Thierry Frémaux : projection particulière

Récit / Avant les tapis rouges, Thierry Frémaux a longtemps foulé avec une respectueuse gravité les tatamis de judo. Dans "Judoka", un récit où rien ne fait écran à cette part d’intime, le directeur général de l’Institut Lumière/délégué général du Festival de Cannes revient sur son rapport au sport et à l’intériorité.

On était ressorti avec un sentiment mitigé de la lecture Sélection officielle (Grasset, 2017), le précédent ouvrage signé Thierry Frémaux, journal d’une année calendaire type de l’homme occupant l’un des centres de gravité du cinéma mondial — le Festival de Cannes — et gravitant dans tous les autres. Précieux mémoire décrivant de l’intérieur la structuration d’une saison “normale” dans la vie du 7e Art (sa foultitude de coulisses organisationnelles, ses mondanités nécessaires, ses voyages à décalages horaires partout mais aussi ailleurs…), gagnant à se détacher de l’actualité immédiate pour offrir de la matière aux historiens des temps futurs, l’ouvrage était aussi constellé de séquences moins gracieuses. À commencer par les catalogues épuisants de célébrités de tous poils et l’avalanche de fleurs jetées sur chacune et chacun qui, entre deux petites forfanteries cyclistes, donnaient de l’homme une impression floue : comme s’il ne s’était pas résolu à aller au-delà de l’écorce, reflétant une image lisse et polie. Celle qu’auraient pu renvoyer ses chaussures vernies sur la Croisette.

Apprentissages

Changement de paradigme avec ce Judoka (Stock), face B du précédent. Ou suite et préquelle à la fois, à la manière du Parrain, 2e partie de Coppola. Car ici, ce n’est pas le globe-trotter aux multiples casquettes qui se (la) raconte, mais l’enfant et le jeune homme qui se dévoilent, vêtus de leur judo-gi, la fameuse tenue des judokas valant bien la probité candide et le lin blanc. Judoka n’est pas à proprement parler un essai sur la discipline inventée par Jigorō Kanō, ni un recueil de souvenirs, pas plus qu’il n’est un dictionnaire amoureux du sport en tant qu’art d’émancipation ; non, mais il est tout cela à la fois. Immersion pédagogique dans la galaxie philosophique des adeptes des dojos, approche de leurs chorégraphies décryptées aux profanes avec bienveillance, l’ouvrage montre comment cet art aussi noble que la boxe peut structurer un gamin. Comment le judo est une école d’humilité et de partage, où la première chose à assimiler est la chute, non de faire tomber. Où l’on craint la compétition qui « oblige à la vulnérabilité et à la confrontation à l’hostilité du réel ». Mais avec profit, puisqu’à l’instar du héros de l’extraordinaire Fearless de Peter Weir (1993), de cette confrontation naît un dépassement : « je n’ai plus jamais craint la défaite, ni qu’elle puisse être un problème — et bien avant d’avoir lu les philosophes grecs », écrit Thierry Frémaux. Où l’on s’endurcit le cuir (au propre comme au figuré), autant que l’on apprend à être serein et diplomate. Anguleux par moments ; anguilleux à d’autres. Un sport mental et physique, un sport complet.

Alternant l’épopée de Kanō et ses souvenirs d’apprenti devenant au fil des clubs, des stages, des maîtres et des ceintures, professeur de judo avant de voguer vers son autre passion, Thierry Frémaux brosse avec une tendresse assumée le décor de ses Minguettes, citant ses copains de tatami, de séances de ciné, de bas d’immeuble — et là, le name-dropping n’a rien d’un bottin mondain : c’est le cœur qui parle. Dans ce Vénissieux-banlieue rouge qu’il a chéri, où ses parents ultra engagés avaient choisi d’emménager par conviction politique, dont chaque rue ou édifice porte un “nom de gauche“, il fera le constat amer que ceux de sa génération (« les 1957-1963 ») n’ont plus que les miettes des idéaux de leurs aînés ayant connu la ferveur de 1968. Eux se prendront en plus la désillusion de la gauche mitterrandienne d’après 1981. Le début de la fin des ZUP… Davantage porté sur l’admiration enthousiaste que sur la sentence féroce (il abhorre notre époque de la méchanceté), Frémaux ne résiste cependant pas à chambrer le moindre Stéphanois qui passe, à taquiner ici ou là. On le découvre toutefois plus incisif lorsqu’il s’agit de fustiger (à raison) « la lente déliquescence vers l’info-spectacle [des médias qui] allait contribuer à la notabilisation d’un politicien histrionique, fascitoïde et borgne ».

