. Plus compliqué que ça : je ne sais pas qui va être candidat, où, et sur quelle ligne politique ! Comme on est dans une phase de chamboulement, où les partis politiques ont l'air tous relativement paumés, un grand nombre d'élus ne savent pas vraiment où ils habitent aujourd'hui sur le plan politique. Ce n'est pas leur faire offense, c'est simplement une réalité. Il y a des gens qui ont des convictions, des engagements, mais sur le plan partisan ils sont perdus. Qui sera candidat à quoi, avec quel parti politique, avec quelle ligne, quel projet : on n'en sait strictement rien. J'ai la conviction que David Kimelfeld a l'air d'avoir fédéré autour de lui beaucoup d'énergies, de personnes, il a l'air de faire un travail de qualité sur le territoire, et personne ne semble contester cela a priori. C'est à lui désormais de savoir ce qu'il souhaite faire.

Je continuerais bien sûr de travailler avec confiance, constance et loyauté sur les projets que je porte ici à Lyon avec l'ensemble de celles et ceux qui sont légitimes là où ils sont dans les institutions démocratiques : Ville, Métropole, Région, État, sans parler de l'Union Européenne.

Vous vous positionnez au niveau européen : mais est-ce que vous avez déjà pris contact avec d'autres mouvements, associations ou acteurs de la société civile dans d'autres pays européens ?
Cette structuration européenne est en germe, mais c'est évidemment indispensable. À la fois sur le plan démocratique, avec ceux qui peuvent prendre ce genre d'initiatives. Et sur le plan associatif, sur le secteur culturel, environnemental, puisqu'il est impossible de changer quoi que ce soit à l'échelle européenne en travaillant à l'échelle hexagonale. Notre mouvement est extrêmement jeune, il a 48 heures, même si on y a travaillé depuis de longs mois. Nous ne sommes pas des professionnels de la politique ! On a peut-être un côté naïf sur tout ça, mais on a mis en place un calendrier. Le jeudi 15 novembre, il y aura un premier temps de rencontre à Montreuil avec ceux qui nous ont rejoint. Après, il y a deux chantiers essentiels : la création de comités locaux, puisqu'il y a des gens qui signent de partout. Et de la même façon, on va aller chercher des correspondants européens.

Le rassemblement de Montreuil se fait à la Marbrerie, un lieu à taille très humaine. On ne veut pas tomber dans la logique du meeting. Ça va ressembler à une chouette soirée de débat. On veut aller dans des petits lieux culturels, des bars, des tiers lieux, sous la forme de discussions ouvertes.

Pensez-vous pouvoir changer les choses au sein de l'Union Européenne ?
L'Union Européenne a deux grandes possibilités : changer ou disparaître. On voit bien dans une logique post-Brexit, avec les derniers mouvements en Hongrie et en Italie, avec dans tous les pays de l'Union les poussées très fortes des projets anti-européens, que si l'Union Européenne ne change pas, elle disparaîtra. Nous ne sommes plus dans une vue de l'esprit ! Il y a deux ans, j'aurais peut-être répondu que ce projet était réformable… Maintenant, l'Union Européenne elle-même va avoir intérêt à écouter les gens qui viennent porter un discours critique dans une volonté de recréer un projet européen et non pas de l'enterrer.

Ça me semble aujourd'hui très important que les gens qui croient en un engagement européen s'emparent de la critique de l'Europe telle qu'elle existe, de l'échec des institutions européennes depuis un certain nombre d'années. Si on laisse cette critique à ceux qui sont les ennemis héréditaires et mortifères de l'Europe, on se trompe d'approche. C'est à cet endroit-là que je me place, pas à l'échelle locale.

Raphaël Glucksmann
À la FNAC Bellecour le 4 décembre à 17h30


Raphaël Glucksmann

Pour son ouvrage "Les enfants du vide"
Fnac Bellecour 85 rue de la République Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Lyon : Nuits sonores, ce sera debout et on pourra danser !

Festival | L'excellente nouvelle du jour : Nuits sonores ne se couche plus, et l'on pourra danser et circuler, bel et bien debouts, à Fagor-Brandt. La programmation est en cours de remodelage pour s'adapter aux nouvelles conditions.

