Herbes folk

De passage à l'Épicerie Moderne, Alela Diane et sa copine Mariee Sioux sont le fruit d'une longue tradition de folk conjugué au féminin. Panorama non-exhaustif des grandes dames qui ont semé le folk aux quatre vents. Stéphane Duchêne

À Nevada City, Californie, ancienne bourgade de la ruée vers l'or reconvertie en parc à hippies, il y a un nouveau genre de pépite : la chanteuse folk. C'était de là déjà que nous était parvenu la voix cinglée de Joanna Newsom. De là que nous arrivent maintenant Alela Diane et Mariee Sioux, artisanes d'une musique de cow-boy qui, pour une fois, donnerait aussi le beau rôle à la nation indienne (Mariee est d'ascendance indienne et Alela fait comme si...). Outre qu'elles sont copines, les trois ont en commun le goût de l'intemporel. Une tendance qui n'a rien à voir avec la volonté affichée de sonner vintage, ces filles ayant un peu vécu hors du temps dans une ville semi fantôme, entourée de parents hippies sur lesquels le temps n'a qu'une prise relative.

Cultivant l'esthétique sépia et des histoires vieilles comme l'Amérique, elles sont en réalité les héritières de plus de 50 ans de folk féminin. Avec cette particularité qu'elles pourraient aussi bien en être la racine. On n'y verrait que du feu. En Amérique du Nord, les femmes ont bien plus qu'ailleurs toujours eu la guitare qui les démange. Et ont, tout autant que leurs homologues masculins, apporté leur pierre à l'édifice folk, parfois teinté de blues, de rock, de soul ou de jazz, mais en puisant toujours largement dans les racines country.

La voix des Droits civiques

Les pionnières du genre sont sans aucun doute les trois générations de femmes de la Carter Family, actives de la Grande Dépression aux années 60 sous la houlette de la matriarche Maybelle puis de sa fille June, future femme de Johnny Cash. À leur suite, le folk féminin n'aura de cesse de naviguer entre perpétuation d'une tradition musicale enracinée (Emmylou Harris, Lucinda Williams, compagne musicale de l'explorateur country-folk Gram Parsons) et dimension politique. Cette dernière n'étant pas pour autant toujours explicitement martelée mais déclinée au gré des chroniques quotidiennes ou des bluettes prétextes. Chez Dolly Parton ou Donna Fargo par exemple, qui allient plaisir des oreilles et plaisir des yeux avec leurs chemises à carreaux trop petites (ou leurs seins trop grands). Bien sûr les années 60, si politiques, voient logiquement les femmes folk s'affranchir elles aussi de la génération silencieuse de l'ère maccarthyste, portées par des figures comme l'afro-américaine Odetta, «La Voix des Droits Civiques», ou l'Indienne Buffy Sainte-Marie, née dans une réserve et docteur en Beaux Arts, qui chante pareillement le massacre de son peuple par les blancs et la boucherie vietnamienne.

Mais la prêtresse du «protest song», et tous sexes confondus s'il vous plait, se nomme évidemment Joan Baez. Qu'elle reprenne d'antédiluviennes chansons traditionnelles ou accompagne Bob Dylan son amoureux dans les grands-messes folk, sa voix de théière de bivouac altermondialiste qui sonne la fin des haricots ne baissera jamais pavillon. Même aujourd'hui que les haricots sont cuits et recuits. Sa grande «rivale» de l'époque (même si à cette époque tout le monde est ami), la canadienne Joni Mitchell est sans doute bien meilleure musicienne. Lorgnant vers le jazz, elle enregistre de sa voix céleste des disques qui font date, comme Blue (1971), cité en références par de nombreux musiciens, bien au-delà de la sphère folk.

Cow-girls

Ces voix singulières aux vibratos invraisemblables ont toujours été la marque de fabrique des folkeuses, là où leurs homologues masculins se contentent le plus souvent de maugréer d'une voix caverneuse (école country Cash/Kristofersson) ou de se racler les sinus (école Guthrie/Dylan/Chesnutt). La plus impressionnante est sans doute celle Karen Dalton, mi-irlandaise, mi-cherokee, qui, à 20 ans, chante déjà comme un bluesman centenaire avec un timbre mélancolique à pierre fendre, quelque part entre Billie Holliday et l'avinée Amy qu'on célèbre aujourd'hui.

D'autres cultivent une voie plus qu'une voix (même si elles l'ont jolie) : Linda Perhacs opte pour un univers psychédélique à la liberté absolue mais opaque («Joni Mitchell chez Stockhausen» diront certains) qui ravit sur le tard les branchés, de Devendra Banhart à Daft Punk. Toutes ces tenancières de l'âge d'or 60-70's ont bien entendu marquées les générations suivantes. Même quand celles-ci sont moins intrinsèquement folk. Soit nourries de rock indépendant et collée à leur époque comme les néo-féministes Ani Difranco et Suzanne Vega. Soit carrément anti-folk («anti» étant un genre de «faux ami»), comme Kimya Dawson, ex-Moldy Peaches, dont les comptines bancales et faussement underground sont devenues le produit d'appel numéro un de toute bonne BO (Juno, très récemment).

