À la merveille

À la merveille
De Terrence Malick (ÉU, 1h52) avec Ben Affleck, Olga Kurylenko...

L’amour naissant et finissant, la perte et le retour de la foi, la raison d’être au monde face à la beauté de la nature et la montée en puissance de la technique… Terrence Malick, avec son art génial du fragment et de l’évocation poétiques, redescend sur terre et nous bouleverse à nouveau. Christophe Chabert

Les dernières images de Tree of life montraient l’incarnation de la grâce danser sur une plage, outre monde possible pour un fils cherchant à se réconcilier avec lui-même et ses souvenirs. C’était sublime, l’expression d’un artiste génial qui avait longuement mûri un film total, alliant l’intime et la métaphysique dans un même élan vital. Autant dire que Terrence Malick était parti loin, très loin. Comment allait-il revenir au monde, après l’avoir à ce point transcendé ? La première scène d’À la merveille répond de manière fulgurante et inattendue : nous voilà dans un TGV, au plus près d’un couple qui se filme avec un téléphone portable. Malick le magicien devient Malick le malicieux : l’Americana rêvée de Tree of life laisse la place à la France d’aujourd’hui et les plans somptueux d’Emmanuel Lubezki sont remplacés par les pixels rugueux d’une caméra domestique saisissant l’intimité d’un homme et d’une femme en voyage, direction «la merveille» : le Mont Saint-Michel. La voix-off est toujours là, mais dans la langue de Molière — le film parle un mélange de français, d’espagnol, d’italien et d’anglais — et son incipit est là aussi une pirouette : «Nouveau-né». De quelle naissance Malick parle-t-il ? Celle de l’amour, et l’ambition du film est d’en traquer toutes les manifestations, de son apparition à son éclipse. Flux et reflux des sentiments, comme la marée que les deux amants défient au crépuscule, seuls au monde, extatiques. Marina est française, Neil est américain ; elle a déjà eu une histoire avec un autre homme, dont elle a eu une petite fille, lui ressemble à une page blanche, à la fois indécis et indécidable — l’hébétude de Ben Affleck est ici judicieusement utilisée.

Émerveillement

Face à ce couple, Terrence Malick adopte à nouveau sa stratégie de la narration fragmentaire, attrapant la beauté partout où elle surgit, de la nature radieuse à la joie d’une vie irradiée par la béatitude. La beauté, c’est d’abord celle d’Olga Kurylenko, que le cinéaste magnifie dans chacun de ses plans. Plus besoin, comme dans Tree of life, de l’allégorie religieuse qui faisait de Jessica Chastain un être quasi divin ; Marina est une femme de maintenant, libre, charnelle et débordante de désir, d’un érotisme subjuguant. Avec elle, c’est comme si le monde se réenchantait miraculeusement, même lorsque celui-ci a les atours triviaux du quotidien. C’est le grand choc d’À la merveille : Malick contemple l’ordinaire de notre époque, rayons de supermarché, métros, conversations sur Skype, maisons à l’abandon après l’affaire des subprimes… D’un seul coup, son cinéma nous regarde et ses personnages n’ont jamais été aussi proches et bouleversants. On voit même se profiler, à la faveur de l’autre axe narratif d’À la merveille, qui suit la perte de foi d’un prêtre incarné par Javier Bardem, un Malick ethnologue et quasi-documentariste partant à la rencontre de l’Amérique des déclassés et des exclus, filmés sans filtre et dans leurs propres rôles. Il faut souligner la richesse romanesque déployée par le cinéaste, même s’il ne fait aucune concession au storytelling classique : le film ne cesse de rebondir au gré des doutes, séparations et retrouvailles des personnages, traversant les frontières, multipliant les motifs, dont le plus discret et pourtant essentiel est cette terre vérolée par les travaux et la technique, maladie qui ronge une nature célébrée dans toute sa splendeur.

Être-là

Le détail le plus surprenant de la biographie de Malick tient à son rôle de traducteur américain du philosophe Martin Heidegger. Sa pensée irrigue toute l’œuvre du cinéaste depuis La Ligne rouge, mais À la merveille est sans conteste son film le plus directement heideggerien. L’opposition entre nature et technique, l’interrogation répétée sur «l’être-là» — la capacité d’étonnement de l’homme face à sa propre existence — et cette parole méditative et poétique qui était pour Heidegger le seul accès possible à la métaphysique, autant de transcriptions cinématographiques d’une pensée en quête de sacré. La prouesse d’À la merveille est de ne jamais quitter des yeux, quelle que soit sa visée philosophique, son enjeu initial. Laissant ses comédiens vivre les situations — la petite Tatiana Chiline, stupéfiante de naturel et de vérité, semble oublier en permanence la caméra — Malick les regarde s’aimer, puis se déchirer, puis s’aimer à nouveau, sans jamais s’appesantir sur les raisons de ces disputes et de ces retrouvailles, confiant dans la capacité d’empathie du spectateur. Il reproduit la chose lorsque Neil retrouve une amie d’enfance, Jane (Rachel McAdams, loin de sa piteuse prestation dans Passion), avec qui il rejoue en accéléré son histoire d’amour avec Marina. Le cinéaste trouve alors une idée magnifique pour exprimer sans le dire leur rupture : Jane s’enfonce dans la maison de Neil, sombre et fantomatique, comme si elle explorait le versant ténébreux de son âme. Malick est alors au sommet de son romantisme : un peintre des sentiments qui anime l’environnement comme un miroir des êtres qu’il filme. Parfois, c’est le doute qui voile le monde d’un tulle d’inquiétude ; parfois, c’est une épiphanie qui s’abat sur lui, et tout est illuminé. Dans les deux cas, le sublime est à portée de regard.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 22 mai 2018 Pendant un quart de siècle, Terry Gilliam a quasiment fait don de sa vie au Don de Cervantès. Un dévouement aveugle, à la mesure des obsessions du personnage et aussi vaste que son monde intérieur. Mais l’histoire du film n’est-elle pas plus grande...
Mercredi 9 mai 2018 Sous le délicieux présent, transperce le noir passé… Asghar Farhadi retourne ici le vers de Baudelaire dans ce thriller familial à l’heure espagnole, où autour de l’enlèvement d’une enfant se cristallisent mensonges, vengeances, illusions et envies....
Mardi 12 septembre 2017 Thriller fantastique aux échos polanskiens, cette réflexion sur les affres effroyables de la création est aussi une puissante création réflexive. Et le récit du voyage aux enfers promis à celles et ceux qui gravitent trop près autour d’un·e artiste....
Mercredi 27 janvier 2016 De Tom McCarthy (ÉU, 2h08) avec Michael Keaton, Mark Ruffalo, Rachel McAdams…
Mardi 7 octobre 2014 Film à double sinon triple fond, "Gone Girl" déborde le thriller attendu pour se transformer en une charge satirique et très noire contre le mariage et permet à David Fincher de compléter une trilogie sur les rapports homme / femme après "The Social...
Mardi 12 novembre 2013 La rencontre entre Cormac McCarthy et le vétéran Ridley Scott produit une hydre à deux têtes pas loin du ratage total, n’était l’absolue sincérité d’un projet qui tourne le dos, pour le meilleur et pour le pire, à toutes les conventions...
Jeudi 11 avril 2013 Après "Tron l’héritage", Joseph Kosinski avait toutes les cartes en main pour confirmer son statut de nouveau maître de la SF avec cette adaptation de son propre roman graphique. Hélas, le voilà rattrapé par son fétichisme kubrickien, qu’il tente...
Mercredi 31 octobre 2012 Pour son troisième film derrière la caméra, Ben Affleck s’empare d’une histoire vraie où un agent de la CIA a fait évader des otages en Iran en prétextant les repérages d’un film de SF. Efficace, certes, mais très patriotique. Christophe Chabert
Lundi 29 octobre 2012 C’était à prévoir : avec Sam Mendes aux commandes, ce nouveau James Bond n’est ni efficace, ni personnel, juste élégamment ennuyeux et inutilement cérébral. Christophe Chabert
Vendredi 23 mars 2012 Étrange film qui raconte en deux parties l’accident de Tchernobyl et ses conséquences vingt-cinq ans après sur une poignée de rescapés, avec la force visuelle du cinéma russe et la pesanteur psychologique du cinéma français. Christophe Chabert
Jeudi 5 mai 2011 Le 17 mai, "Tree of life" sera sur les écrans après trois ans d’attente, au lendemain de sa première projection publique à Cannes. Pour patienter, la Ciné-Collection du GRAC propose dans ses salles "Les Moissons du ciel" du même Terrence...
Jeudi 31 mars 2011 De Roger Michell (ÉU, 1h47) avec Rachel McAdams, Harrison Ford…
Mercredi 23 mars 2011 De John Wells (ÉU, 1h44) avec Ben Affleck, Chris Cooper…
Mercredi 13 octobre 2010 Un ex-dealer en phase terminale cherche le salut au milieu de l’enfer social. Au sommet de son cinéma sulpicien et complaisant, Alejandro Gonzalez Iñarritu tombe le masque dans un film désespérant de médiocrité. Christophe Chabert
Vendredi 10 septembre 2010 De et avec Ben Affleck (ÉU, 2h03) avec John Hamm, Rebecca Hall…
Mercredi 9 juin 2010 Reprise en copie restaurée des "Moissons du ciel", deuxième film de Terrence Malick, une œuvre impressionniste sur la puissance des éléments et l’incertitude des sentiments, entre poème cinématographique et tentation romanesque. Christophe Chabert
Vendredi 19 juin 2009 De Kevin Macdonald (ÉU, 2h07) avec Russell Crowe, Ben Affleck…
Mercredi 30 janvier 2008 Avec "No country for old men", les frères Coen réalisent un film rare, à la croisée du cinéma de genre (western, film noir) et du film d'auteur personnel, un concentré de cinéma brillant et intelligent. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X