Sébastien Broquet | Mercredi 16 juin 2021

Lyon : Nuits sonores, ce sera debout et on pourra danser !

Après Nuits de Fourvière, c'est au tour de l'équipe de Nuits sonores de sortir de son rendez-vous à la Préfecture avec un grand sourire tranche papaye : en effet, la réunion du vendredi 11 juin et les échanges des jours suivants ont permis aux organisateurs du festival de musique électronique d'y voir beaucoup plus clair sur plusieurs protocoles d'ouverture et surtout, ils ont pu avoir confirmation que le festival pourrait se dérouler... debout ! C'est le premier grand festival à avoir officiellement cette autorisation — sachant que l'immense friche de 24 000m2 de Fagor-Brandt est considérée comme un extérieur, telle une halle et non une salle, en raison d'un grand volume d'air et d'ouvertures pérennes. Ainsi, on pourra danser — et circuler sur le site — à condition de rester masqués, après avoir franchi l'épreuve du pass sanitaire pour pénétrer sur le site (que ce soit à Heat comme à Fagor-Brandt). Côté jauge, c'est encore en discussion.

Continuer à lire

Festivals d'été, faut pas rêver

Situation (sanitaire) : c'est compliqué | Si la ministre de la Culture se montre optimiste dans ses récents propos concernant les festivals d'été, c'est surtout parce qu'elle occulte tout ce qui concerne la jeunesse et les musiques qui se dansent, du rock à la techno en passant par le rap. Une vision "OK boomer" et bourgeoise de la culture qui laisse sur le carreau un pan entier de la création, et les emplois qui vont avec. Et des publics désemparés, à qui l'on fait croire à tort qu'ils pourront vivre normalement cet été. Explications et tour d'horizon des festivals lyonnais.

Sébastien Broquet | Mardi 2 mars 2021

Festivals d'été, faut pas rêver

C’est la pagaille. Euphémisme ! Solidays, Hellfest, Glastonbury, Garorock — ou Foreztival dans notre région : plusieurs des plus gros festivals européens prennent les devants et ont d’ores et déjà annoncé l'annulation de leur édition 2021. D'autres dévoilent comme si de rien n’était leur programmation et mettent en branle leur billetterie. Et Roselyne Bachelot continue de patauger dans une communication illisible, récupérant au passage l'idée des concerts test à Paris et Marseille dont elle n'est pas à l'origine (un écran de fumée pour les festivals : on ne voit pas à quoi les résultats, obligatoirement tardifs, leur serviront, a contrario des scientifiques — car il sera impossible pour la majorité d'entre eux d'appliquer les mêmes process sanitaires que lors de ces concerts soigneusement encadrés et gourmands en personnels ; à quoi bon essayer d'en organiser

Continuer à lire

Laurent Garnier sera le premier DJ à faire re-danser Le Sucre

Clubbing | DJ emblématique de la scène techno, attaché à Lyon, Laurent Garnier sera le premier à rejouer au Sucre lorsque les clubs seront autorisés à ouvrir de nouveau.

Sébastien Broquet | Vendredi 15 janvier 2021

Laurent Garnier sera le premier DJ à faire re-danser Le Sucre

On ne sait pas quand. Mais on sait qui : Laurent Garnier sera le tout premier DJ à rejouer au Sucre, le club du quai Rambaud, lorsque la réouverture des spots nocturnes sera autorisée. Bien sûr, ce sera dans de longs mois. Mais la présence du maître absolu des platines, du DJ historique de la scène techno, augure d'ores et déjà d'une reprise mythique. Et il faudra bien cela après des mois de fermeture et d'interdiction totale de danser. « Pour poser le premier disque, et le second, et le troisième, après une telle absence, il fallait quelqu'un en qui nous avons une totale confiance car ce ne sera pas facile ; et en Laurent, j'ai une totale confiance » nous a confié Vincent Carry, le directeur de Arty Farty, qui précise qu'un soin tout particulier sera accordé à la programmation de la première semaine de réouverture. Une programmation à laquelle Laurent Garnier devrait

Continuer à lire

La Métropole se lance dans l'urbanisme transitoire

Urbanisme | Le président de la Métropole David Kimelfeld a décidé de faire de l'urbanisme transitoire un axe fort de la fin de son mandat comme de sa campagne électorale à venir, lançant des projets visant Fagor-Brandt, la Halle Debourg ou les Halles Sernam à Jean Macé : tour d'horizon des réflexions menées ici autour de ce sujet à la mode dans les grandes métropoles.