Mais c'est sans aucun doute la dernière génération de folkeuses qui est la plus soucieuse d'un retour aux racines des «mères fondatrices». Le label Fargo la célébra, il y a peu, avec la compilation Even Cowgirls get the blues. On y trouve des filles aussi différentes que la française Emily Loizeau, «french cousine» pas si éloignée, des rockeuses indés comme Lauren Hoffman, de pures cow-girls du Kentucky ou d'ailleurs (Sera Cahoone, Dawn Landes) et des filles déguisées en indiennes nommées Alela Diane et Mariee Sioux. À aucun moment on ne songe pourtant à douter que toutes ces filles très différentes chantent finalement d'une seule voix. Une voix qui vient de loin et n'a de cesse d'y retourner, comme le fruit, en tombant de l'arbre, retourne à la terre.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 31 janvier 2023 De passage à Lyon, comme chaque fois qu'elle publie un disque, Alela Diane a livré en 2022 un sublime album, Looking Glass, qui à travers le miroir marie l'intime et le global dans un chant de la terre qui voudrait ouvrir les consciences sur la...
Mercredi 4 janvier 2023 L'année précédente digérée, et avec elle, les agapes des réveillons, les affaires reprennent sur les scènes de musiques actuelles. Beaucoup de choses à voir et entendre dont nous vous livrons une sélection premium. 
Mardi 24 avril 2018 En plus d'Alela Diane, le Petit Bulletin Festival #2, ce sont deux autres têtes d'affiche, Cascadeur et Orchestra Baobab, et quatre jeunes talents fascinants. À noter aussi quelques concerts acoustiques et surprises à découvrir sur place pour...
Mercredi 28 mars 2018 Après son Petit Bulletin Live de 2014, la reine du folk indé Alela Diane revient nous rendre visite avec son dernier album "Cusp", poignant témoignage personnel, comme elle sait si bien les livrer, sur l'expérience de la maternité.
Mercredi 28 février 2018 De Cascadeur à Orchestra Baobab en passant par Sage, Alela Diane et tous les autres, petite sélection best of spéciale Petit Bulletin Festival #2. Même si le meilleur est à venir en live du 27 au 29 avril au Subsistances.
Mercredi 7 février 2018 Pour sa deuxième édition, le Petit Bulletin Festival prendra ses quartiers aux Subsistances les 27, 28 et 29 avril prochains avec pas moins de sept artistes au programme, de la folk à la pop en passant par la world music. En voici le détail.
Dimanche 8 mars 2015 C'était le 12 juin 2014. Sous une chaleur accablante, Alela Diane faisait littéralement suffoquer la Salle Rameau lors du dernier PB Live de la saison (...)
Jeudi 5 juin 2014 En visite lyonnaise pour un PB Live intime, Alela Diane interprètera, entre autres et en solo, les sublimes chansons d'"About Farewell". De cet album contant les prémices de son divorce, la folkeuse de Nevada City a fait un disque de renaissance...
Vendredi 21 mars 2014 A une semaine du concert de Benjamin Clementine et à un mois de celui de San Fermin, nous avons le plaisir de vous confirmer la venue, le 12 juin (...)
Vendredi 6 juillet 2012 Quand il s'agit d'évoquer ce que l'on a commencé à appeler le néo-folk, au mitan des années 2000, le nom d'Alela Diane s'impose immédiatement. (...)
Jeudi 5 avril 2012 On avait découvert Mariee Sioux Sobonya alias Mariee Sioux, par la grâce – à tous les sens du terme – de son amie d'enfance Alela Diane, qu'elle (...)
Vendredi 30 septembre 2011 Pop / C'est donc maintenant Alela Diane «& Wild Divine». Du nom du groupe qui l'accompagne, bien sûr. Tout est dans le «&», comme une tentative de (...)
Jeudi 15 septembre 2011 Fini les tresses d'indiennes, les pochettes sépias et les robes cousues mains par mémé dans une caravane de Nevada City, qui donnaient à la chanteuse et à son (...)
Mercredi 15 septembre 2010 Portrait / Non, Joanna Newsom ne déboule pas sur scène avec une couronne de lauriers dans ses tresses de diva druidesse. Mais en donnant le la de cette rentrée musicale, quoi de plus normal que de faire honneur à cette muse descendue des étoiles...
Dimanche 25 avril 2010 Qu'on se le dise, comme les romans un peu touffus ou les pavés métafictionnels américains, le dernier album de Joanna Newsom réclame une attention toute (...)
Mercredi 13 mai 2009 Musique / Révélée en folkeuse de Nevada City l’an dernier avec The Pirate’s gospel, Alela Diane sort de sa solitude et s’affranchit de ses racines musicales sur un nouvel album très réussi, To be still. Christophe Chabert
Mardi 8 avril 2008 Si on dénonce souvent le copinage et le favoritisme, il faut parfois reconnaître que de temps à autre il peut avoir du bon. Car en plus de venir présenter son (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X