Nuits sonores – Vendredi 18 - Report

Sept lieux, six sessions de 9h de live, trois concerts spéciaux. Il fallait bien ça pour fêter les dix ans de Nuits sonores, fleuron européen de la musique électronique (et plus si affinités). Compte-rendu du jour 3. Benjamin Mialot

Une blonde en mal de vodka. Un grand brun nous reprochant l'absence de points de vente de cigarettes. Une poignée de jeunes ayant pensé à tout sauf à la weed. Hier, la frange la plus secouée du public de Nuits Sonores nous a pris pour un distributeur ambulant. Manque de pot pour elle, même si notre manière de danser peut prêter à confusion... Coup de bol pour elle, hier, les hallucinations et la transe étaient comprises dans le prix des billets. 



Le freak, c'est chic

À l'Hôtel-Dieu, on s'est demandé si «l'appartement de fous» qui jadis scindait en deux la cours de sa chaufferie était encore en service et si ce n'était pas ses locataires qui se succédaient sur la grande scène. Prenez les Londoniennes de Trash Kit. Elles ont bien essayé de nous la mettre à l'envers, à se pointer sans leurs habituelles peintures de guerre fluo, mais leur rock, primitif et béat comme du Animal Collective interprété par les Slits, ne laisse aucun doute : elles souffrent d'un touchant complexe de Peter Pan.

Prenez aussi Hunx & His Punk. Un fascinant cas de trouble du déficit de l'attention que cette bande de San Franciscains, dont les airs de figurants de comédie musicale queer et les refrains à fort taux d'iode ont transformé les plus consciencieux de nos collaborateurs en d’incontrôlables groupies.

C'est cependant pas de Teutonnie dont étaient originaires les patients les plus irrécupérables et, par conséquent, les plus passionnants. D'abord de Hambourg, en ce qui concerne Felix Kubin. Ou était-ce Alec Empire ? Ou bien Klaus Nomi ? Un membre caché de Kraftwerk, peut-être ? À moins qu'il n'ait s'agit d'un officier de marine en charge de la maintenance de radars et d'outils de brouillage ? Franchement, on ne sait plus, mais cette façon de maltraiter la musique de salon à coups de croons, d'invectives et de tirs de laser béotiens relève définitivement du Trouble de l'identité multiple.

La palme de l'anomalie revient toutefois aux Berlinois Ben Klock et Marcel Dettmann, résidents du fameux Berghain (le temple mondial de la techno à écouter collé aux enceintes) et psychopathes certifiés : en six heures d'un set implacable, et malgré un ravitaillement continu en champagne, on a dû les voir sourire deux fois. à leur décharge, deux, ce doit aussi être le nombre de fois qu'on a ouvert les yeux.

Here comes the boom

Les yeux, on les a aussi peu ouverts à Brossette. Juste le temps de s'extasier sur l'ambiance, digne du nouvel an dépeint dans le Strange Days de Kathryn Bigelow, d'éprouver de la compassion pour les poulets élevés en batterie et de remarquer ça et là des hommages à Adam Yauch et Donna Summer. Le reste de la nuit, nous étions tout simplement trop occupés à recevoir des leçons. Des leçons de groove, notamment du côté de la scène Red Bull, où un Theo Parrish extatique a sublimé à coups de collages virtuoses l'héritage musical de Détroit. Des leçons de classe, telle que celle dispensée par le Néerlandais Martyn et son inimitable dubtech. Des leçons de puissance, également. De la part, par exemple, du Californien Flying Lotus. Lequel, empruntant à des productions aussi diverses que celles de Mr. Oizo et Radiohead (une ovation à chaque sample), a bien du valoir à Arty Farty quelques réprimandes de la commission du désarmement de l'Organisation des Nations Unies.