Sébastien Broquet | Mardi 8 octobre 2019

La Métropole se lance dans l'urbanisme transitoire

Fagor-Brandt, où se déroule actuellement la Biennale d’Art Contemporain, va devenir un lieu culturel pérenne ? David Kimelfeld : On ne dit pas que ce sera un lieu culturel pérenne, mais que l’on s’inscrit vraiment dans l’urbanisme transitoire. L’usine Fagor-Brandt est un lieu où dans ce cadre, il faut que l’on développe des projets, sans doute avec une identité culturelle forte. On y a accueilli Nuits sonores et aujourd’hui la Biennale d’Art Contemporain. Je souhaite que l’on y héberge les bureaux des biennales dans les prochaines semaines. Derrière, un certain nombre de projets dans le cadre de la Biennale de la Danse pourraient se développer sur ce site. Pour la suite, on en est à construire autour de l’urbanisme transitoire : je ne sais pas si c’est pour cinq ou dix ans. Comme tout urbanisme transitoire, soit ça préfigure de nouveaux usages, soit ça occupe un lieu en attente d’une utilisation complètement différente. Sur Fagor-Brandt, on voit bien la force

Continuer à lire

Jean-Pierre Bacri & Agnès Jaoui : « le danger du pouvoir, c’est d’oublier ce qu’on s’était promis »

Place Publique | En moralistes contemporains, Bacri et Jaoui cernent depuis plus d’un quart de siècle les hypocrisies et petites lâchetés ordinaires face à la notoriété ou à l’illusion du pouvoir. Conversation croisée avec un duo osmotique.

Vincent Raymond | Mardi 17 avril 2018

Jean-Pierre Bacri & Agnès Jaoui : « le danger du pouvoir, c’est d’oublier ce qu’on s’était promis »

Avec l’expérience, votre manière de collaborer a-t-elle changé ? Agnès Jaoui : Le temps est arrêté : quand on écrit, on reprend nos stylos. On garde les même méthodes. Quel a été le point de départ de l’écriture de Place Publique ? AJ : C’est très difficile pour nous de dire quand et par quoi cela a commencé : plusieurs thèmes à la fois, des idées, des personnages… Et comme souvent, quand on commence l’écriture, on se dit : « tiens, peut-être que ce sera une pièce… » L’unité de temps et de lieu faisait partie de notre cahier des charges personnel, au contraire du film précèdent, Au bout du conte qui avait cinquante-trois décors. Jean-Pierre Bacri : On a des thèmes préférés, comme les rapports de pouvoirs entre les gens — parce qu’il y en a forcément entre deux personnes, c’est comme ça, c’est la nature humaine et ça nous passionne de jouer ça. Avec le désir d’en égratigner certains ? JPB : Si vous observez avec honnêteté, quand v

Continuer à lire

L’essence de la défaite : "Place Publique"

Garden Party | Entre cuisine, dépendance et grand jardin, le nouveau ballet orchestré par Jaoui et Bacri tient de la comédie de caractères, s’inscrivant dans la lignée du théâtre de Molière, au point de tendre à respecter la triple unité classique. Une féroce et mélancolique vanité.

Vincent Raymond | Mardi 17 avril 2018

L’essence de la défaite :

Pendaison de crémaillère chez Nathalie, productrice télé über-parisienne qui s’est trouvé un château à la campagne. S’y croisent Castro, star du petit écran en perte de vitesse, son ex- Hélène, leur fille, et une foule de convives plus ou moins célèbres. Ça promet une bonne soirée… D’un côté de petits maîtres cyniques torpillés par leur acrimonie, des jaloux vieillissants renvoyés à leur verte bile, des fats décatis punis par où ils ont péché ; de l’autre une valetaille issue du bas peuple qui finit par s’affranchir de cette caste prétentieuse en s’acoquinant au passage avec sa progéniture… Que d’êtres factices aux egos majuscules ; que d’individus attachants, portant leur misère pathétique en sautoir. Jaoui et Bacri bousculent une nouvelle fois les lois de la chimie en changeant le vinaigre en nectar — mais, après tout, d’aucuns racontent qu’un mage d’antan changeait l’eau en vin… Le buffet des vanités À peine vécue par celle qui l’organise (Léa Drucker, parfaite en Gatsby moderne vissée à

Continuer à lire

David Kimelfeld : « Dans des lieux déjà existants, on peut développer des concepts nouveaux »

Politique Culturelle | Il est le dauphin désigné, celui que Gérard Collomb a choisi pour lui succéder à la mairie de Lyon. David Kimelfeld, actuel maire du 4e arrondissement, est toujours resté discret question culture. Il a inauguré ce mois-ci un concept de scène ouverte à la Maison des Associations et s'est connecté aux pratiques urbaines du street art et du skate : mots choisis.

Sébastien Broquet | Mardi 9 mai 2017

David Kimelfeld : « Dans des lieux déjà existants, on peut développer des concepts nouveaux »

Vous inaugurez un concept de scène ouverte à la Maison des Associations... La Maison des Associations fonctionne de manière classique : on y empile des activités, parce que les gens ont besoin de créneaux horaire pour faire leurs réunions, des répétitions... Cette maison-là, pour qu'elle mérite son nom, il fallait lui donner du sens et une identité : comment faire, comment la rendre utile aux associations au-delà des bureaux temporaires ? On en a déjà fait un lieu de vie, avec un bar, un babyfoot, on a voulu l'animer pour le rendre convivial, avec des rencontres, des cafés-débats. Maintenant, les gens qui ont une activité là-bas se croisent. De là, l'idée a germé de le mettre à disposition d'équipes émergentes dans la culture, pas forcément intégrées dans des réseaux, qui cherchent des lieux sans savoir forcément à qui s'adresser. Des gens ont besoin d'un lieu pour montrer ce qu'ils savent faire, dans le domaine de la musique mais aussi du théâtre ou de la lecture publique : tous les arts sont possibles. On a donc équipé le lieu, pour faire de la musique. On met aussi à disposition de la communication, nos réseaux. Et on va réfléchir à ce que l'on

Continuer à lire

Razzle : les raisons d'un refus

ACTUS | Gérard Collomb s'oppose à l'ouverture du Razzle, qui souhaitait ouvrir une salle de concerts et un restaurant sur un ancien bateau-phare. Si le projet est attirant, tout n'est pas si simple en coulisses.

Sébastien Broquet | Mardi 7 février 2017

Razzle : les raisons d'un refus

Une pétition ayant dépassé les 10 000 signataires, des réseaux sociaux indignés, des affiches placardées dans la ville : la non ouverture du Razzle a agité le petit monde des cultures alternatives, depuis le mardi 31 janvier et l'annonce sur Facebook et sur notre site de l'abandon de ce projet qui avait fédéré une large part de la scène locale autour de lui. La semaine dernière, l'équipe du bateau-phare, par la voix de sa co-directrice Rihab Hdidou, nous confiait son incompréhension : « Il semble que ça bloque tout en haut, au niveau de Gérard Collomb, qui n'a jamais voulu nous recevoir et s'opposerait à notre projet. On voudrait juste savoir pourquoi. » Le Razzle, c'est ce ba

Continuer à lire

Vincent Carry : « l’avenir de nos collaborations avec Jean Michel se situe du côté des idées »

Jean Michel Jarre à la Halle Tony Garnier | Jean Michel Jarre, le Lyonnais revendiqué, n'a encore jamais joué sur Nuits sonores, le festival emblématique des musiques électroniques. Entre Vincent Carry et le précurseur des sons synthétiques, un dialogue fertile existe pourtant depuis plusieurs années. Mais c'est peut-être bien du côté de l'European Lab que se profilent de futures collaborations.

Sébastien Broquet | Jeudi 24 novembre 2016

Vincent Carry : « l’avenir de nos collaborations avec Jean Michel se situe du côté des idées »

Que représente Jean-Michel Jarre pour toi, amateur de musiques électroniques : l’as-tu écouté dès ta jeunesse, l’as tu renié à un moment, l’écoutes-tu toujours ? Vincent Carry : C’est un musicien important de l’histoire de la musique électronique dans la mesure où il est le premier à l’avoir fait rentrer dans la pop culture. Il est un indiscutable pionnier ! Après, je suis plus intéressé par certaines phases de sa carrière. Je reste très attaché à Oxygène. Quels sont vos liens ? Lui se dit votre grand frère bienveillant, il est venu vous rendre visite… Mais jamais Jarre n’a joué sur Nuits sonores. Tout a commencé lorsque Jean Michel Jarre a répondu à une interview publiée dans 20 Minutes dans laquelle il faisait part de son grand intérêt pour Nuits sonores. Je l’avais contacté pour en parler avec lui, puis l’avais invité pour l’inauguration de la Gaîté Lyrique à Paris et nous avons beaucoup discuté

Continuer à lire

La Fête des Lumières en mode fan zone

Fête des Lumières | L'organisation de la Fête des Lumières 2016 se précise : dans une conversation avec les lecteurs de nos confrères de Salade Lyonnaise s'étant déroulée au Sofitel en (...)

Sébastien Broquet | Samedi 17 septembre 2016

La Fête des Lumières en mode fan zone

L'organisation de la Fête des Lumières 2016 se précise : dans une conversation avec les lecteurs de nos confrères de Salade Lyonnaise s'étant déroulée au Sofitel en cette fin de semaine, le maire Gérard Collomb a donné des précisions et indiqué que les animations seraient concentrées sur la Presqu'île et protégées par un dispositif d'accès et de sécurité semblable à celui utilisé pendant l'Euro de football avec les fan zones, en version élargie. Nous allons rassembler les animations de la Fête des Lumières en presqu'île avec un dispositif type "Fan Zone".#SaladeLyonnaise #FDL2016 — Gérard Collomb (@gerardcollomb) 16 septembre 2016 De son côté, le parti qui a peur de tout et de tous, réclame purement et simplement l'annulation par la voix de Christophe Boudot, président du groupe Front National au conseil régional Auv

Continuer à lire

«Nous ne sommes pas un apéro géant facebook»

MUSIQUES | Entretien / Vincent Carry, coordinateur général de Nuits Sonores dresse le bilan de la huitième édition du festival. Bilan et perspectives. Propos recueillis par Dorotée Aznar

Dorotée Aznar | Lundi 31 mai 2010

«Nous ne sommes pas un apéro géant facebook»

Petit bulletin : Avec 81 000 spectateurs, dont plus de 39 000 sur les sites payants, Nuits sonores 2010 a affiché un record d’affluence. Avez-vous été surpris par le succès du festival cette année ?Vincent Carry : On est toujours surpris par l’ampleur du succès. Cette année, ce qui est dingue et inédit, c’est que l’ensemble des événements payants a affiché complet avant l’ouverture des portes. Aucun billet n’a été vendu sur place. Comment expliquez-vous cette augmentation de fréquentation ? La présence de quelques têtes d’affiche comme 2 Many DJ's a-t-elle joué ?Je pense qu’il faut relativiser le rôle des têtes d’affiche. Il ne s’agissait pas de têtes d’affiche «vues à la télé», nous sommes restés dans une programmation très «Nuits sonores» si on peut dire. En fait, ce qui a joué, c’est tout d’abord la croissance naturelle du festival qui gagne environ 10% de fréquentation chaque année et nous avons également remarqué un effet «N -1», c’est-à-dire que quand une édition fonctionne bien, l’édition suivante profite d’un vrai buzz. Enfin, je pense que c’est la première fois que l’on réussit à mettre tout le monde d’accord en termes de programmation. Nous a

Continuer à lire

«Récupérer au vol des artistes»

MUSIQUES | Entretien / Vincent Carry, coordinateur général de Nuits Sonores, fait le point sur Arty Farty, dix ans après sa création. Propos recueillis par CC

Christophe Chabert | Jeudi 2 avril 2009

«Récupérer au vol des artistes»

