Balade à Parilly : dame blanche du périph' et projets aquatiques maudits

Malédiction / Au confluent de Bron, Vénissieux et Saint-Priest, déroulent les 178 hectares du parc de Parilly. On aurait pu y faire du pédalo l’été, mais on a eu un hippodrome à la place. Comment donc en est-on arrivé là ? Une escapade pour remonter jusqu’au XVe siècle, explorer métaphoriquement les abords du périph' et faire le tour des légendes urbaines qui ont marqué le périmètre. 

L’aventure commence en 1934. Emile Bollaert, préfet du Rhône, met tout en œuvre pour donner à l’est lyonnais un poumon vert qui rivalise avec le parc de la Tête d’Or. Première étape, le terrain ! L’endroit choisi est une zone peu urbanisée, faite de champs réputés pas très fertiles et de hameaux entre Bron et Vénissieux : le quartier de Parilly. 

à lire aussi : Un hôpital bâti sur les ruines d’un cimetière, l'étonnant passé du Vinatier et du Groupement Hospitalier Lyon Est

Le projet des confins

Au cours des siècles, ce bout de territoire, a souvent fait l’objet de querelles de frontières. Pour les comprendre, rendez-vous sur le périphérique :  avez-vous déjà entendu parler du virage de la femme morte, juste à côté de la gare de Parilly ? Les siècles ont passé, personne ne sait vraiment à quelle dame blanche on fait référence : même le Guichet du savoir, le service de la bibliothèque qui a traditionnellement réponse à tout (et qui fêtera ses 20 ans en mars) a donné sa langue au chat. 

La dame blanche du périphérique : une légende urbaine qui a plus de 500 ans

Il semblerait qu’il faille plutôt chercher du côté du métro pour en savoir plus sur cette mystérieuse femme. Pour cela, remontons 400 ans en arrière : imaginez que la place sur laquelle se tient l’arrêt de la ligne D "Parilly" est un carrefour un peu plus minimaliste. Il s’appelle à l’époque… le Triévon de la Vieille Morte. 

Ce nom nous est parvenu grâce à une querelle de clocher, qui revient régulièrement sur le tapis depuis le XVe siècle. Les habitants de Vénissieux, Bron, Saint-Priest et Corbas se sont plusieurs fois disputé la zone : Louis XI puis Henri IV ont dépêché des émissaires pour faire le tour de la question. Comment a-t-on tranché ?  L’histoire n’en dit pas plus sur la délimitation des communes, ni sur la femme derrière ce nom mystérieux.

On sait juste qu’elle aurait été trouvée là, le corps recouvert d’un monticule de cailloux. Et au XVe siècle déjà, on l’appelle la Vieille Morte, pas pour l’âge qu’elle aurait eu au moment de son décès, mais en raison de l’ancienneté de cette tombe, dont on n’a gardé qu’un nom de virage de périphérique. Voilà comment se construisent les légendes urbaines : en empilant des noms mystérieux au fil des siècles sans conserver de trace de l’élément déclencheur qui pourrait être tristement banal, encore aujourd'hui. Dur rappel à la réalité : rien que depuis le début de l’année, on compte 34 féminicides. 

Si vous craignez les apparitions de type dame blanche, rassurez-vous : aucun risque de phénomène accidentogène, l’endroit a été doté d’un radar.

Un périph' pour les bateaux 

Si on en revenait au parc ? Dans les années 30, au moment où l’on commence les travaux pour aménager Parilly, un autre projet titanesque voit le jour : celui d’un canal périphérique pour les bateaux, qui permettrait de relier Pierre Bénite à Miribel… avec un tunnel sous la colline de Parilly. On a creusé pendant plus de 20 ans, simultanément avec la conception du parc, mais le projet n’a jamais abouti (vous le sauriez sinon, car Vénissieux serait traversé par un canal).

La faute à quoi ?  Une conjonction de plusieurs facteurs : un défaut de main d’œuvre, dû à une vague d’enrôlements pour la guerre d’Algérie, une grogne générale, tant de la part des politiques que des riverains et une envolée du coût des travaux. Projet abandonné en 1960, pas de périphérique pour les bateaux, ni de tunnel mystérieux sous le parc : pour les légendes urbaines, on repassera. 

Compte là-dessus et bois de l’eau fraiche

Cette fois, revenons-en vraiment à notre parc de Parilly. Le projet retenu en 1936 pour aménager ces 210 hectares (pile deux fois plus grand que le parc de la Tête d’Or qui en fait 105) est ambitieux : stade, gymnase, piscine, terrains de tennis, un zoo et surtout, deux lacs. Un petit qui, après le gel en hiver, fera office de patinoire et un grand lac d’agrément. Le projet de patinoire parait irréel aujourd’hui avec nos hivers qui ne gèlent plus. C’était il y a moins de 100 ans. 

On commence à creuser le lac en 1937 avec des bulldozers. On a aussi commandé 300 000 arbres pour agrémenter le futur parc. À titre de comparaison, il y a actuellement un peu plus de 105 000 arbres dans la métropole de Lyon (si on exclut les jardins privés et les parcs). Deux ans plus tard, la Seconde Guerre mondiale éclate. Les habitants du coin coupent les arbres fraîchement plantés pour pouvoir se chauffer, on transforme les espaces vides en champs pour pouvoir se nourrir. Emile Bollaert, quant à lui, est relevé de ses fonctions en 1940 car il refuse de prêter serment au maréchal Pétain. Il entre dans la résistance alors que son projet de parc reste à l’état de friche.

Qu’est devenu le grand projet de lac ? Un habitant du quartier témoignait en 1984 : « Quand il a été terminé, pour bien dire, prêt à mettre en eau, il y a déjà eu des problèmes pour amener l’eau, et puis ils se sont aperçu que… comme c’était tout du gravier, avec la nappe phréatique dessous, eh bien tout… l’eau, elle avait passé tout droit. Elle n’était pas restée. » Une erreur hydrologique monumentale ?  Autre hypothèse, plus historique : au sortir de la Seconde Guerre mondiale, il y a d’autres priorités que l’aménagement du parc de Parilly. Le projet est donc revu à la baisse. Moins d’hectares, adieu le lac et la patinoire, bonjour les jeunes plants qu’on va chercher dans les forêts du Beaujolais. 

Il aura fallu plusieurs décennies pour combler le vide laissé par le fantôme du lac, avec un hippodrome, en 1965. Il reste quand même un peu d’eau au parc de Parilly : un château d’eau, construit en 1955, encore en service aujourd’hui. Il est alimenté par les canaux de Miribel et Jonage. Cette eau ne passe par aucun périphérique, mais la boucle est quand même bouclée ! 

Prolonger la balade, en vrai ou en pensée

  • Se plonger dans les histoires de Bron et Vénissieux, patiemment rassemblées dans deux ouvrages précieux : Bron au fil des ans de Marcel Forest aux éditions Bellier et Chroniques Vénissianes d’Alain Belmont aux éditions La Passe du Vent
  • Si vous avez plutôt envie de comparer les châteaux d’eau, admirer celui de la Duchère, classé au patrimoine du XXᵉ siècle 
  • Faire un détour architectural par l’hippodrome : son bâtiment a été imaginé par Charles Delfante, l’architecte de l’auditorium Maurice Ravel
  •  Vous arrivez par le métro Parilly ? Sur le quai, levez la tête vers l’œuvre de Patrice Giorda, Entrelacs de feuilles. L’artiste reprend un motif ancien d’entrelacs de feuilles de vignes qu’il a aperçu lors d’un séjour au Portugal. Détail fourni par l’artiste : « J'ai mal évalué la taille des feuilles au regard de la distance à laquelle elles sont vues. Il aurait fallu qu'elles soient plus petites pour perdre leur imposant aspect géométrique et devenir une treille. »

Sources :

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Cinéma...

