Guitry, l'immoral

Ciné-collection / Les salles du GRAC proposent jusqu’à fin décembre de redécouvrir deux films de Sacha Guitry, Le Roman d’un tricheur et La Poison, et avec eux l’œuvre d’un authentique cinéaste par-delà l’auteur brillant et le comédien génial.

Il est arrivé à Sacha Guitry ce qui tomba sur le nez de Michel Audiard quelques temps plus tard : de cet artiste complet ne restèrent que ses aphorismes, citations tronquées ou tordues par les pensionnaires des Grosses Têtes époque Philippe Bouvard. Même le comédien, authentique génie de la musicalité et de l’imaginaire, fut réduit à un phrasé qu’on dit inimitable alors qu’il est ce qu’il y a de plus facile à copier dans son jeu. Quant au cinéaste, Guitry fut le plus injuste critique de lui-même, affirmant jusque dans l’introduction de La Poison (1952) : « on ne me fera pas appeler ça [le cinéma] autrement que du théâtre ». Il en remontre pourtant à bien des réalisateurs imbus de leur métier : il pousse par exemple les murs des studios pour s’y permettre des mouvements d’appareil inédits et des angles de vues à faire pâlir Orson Welles.

L’art de la triche

Surtout, Guitry a développé dans son œuvre une passion immodérée pour l’immoralité. Qu’il ne regarde pas comme un dégoût envers la morale, mais bien comme une vertu sinon une inspiration esthétique. Ainsi de sa famille du Roman d’un tricheur (1938), intoxiquée par des champignons et qui disparaît d’un claquement de plans à l’image. Dans ce qui est sans doute avec Casino de Scorsese le plus grand film parlé de l’histoire du parlant, presque uniquement raconté en voix-off, la triche est un art et une éthique. Puni parce qu’il avait volé, le jeune Sacha a la vie sauve, alors que ses parents meurent d’avoir été « honnêtes ». Quant au mari martyrisé de La Poison, incarné par un Michel Simon exceptionnel, il veut supprimer sa harpie de femme mais en aura le courage seulement après qu’un avocat lui ait dicté la parfaite préméditation du crime : celle qui lui assure son acquittement. Dans ses meilleurs films, Guitry fait de l’immoralité un terrain de jeu à tous les sens du terme : au plaisir d’inventer des situations se joint le plaisir de laisser les acteurs s’en griser à l’écran, et nous avec, notre morale au placard.

Cycle Farces et attrapes
Dans les salles du GRAC (grac.asso.fr)
Jusqu’au 31 décembre 

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Cinéma...

Mardi 31 octobre 2023 Le festival Lumière vient de refermer ses lourds rideaux, les vacances de la Toussaint lui ont succédé… Mais ce n’est pas pour autant que les équipes de (...)
Mardi 31 octobre 2023 Si le tourisme en pays caladois tend à augmenter à l’approche du troisième jeudi de novembre, il ne faudrait pas réduire le secteur à sa culture du pampre : depuis bientôt trois décennies, Villefranche célèbre aussi en beauté le cinéma francophone....
Mardi 5 septembre 2023 C’est littéralement un boulevard qui s’offre au cinéma hexagonal en cette rentrée. Stimulé par un été idyllique dans les salles, renforcé par les très bons débuts de la Palme d’Or Anatomie d’une chute et sans doute favorisé par la grève affectant...
Mardi 29 août 2023 Et voilà quatre films qui sortent cette semaine parmi une quinzaine : N° 10, La Beauté du geste, Alam puis Banel & Adama. Suivez le guide !
Lundi 5 septembre 2022 Bien qu’il atteigne cette année l’âge de raison avec sa 7e édition, le Festival du film jeune de Lyon demeure fidèle à sa mission en programmant l’émergence des (...)
Mercredi 17 août 2022 Et si Forrest Gump portait un turban et dégustait des golgappas plutôt que des chocolats ? L’idée est audacieuse mais aurait mérité que le réalisateur indien de Laal Singh Chaddha se l’approprie davantage. Si l’intrigue réserve forcement peu de...
Mercredi 11 mai 2022 Alors que son film posthume Plus que jamais réalisé par Emily Atef sera présenté dans la section Un certain regard du 75e festival de Cannes, l’Aquarium (...)
Vendredi 13 mai 2022 Fruit du travail de bénédictin d’un homme seul durant sept années,  Junk Head décrit en stop-motion un futur post-apocalyptique où l’humanité aurait atteint l’immortalité mais perdu le sens (et l’essence) de la vie. Un conte de science-fiction avec...
Mardi 26 avril 2022 Les organisateurs d’On vous ment ont de le sens de l’humour (ou de l’à propos) puisqu’ils ont calé la septième édition de leur festival pile entre la présidentielle et les législatives. Une manière de nous rappeler qu’il ne faut pas tout...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X