Petit Bulletin : Arty Farty fête ses dix ans cette année… Quelles sont les activités de l’association ?Vincent Carry : Il y en a quatre : l’organisation du festival Nuits Sonores depuis 7 ans ; les Échos Sonores depuis 2004, qui ont donné lieu à 70 événements — Squarepusher sera le 71e — dans 10 endroits différents dont la Plateforme, la Marquise, le DV1… Ensuite le booking, qu’on a commencé il y a trois ans avec Flore. Aujourd’hui, l’association s’occupe de 11 artistes, dont Flore, Spitzer et Danger : enfin, nous répondons à des appels à projets venus de collectivités pour organiser des événements nationaux ou internationaux. On revient de Zurich où avait lieu La Belle Voisine, on s’apprête à aller faire trois jours de Nuits Sonores à Barcelone en juin… Il y a cinq ans, les Échos sonores étaient mensuels et axés électro ; la fréquence a augmenté et les styles se sont diversifiés…Cette ouverture a accompagné celle du festival. Effectivement, on s’est ouvert au rock, au hip-hop… Mais les Échos Sonores ont toujours servi à récupérer au vol des artistes qu’on ne pouvait pas avoir pendant le festival. Quant au fait d’être passé de un à deux par mois, c’est

Continuer à lire

Dans la brume électronique

CONNAITRE | Festival / Vincent Carry, coordinateur général de Nuits Sonores, commente la sixième édition et le visage actuel du festival, son public, ses choix et son futur… Propos recueillis par Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 1 mai 2008

Dans la brume électronique

Petit Bulletin : Vous avez changé le sous-titre du festival en «electronic & indie festival» : on s’attendait à ce que la programmation suive ce changement, mais j’ai plutôt l’impression d’un retour aux fondamentaux…Vincent Carry : C’est la base line qui a suivi l’évolution de la programmation, pas l’inverse. On n’a pas cherché à ce que la programmation s’adapte, c’est plutôt le sous-titre qui s’est adapté à une réalité. Depuis le début, Nuits sonores n’est pas un festival exclusivement de musiques électroniques, il y a toujours eu des groupes qui venaient jouer guitare-basse-batterie, rock, pop, folk, hip-hop, jazz, musique expérimentale, punk… C’était une manière d’être plus cohérent avec nous-mêmes ; même si nos racines culturelles sont électroniques, en grande partie issue de la scène techno de la fin des années 80 et du début des années 90, il y a cette diversité de points de vue dans l’équipe. On a évolué aussi, et on n’est pas isolés, la plupart des festivals de musique électronique ont suivi le même chemin. Ce sont aussi les artistes qui nous dictent ce que l’on doit faire. Quant à savoir s’il y a un côté «back to basics»… Il y a peut-être des choses symb

Continuer à lire

Collomb, avant / après

ACTUS | Municipales / Gérard Collomb, maire (PS) de Lyon dresse le bilan de son action dans le domaine culturel et évoque ses projets pour un éventuel second mandat. Propos recueillis par Dorotée Aznar

Dorotée Aznar | Mardi 26 février 2008

Collomb, avant / après

Petit Bulletin : Les budgets investis pendant votre premier mandat ont-ils changé la vie culturelle à Lyon ?Gérard Collomb : Nous sommes à 20% du budget de fonctionnement de la Ville pour la culture, ce qui veut dire que nous subventionnons beaucoup. Nous avons par ailleurs investi 100 millions d’euros, donc je pense que cela a effectivement changé la culture à Lyon… Nous avons souhaité que les grosses structures puissent s’ouvrir sur les petites dans une dynamique de «portage», par exemple quand le ballet de l’Opéra de Lyon soutient les Pockemon Crew… Nous avons ouvert un certain nombre de structures comme le Théâtre du 8e ou les Subsistances, qui ont permis d’accueillir des formes nouvelles de création. L’une des premières décisions que nous avons d’ailleurs été amenés à prendre a été d’installer Guy Walter aux Subsistances. À l’époque, cela avait provoqué un certain remous… Dans votre programme, vous suggérez de créer des friches artistiques, qu’entendez-vous par là ? À l’époque, si j’avais eu à prendre la décision de refaire ou de ne pas refaire les Subs, je leur aurais donné un caractère plus brut. Quand

Continuer à lire