Des leçons oui, mais aussi et surtout une claque, administrée par Joakim. Venu en trio et lui-même dépassé par l'ampleur mélodique et l'intensité rythmique de ses chansons (il lui a fallu se séparer, comme une fusée largue ses accélérateurs une fois atteinte sa vitesse de croisière, d'une bonne partie de sa setlist), le boss du label Tigersushi a tout simplement fait passer le concert donné par !!! l'avant-veille pour une surboum post-remise de diplômes. L'un des nombreux rock acts invités se produisant aujourd'hui lui fera-t-il subir le même sort ? La teneur du secret stage sera-t-elle à la hauteur des folles spéculations dont elle est la cible ? Les Français comprendront-ils enfin qu'un hot-dog, c'est à base de pain brioché ? Réponses demain, dans notre avant-dernier report.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 16 mai 2024 Le festival Nuits Sonores 2024 a marqué un tournant avec sa première édition aux Grandes Locos, un nouveau lieu qui a vibré au rythme des musiques électronique. Avec une programmation diversifiée et une affluence significative, le festival a su se...
Lundi 29 avril 2024 Année après année, la programmation du festival de musiques électroniques Nuits sonores s'étoffe, tant et si bien qu'on peut se perdre dans la (vaste) offre de concerts et DJ sets. Découvrez la sélection du Petit Bulletin !
Mardi 9 mai 2023 Musique pop, geek, avant-gardiste, artificielle, sons indisciplinés, mélodies lancinantes, et glitchées… Ces productions cristallines qui louchent vers le kitsch surchargé découlent d’un véritable mouvement : l’hyperpop. Plus qu’un genre musical,...
Mardi 24 janvier 2023 Ellen Allien, DJ emblématique de la scène berlinoise de la première décennie des années 2000, fait son retour à Nuits sonores ; la patronne de Bpitch Control était déjà là lors de la première édition, il y a vingt ans.
Mardi 24 mai 2022 En Chine, à Taïwan ou encore en Indonésie, une nouvelle scène novatrice et exploratrice renouvelle les codes des musiques électroniques et s'implante autour du monde : Nuits sonores s'en fait l'écho dans sa programmation.    
Mardi 24 mai 2022 Pas question pour Nuits sonores d’abandonner la scène 360°, née l'an dernier de la contrainte Covid, grâce à laquelle les artistes visuels que l’on appelait hier VJs sortent de l’ombre pour faire de l’image numérique un élément vivant au service de...
Lundi 18 octobre 2021 L'utilisation temporaire de Fagor-Brandt est prolongée jusqu'en novembre 2023, à la demande des acteurs culturels occupant le lieu. Mais rien n'est résolu pour la suite qui, au contraire, semble se compliquer, la Métropole n'ayant rien anticipé.
Jeudi 29 avril 2021 Nuits sonores aura lieu pour la première fois en été, fin juillet, avec un format adapté, assis ou couché — mais bel et bien à Fagor-Brandt. L'European Lab se déroulera en juin uniquement sur Internet.
Vendredi 17 avril 2020 C'était prévisible : pourtant déjà reporté à fin juillet, le festival de musiques électroniques lâche l'affaire une seconde fois. Il n'y aura probablement pas d'édition 2020.
Lundi 23 mars 2020 Cette fois, c'est officiel : Nuits sonores reporte à son tour son édition 2020, qui se déroulera donc du 22 au 26 juillet. Les principaux modules (les (...)
Mercredi 29 janvier 2020 Dévoilement intégral ou presque de la programmation de Nuits sonores 2020 : une édition qui regarde beaucoup vers le passé et se recentre comme rarement sur la musique électronique, tout en continuant à dénicher de nouvelles pépites. On...
Jeudi 23 mai 2019 Avec ses 200m2 situés à quelques pas du Sonic, Baston est le nouveau QG des cultures alternatives, féministes et queer. Un lieu de boom et non de teuf. On vous explique.
Mardi 8 janvier 2019 Pour les festivals comme pour la météo, il n'y a plus de saison : zoom sur les noms d'ores et déjà dévoilés de Nuits sonores et Nuits de Fourvière, et sur la programmation de Transfer et des Chants de Mars.

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X