Le miroir aux deux faces

Effet littéraire ou révélation d’une évidence tardive, Frémaux découvre en fin de récit la polysémie du terme “projection”, lequel trouve dans son parcours un double écho : horizontal sur les tatamis, vertical sur les écrans. Deux surfaces planes pour habiter l’espace entier de son existence (le vélo sinuant naturellement de l’un à l’autre pour les relier), et destinées à se rencontrer orthogonalement par la fatalité de la géométrie euclidienne. L’épiphanie pour le judoka-cinéphile se produira en janvier 1980 dans la salle quasi déserte du défunt Cinématographe devant La Légende du grand judo (Sugata Sanshiro, 1943), un rare Kurosawa que même Tavernier « dont on sait il qu’est aussi difficile de le prendre en défaut filmographique que Roger Federer sur un tie-break à Wimbledon, ne connaissait pas ». Il a depuis été remontré au festival Sport Littérature et Cinéma. En refermant Judoka, on se dit d’ailleurs que l’aboutissement personnel de Thierry Frémaux n’est pas Cannes, ni au Festival Lumière mais bien dans ce festival de fin d’hiver taillé sur mesure dans lequel celui qui hurle à chaque ligne son amour du sport, des films, des livres mais aussi des années 1970, a convié la plupart des idoles de sa jeunesse. « Nul ne guérit de son enfance… », chantait le compagnon de route Jean Ferrat…

Thierry Frémaux dédicacera Judoka le samedi 27 février à 10h30 à la Librairie du Premier-Film et la Librairie Michel Descours le samedi 6 mars, de 14h30 à 17h30