Mercredi 11 mai 2022 Ville médiévale et antique, Vaison-la-Romaine vaut bien qu’on s’y arrête le temps d’un week-end. Son site archéologique n’est rien moins que le plus vaste de France.
Mardi 26 avril 2022 Un bon quart des rives du lac Léman se trouvent en France. Cap sur les tranquilles (au printemps) Yvoire, Thonon et Evian. Et sur le massif du Chablais auxquelles ces cités s’adossent et qui n’est pas par hasard...
Mardi 12 avril 2022 Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2018, la Chaîne des Puys (et la faille de Limagne) comprend, entre autres, de tout jeunes volcans  – moins de 10 000 ans – qui abritent une pierre très prisée et une eau embouteillée, celles de...
Mardi 15 mars 2022 À trois quarts d’heure de Lyon, dans le pays du Gier et au pied du Pilat, Sainte-Croix-en-Jarez a retenu le temps des moines chartreux qui l’ont habitée durant 500 ans. Balade autour et dans ce site où on peut aussi très bien manger des produits...
Mardi 1 mars 2022 Leur nom évoque tout sauf leur solide majestuosité. Les Dentelles de Montmirail regardent le Ventoux et offrent balades, restos et vins comme s’il en pleuvait. À quelques encablures de la Drôme, déjà en PACA et à 2h30 de Lyon, bienvenue...
Mardi 15 février 2022 Villefranche, deuxième ville d’un département du Rhône remanié administrativement lors de la création de la Métropole de Lyon en 2015, se laisse visiter au gré de découvertes architecturales cachées derrière les portes de la rue Nationale. Balade...
Mardi 1 février 2022 250 habitants hors saison, 2 500 à son pic : Lélex n’a rien d’une station boursouflée et reste incroyablement abordable financièrement. De quoi aller skier, marcher ou s’embarquer en télécabine pour voir la découpe du Mont-Blanc et des Alpes....
Mardi 18 janvier 2022 Peut-être sera-t-elle capitale européenne de la Culture en 2028. Clermont-Ferrand, n’est pas que la ville-Michelin (même si l’entreprise est omniprésente) et lance sérieusement sa campagne en ce début d’année, au moment où le festival du court, le...
Mardi 4 janvier 2022 Et si on allait sur le toit du Rhône ? Le Mont Saint-Rigaud culmine à mille mètres et des poussières et, parce qu’il est un peu à l’écart de la route des vins, n’est pas aussi connu que le Mont Brouilly voisin. Balade au milieu des sapins dans...
Jeudi 16 décembre 2021 Il pleut, il mouille… autant aller voir les grenouilles. Pour faire passer l’hiver, ne reste plus que les comptines enfantines qui sont parfois de bons conseils. Cap sur la Dombes et son millier d’étangs, en pleine saison de la pêche. Avec un stop à...
Vendredi 3 décembre 2021 Aux Glovettes, à Villard-de-Lans, énorme complexe résidentiel typique des stations de ski, la majorité de l’année les appartements sont vides. Une association créée par quatre femmes fait vivre le bâtiment en dehors de la saison des neiges en le...
Jeudi 18 novembre 2021 Plus discrets, moins rutilants que les Monts d'Or, les Monts du Lyonnais se prêtent au jeu trouble de l’automne (ok c'est joli ces feuilles orangées, mais on se caille, non ?). Balade au-dessus de Mornant sur la ligne des crêtes entre le col de la...
Vendredi 5 novembre 2021 Pour que soit préservé leur métier, les cultivateurs de châtaignes ont initié il y a une trentaine d’années la création du Parc naturel des Monts d’Ardèche sur lequel pousse ce fruit délicieux, AOP, et célébré en cet automne par des fêtes...
Jeudi 21 octobre 2021 Grande cité étrangère la plus proche de Lyon (hors Genève), Turin vaut tellement mieux que l’image industrieuse qu’elle véhicule dans nos contrées. Entre la flamboyance de ses avenues napoléoniennes à arcades, la réfection de l’immeuble des usines...
Jeudi 7 octobre 2021 Elles ne sont pas spectaculaires mais les lônes du Rhône sont un paysage apaisant entre la route très fréquentée et le fleuve qui les ceinturent. De quoi aussi aller s’élever sur les coteaux viticoles tout proches. Île du Beurre, de la Platière,...
Jeudi 9 septembre 2021 C’est peut-être le meilleur moment pour y aller. Le soleil brille toujours, les Rencontres de la Photographie s’exposent encore pour quelques jours et les touristes se font plus rares. Entre la majesté des arènes, les clichés de Sabine Weiss et ceux...
Jeudi 26 août 2021 Une rando, une balade en bateau, des châteaux (oui les autres châteaux de la Loire !), des points de vue à couper le souffle, faune et flore sauvages et même une plage. À une heure de Lyon, cap sur les gorges de la Loire pour une journée...
Mardi 6 juillet 2021 Escale sur des réflexions parfaitement accessibles et stimulantes de chercheurs universitaires, le dernier numéro — gratuit — de Pop’sciences interroge les nouveaux imaginaires d’un tourisme de masse fortement modifié par la crise...
Lundi 5 juillet 2021 À à peine plus d’une heure au nord de Lyon, la Bresse est assez méconnue des gones à moins d’y être né. Pourtant avec son territoire vallonné, son poulet nec plus ultra AOC et ses fromages, cette région régale et n’est pas encore débordée par...
Mercredi 26 mai 2021 À l’extrême sud de la région Auvergne-Rhône-Alpes, les Baronnies et le Nyonsais sont le berceau des olives, truffés de balades dans une végétation qui lorgne déjà vers la Méditerranée. Avant que ne s’impose le Mont-Ventoux, halte dans ces entrelacs...
Mercredi 18 novembre 2020 Un projet original et captivant à la disposition de tous : six podcasts pour écouter les bruissements de nos contrées, des volcans de l'Auvergne aux courbes du Rhône, en compagnie de guides finement choisis, à l'exemple du philosophe Baptiste...
Jeudi 22 octobre 2020 Fermez les yeux, tentez d’oublier ce froid crispant, imaginez un endroit où à 21h, il est encore possible de sortir et où se déroule un festival… Uchronie ? Pas tant que ça. Avignon s’apprête à vivre un succédané de festivités théâtrales. Allons...
Mercredi 14 octobre 2020 Une librairie ? Un café ? Un restaurant ? Un bar à vins ? Tout cela ! A minima. Car en Haute-Loire, L’Arbre vagabond, émanation des éditions Cheyne — à l’honneur à la BM de Lyon — est aussi le point de départ de randonnées et le voisin...
Lundi 28 septembre 2020 À l'extrémité septentrionale du lac du Bourget, non loin de l'abbaye, les plaisanciers peuvent embarquer sur le canal de Savières. Et découvrir ses merveilles et sa Venise, Chanaz. Là où le temps a effectivement suspendu son vol.
Lundi 28 septembre 2020 Lovée entre la montagne et le lac du Bourget, à l'abri des regards, l'abbaye d'Hautecombe compte parmi les joyaux les plus précieux de la région. Nécropole de la Maison de Savoie, elle abrite les sépultures de ses princesses et de ses rois. Son...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X