Un hôpital bâti sur les ruines d'un cimetière, l'étonnant passé du Vinatier et du Groupement Hospitalier Lyon Est

Spleen / Il y a quelque chose de fascinant dans le Groupement Hospitalier Est (Neuro, Cardio, HFME), qu’on ne remarque pas à première vue, à moins qu’on ne chasse les fantômes pour gagner sa vie. Il a été construit sur l’ancien cimetière d’une autre institution de santé. Pour l’escapade de ce numéro, remontons le temps aux racines du spleen lyonnais : rendez-vous au Vinatier. 

Construit sur le domaine d’un ancien château, dont les ruines sont aujourd’hui broutées par des chèvres (ceci n’est pas une métaphore), le Vinatier a accueilli des pensionnaires venus de tout le département depuis 1876, suite à la promulgation de la Loi des aliénés en 1838.

Une loi bien pratique, qui a permis les "placements d’office" par une autorité ou bien les "placements volontaires", ce qui signifie ironiquement "à la demande de quelqu’un d’autre" (les deux sans consentement, la notion n’entrera dans la loi qu’en 1990). Et on a réquisitionné les premiers pensionnaires pour construire le mur d’enceinte qui entretiendra leur autarcie. 

Le Vinatier, berceau du spleen lyonnais et brondillant, devient alors une petite ville dans la ville : au XIXe siècle, les institutions de santé psychiatrique sont pensées par les aliénistes pour fonctionner en autosuffisance et ainsi « alléger la charge de la collectivité ». À l’origine, le personnel habite sur place. Leurs maisons sont toujours là : même si leurs portails sont parfois rouillés et que les murets en briquettes rouges sont envahis de plantes grimpantes.

Le Vinatier, berceau du spleen

Elles sont les premières que l’on aperçoit, le long de l’allée qui permet de pénétrer dans le parc. Au bout de celle-ci, une chapelle à la jolie toiture en tuiles vernissées : à l’époque, on y célèbre les messes, les baptêmes et… les enterrements. Car oui, il y a aussi un cimetière sur le domaine du Vinatier, dans lequel on enterre les malades, ainsi que les membres du personnel et leur famille. 

En la matière, le Vinatier n’a pas été épargné, surtout pendant la Seconde Guerre mondiale. Comme dans beaucoup d’autres établissements de santé psychiatrique, les pensionnaires ont été laissés à l’abandon. Enfin, les autorités ont rationné la nourriture des pensionnaires d’établissements psychiatriques à l’équivalent de 1000 à 1200 calories par jour et par personne, ce qui revient au même : beaucoup sont morts de faim. Le sujet est encore tabou, mais on dénombrerait 2000 morts entre 1940 et 1944. L’établissement comptait 2900 pensionnaires au début de la guerre. 

Un domaine pourtant coquet

Vous pouvez l’imaginer si vous vous promenez dans son parc : comme tout asile modèle, le Vinatier disposait d’un coquet domaine agricole, avec des terrains cultivables et une ferme aujourd’hui reconvertie en (super) centre culturel. Malheureusement, dans les années 30, le domaine se spécialise dans l’élevage de porcs et la production de lait : on a dévolu les champs à la culture de céréales fourragères pour moderniser et rationaliser l’activité agricole. 48 hectares de trèfle, de luzerne, d’avoine et de prairies naturelles… ça en aurait fait, des légumes.  

Dans les années 60, lorsqu’on cherche un terrain pour construire un hôpital neurologique, on propose de céder le cimetière. Les dépouilles sont alors déterrées et transférées à Bron. Quelques clichés d’archives subsistent de cette époque, pris au début du XXè siècle par Hippolyte Laurent, qui fût infirmier (mais aussi agent mortuaire) au Vinatier. Les plaques commémoratives et les compositions florales  y envahissent les tombes en fer forgé comme de la glycine.

Légende : Une enfant et des outils de jardinage : que font-ils là ?
Crédit : Fonds Hippolyte Laurent – Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon cote 36FI_139 
Une enfant et des outils de jardinage : que font-ils là ?

Fonds Hippolyte Laurent – Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon cote 36FI_437

Du cœur au cerveau (avec détour par le cimetière)

Collé au gigantesque domaine du Vinatier, le Groupement Hospitalier Est est aujourd’hui traversé par trois arrêts de bus, pile à l’entrée de Bron. Sur ses terres, l’hôpital Neuro est inauguré en 1962 : il sert à regrouper les activités de différents services neurologiques lyonnais, venus de l’Antiquaille et de Grange Blanche. L’activité, à la croisée de plusieurs spécialités médicales de pointe, se structure : son architecte, Alain Chomel, le qualifie lui-même « d’hôpital de transition » dans une brochure d’époque.

La médecine a mis des décennies à pouvoir différencier les affections neurologiques et psychiatriques et la coïncidence de cadastre est inouïe quand on y réfléchit : l’hôpital neurologique est littéralement bâti sur le cimetière d’une des plus grandes institutions de santé mentale de la région.

Quelques années plus tard, on construit l’hôpital Cardio sur le même terrain. Pour les relier, on imagine un tunnel de béton moulé et de verre, dont certains pans extérieurs, que l’on découvre au hasard d’une place de parking, sont habillés par une fresque de Morog, sculpteur amoureux du béton. A-t-on créé ce couloir de liaison seulement pour faciliter les transferts entre les deux hôpitaux ? Doit-on y déambuler en pensant aux liens entre nos cœurs et nos cerveaux ? L’agencement des lieux est ici, encore une fois, pour le moins facétieux. 

Prolonger la balade en vrai ou en pensée

  • S’arrêter devant HFME, prendre une pause inspirée, regarder vos interlocuteurs et interlocutrices dans les yeux et leur dire : « Saviez-vous que l’architecte de cet hôpital est celui qui a fait la cité des sciences à Paris ? » (effet garanti, pas utile de mémoriser son nom). 
  • Le parc du Vinatier héberge des daims. Les premiers d’entre eux ont été donnés par le parc de la Tête d’Or en 1965.
  • Venir écouter Isabelle Von Bueltzingsloewen et Anne Parriaud-Martin, à l’occasion de la conférence Entre solidarité républicaine et tentation eugéniste : l’assistance aux aliénés du Rhône dans l’entre-deux-guerres (1918-1939), le mardi 30 janvier de 18h30 à 20h. Elle clôturera un cycle de quatre conférences sur l’histoire du lieu (réservations conseillées).
  • Découvrir 2 expos qui explorent la relation soignant-soigné, toujours à la ferme du Vinatier jusqu’au 23 février.
  • Se plonger dans 12 jours, le documentaire de Raymond Depardon, qui suit des patients du Vinatier placés sans leur consentement. 12 jours, pour le délai maximal sous lequel le patient doit rencontrer un Juge des Libertés et de la Détention (si vous êtes abonné à la bibliothèque municipale, vous pouvez le regarder en streaming sur la Médiathèque Numérique).
  • Faire un tour à l’expo Accueillir, soigner, guérir Huit siècles d’histoire hospitalière dans le Rhône et à Lyon aux Archives départementales et de la Métropole (Lyon 3e).

Sources : L’Hécatombe des fous d’Isabelle von Bueltzingsloewen, éditions Flammarion. Attention, ça brasse.
Hopital cardio-vasculaire et pneumologique, hôpital neurologique, brochure éditée par les HCL, que vous pouvez chiner aux Archives municipales (cote archives : HA/1071)

Crédit photo image de couverture : Fonds La Ferme du Vinatier

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 18 juillet 2024 Pour la pochette de son nouveau single, Taylor Swift a choisi une photo prise dans la métropole de Lyon (plus précisément à Décines-Charpieu), au Groupama stadium.
Mardi 16 juillet 2024 Du 6 au 9 juin dernier, la Cité Internationale de Lyon a acueilli la prestigieuse cérémonie des Meilleurs apprentis de France 2024  (MAF) et des 100 ans des Meilleurs ouvriers de France (MOF). Une belle mise en lumière de l'excellence des jeunes...
Lundi 15 juillet 2024 Si vous voulez vous rafraîchir cet été tout en profitant de cadres naturels somptueux, les lacs sont une excellente idée. Et ça tombe bien, plusieurs plans d’eau entourent Lyon, et vous pouvez vous y rendre en moins de deux heures pour la plupart....
Mercredi 10 juillet 2024 Patricia Mazuy signe un long-métrage plus convaincant dans le drame que dans le suspense avec "La prisonnière de Bordeaux", avec "Dreaming walls" Amélie Van Elmbt et Maya Duverdier présentent un documentaire énigmatique évoluant dans les lieux...
Mercredi 10 juillet 2024 Avec Emilia Perez - nouveau film de Jacques Audiard mélangeant polar, mélodrame et comédie musicale - l'auteur démontre qu'il est à son summum. Retrouvez aussi Girls will be girls, un récit d'apprentissage sincère ainsi que la foultitude des sorties...
Mercredi 10 juillet 2024 Le Petit Bulletin a rencontré Karim Leklou et l'équipe du film "Le roman de Jim" pour retracer la génèse de ce récit d'une grande tendresse. Dans un tout autre registre, la série Alien présente un nouvel opus : Romulus, particulièrement inspiré du...
Mercredi 10 juillet 2024 Comment François Truffaut abordait-il la féminité ? La réponse en cinq films, en ressortie nationale cette semaine du 7 août. Un article y est consacré en rubrique cinéma du Petit Bulletin. Retrouvez aussi les sorties cinéma à Lyon du 7 août 2024...
Mercredi 10 juillet 2024 Pour célébrer Marcel Pagnol 50 ans après sa mort, Carlotta propose une ressortie de dix de ses films en copies restaurées. Retrouvez notre guide dans la rubrique cinéma du Petit Bulletin. On accueille aussi la sortie de Belle Enfant, une comédie...
Mercredi 10 juillet 2024 Un polar tordu et déconcertant, mais aussi parfois virtuose et sidérant (Mad Fate), un dîner presque parfait qui rate son côté "comédie" avec quelques gags mal rythmés (Dîner à l'anglaise) et un polar indien percutant, politique et féministe...
Vendredi 5 juillet 2024 Un programme "À l’ombre de la forêt", concocté à destination des Lyonnaises et Lyonnais qui ont prévu de passer leur été sur le bitume : du 10 au 27 juillet, le parc de la Tête d’Or vivra au rythme des Estivales Lyon nature.
Vendredi 5 juillet 2024 Escape game, ateliers d’écriture, d’illustration et de découpage, lecture, jeux de société, dédicaces… Le programme du traditionnel rendez-vous jeunesse donné par Quais du Polar autour de la littérature jeunesse foisonne de bonnes idées.

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X