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 1 décembre 2021 Après de rocambolesques péripéties, l’Institut Lumière accueillera bien du 7 au 14 décembre les neuf films du “Festival Netflix“ et sa pluie de grands auteurs, dans un contexte houleux. Récit du feuilleton qui a tourneboulé les “professionnels...
Jeudi 18 novembre 2021 Imaginez la migraine pour les Anglo-saxons : la première cinéaste de l’histoire s’appelait Guy — bon, d’accord de son nom de famille, Alice (1873-1969) (...)
Lundi 5 juillet 2021 Hommages et déserts au menu de l’Été en Cinémascope 2021, avec en sus de somptueux plats de résistance. Réservez tout de suite un mardi et sept jeudis ; en plus, c’est gratuit !
Vendredi 26 mars 2021 Un mois avant son quatre-vingtième anniversaire, le jour du centenaire de Simone Signoret, Bertrand Tavernier est décédé dans sa propriété de Sainte-Maxime. C’est davantage qu’un cinéaste ou que le président de l’Institut Lumière qui disparaît avec...
Jeudi 25 mars 2021 On vient d’apprendre la disparition à 79 ans du cinéaste, scénariste et producteur Bertrand Tavernier, par ailleurs président de l’Institut Lumière depuis sa création en 1982. Une perte immense.
Jeudi 16 juillet 2020 Deux fois deux Palmes d’Or succèdent donc au double palmé Francis Ford Coppola, et recevront donc le Prix Lumière le vendredi 16 octobre à Lyon. Croisons-les doigts pour que rien n’entrave cette prophétie…
Mardi 10 décembre 2019 Plus le temps passe, plus la place de Matrix dans l’Histoire du cinéma se consolide. La chose s’avère même troublante : rares sont en effet les films à jouir (...)
Mardi 30 avril 2019 L’Institut Lumière célèbre Christopher Nolan qui, en moins de vingt ans, s’est affirmé comme l’un des auteurs qui comptent à Hollywood et ailleurs : dix (...)
Mardi 11 décembre 2018 Voici le genre de soirée auquel on aimerait convier Martin Solveig. Surtout pas pour le charger d’ambiancer les séances — il serait capable de demander (...)
Mardi 17 avril 2018 C'est lundi prochain, le 23 avril, que seront choisis les quatre dossiers (maximum) retenus pour la reprise de la Salle Rameau suite à l'appel à candidatures, le projet gagnant sera lui dévoilé à l'automne prochain à l'issue d'un second tour. Point...
Mardi 3 avril 2018 Avec son récurrent programme Cinématokid, l'Institut Lumière soigne les mirettes de notre progéniture en leur donnant accès au meilleur de l'animation internationale.
Mardi 19 décembre 2017 Tant pis pour les plus jeunes ! L’Institut Lumière n’ayant toujours pas, à l’heure où nous écrivons ces lignes, divulgué les films retenus pour ses “séances (...)
Mardi 28 novembre 2017 Son importance dans le paysage cinématographique contemporain n’a d’égale que son infinie discrétion. Humble mais résolu, il se révèle capable d’audaces inouïes (...)
Mardi 29 ao?t 2017 Même si la soirée d’ouverture de la rétrospective Andreï Tarkovski (1932-1986) est prévue mardi 5 septembre autour de L’Enfance d’Ivan, cinq des six films (...)
Mardi 13 juin 2017 La très réussie exposition consacrée aux frères Lumière s'installe dès cette semaine au Musée des Confluences, légèrement revisitée : une plongée dans l'histoire d'une famille, mais surtout aux origines du cinéma comme de la photographie couleur.
Mardi 4 octobre 2016 Bibliothèque : bondée. Café du coin : bruyant. Atelier de co-working : complet. Pas de panique : on a déniché les meilleurs lieux pour réviser votre dernier cours de macroéconomie et booster votre créativité.
Mardi 20 septembre 2016 De tous les super-héros capés, Batman est celui auquel chacun(e) s’identifie le plus aisément, puisque sa force réside dans ses faiblesses. Ni extraterrestre, (...)
Mardi 21 juin 2016 Précurseur de la manifestation pluriculturelle Tout l’monde dehors, le rendez-vous estival de l’Institut Lumière joue chaque année à fond la carte de la (...)
Mardi 15 mars 2016 Sans un bruit, un nouveau festival a vu le jour à l’Institut Lumière. Une discrétion toute naturelle, puisqu’il est dévolu au muet — vaste pan de l’histoire (...)
Vendredi 5 février 2016 L’information, publiée par Tribune de Lyon, s’est propagée dans la ville comme une traînée de poudre ces derniers jours : l’emblématique Thierry Frémaux, (...)
Mardi 16 février 2016 Après deux quintuples vainqueurs du Tour, Bernard Hinault et Eddy Merckx, le festival Sport, Littérature et Cinéma rend hommage à une autre légende du cyclisme : Raymond Poulidor, éternel second et perdant paradoxal, car unique coureur de l'Histoire...
Mardi 19 janvier 2016 Séparément,  chacun exerce sur le public une attraction confinant à la fascination : que dire alors d’une rencontre entre sport, (...)
Jeudi 10 décembre 2015 Deux ans après Eddy Merckx, c'est un autre cycliste qui donnera le coup d'envoi de la troisième édition des passionnantes rencontres Sport, Cinéma et (...)
Vendredi 9 janvier 2015 Thierry Frémeaux vient de l'annoncer en marge des rencontres Sport, cinéma et littérature : l'Institut Lumière projetera jeudi 15 janvier à 21h le documentaire (...)
Mardi 6 janvier 2015 Invité à ouvrir le festival "Sport et Cinéma" de l'Institut Lumière, Bernard Hinault, quintuple – et dernier français – vainqueur du Tour de France fut aussi, à sa manière, un personnage de cinéma. Le héros de quelques-uns des plus beaux thrillers...
Jeudi 25 septembre 2014 Une jolie pancarte Leroy-Merlin accrochée sur ses grilles ne laissait plus trop planer le doute ces derniers jours, mais il aura fallu attendre sagement (...)
Mercredi 7 novembre 2012 La double rétrospective consacrée à Charlie Chaplin commence ce week-end à l'Institut Lumière avec le programme suivant : Samedi 10 novembre 14h30 JEUNE PUBLIC (...)
Jeudi 1 septembre 2011 Petit Bulletin : La présentation de The Artist en ouverture du festival à la Halle Tony Garnier ne pose-t-elle pas le même problème que l’avant-première à Bercy (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !