«Une nouvelle étape»

Répertoire 1

Théâtres romains de Fourvière

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Le hip-hop a ses classiques. La preuve : le pionnier Mourad Merzouki propose aux Nuits de Fourvière "Répertoire #1", patchwork d'une partie de ses créations et de celles de ses camarades Bouba Landrille Tchouda, Kader Attou, Anthony Égéa et Marion Motin. A quelques heures d'une représentation de "Boxe Boxe" à Londres, il revient pour nous sur son art et sa transmission. Propos recueillis par Nadja Pobel

Il y a vingt ans quand on parlait de hip-hop, on nommait un phénomène de mode. Aujourd’hui c’est une danse à part entière. Le titre de votre nouvelle création, Répertoire, est à cet égard des plus limpides...
Mourad Merzouki :
Oui, il s’est passé plein de choses, des créations ont marqué le paysage chorégraphique français et ont été vues par un public très large. Je trouve que c’est important de valoriser ce répertoire-là, de voir ce qu’il a apporté et généré dans le monde de la danse. On oublie vite que le hip-hop peut être regardé, encouragé, soutenu comme n’importe quelle autre danse. Ce spectacle est aussi une façon de regarder devant nous pour continuer ce chemin. On pose une nouvelle étape. 

C’est un spectacle que vous avez conçu sans pause. Comment l’avez-vous construit avec les autres chorégraphes ?
J’ai choisi treize extraits de spectacles. Ensuite, l’idée est de faire en sorte que le spectateur puisse passer d’une écriture à une autre sans qu’il y ait un rideau, un entracte ou une quelconque interruption entre les chorégraphies. Je vais donc proposer un travail de création avec un fil rouge d’une pièce à l’autre. 

Ce spectacle est aussi fondé sur la notion de collectif. Le fait qu’il y est autour de vous Kader Attou ou Bouba Landrille Tchouda en dit long sur l’histoire assez généreuse du hip-hop...
Tout à fait. Quelque chose a évolué. Le hip-hop, au départ, c’était des individus, des groupes dans lesquels chacun avançait en solo. Aujourd’hui il y a ce désir de partager, de réfléchir et travailler ensemble. C’est un signe de maturité de cette danse. 

Le hip-hop reste très masculin. Sur les cinq chorégraphes concernés par ce Répertoire, il n’y a qu’une femme, Marion Motin [qui a signé la chorégraphie de certaines chansons de Stromae, NdlR]...
C’est vrai. Il y a de plus en plus de femmes danseuses dans le hip-hop, mais peu de chorégraphes. Il est du coup d'autant plus important de laisser dans cette soirée une place à Marion Motin, que le public lyonnais ne connait pas encore et que les danseurs hip-hop admirent pour son travail et son rapport à la caméra, au clip, à l’image. Certes, le plateau n’est pas entièrement partagé avec elle, mais c’est un bon début quand on sait que le hip-hop était à l'origine entièrement porté par des garçons.

La transmission est au cœur de Répertoire. Elle est aussi centrale dans votre parcours puisque vous avez créé le Pôle Pik à Bron et, en son sein, Kampus, un espace de formation. Il n’existe pourtant aucun diplôme validant cette pratique dans des institutions plus "officielles" comme le Conservatoire...
Il me semble important est poser la question du devenir de cette danse par rapport aux générations qui arrivent. Comment la transmettre, comment l’enseigner ? Sans infrastructure, le danger est que le hip-hop se fragilise. J’attire l’attention pour dire qu'il doit avoir cette reconnaissance. Bien sûr, elle a des pour et des contre. Il ne s’agit pas d’aller enfermer cette danse, mais il faut de se servir de l’impact qu’elle a dans la rue et la société pour imaginer un diplôme un peu original, qui se calquerait sur ceux déjà existants mais avec une singularité par rapport à son histoire. Je suis soucieux de comment le hip-hop peut continuer à évoluer et se transmettre. C’est pour ça qu’avec le centre chorégraphique du Pôle Pik, je propose le Kampus, qui est un laboratoire tout jeune né de Récital à 40 [reprise à quarante danseurs de la pièce fondatrice créée par Merzouki en 1998, présentée partiellement à la Biennale de la danse 2012 et dans son intégralité dans l’édition 2014]. Ses interprètes ont de dix-huit à cinquante ans, ils représentent plusieurs générations, ont parfois déjà une compagnie, travaillent ensemble, s’appuient sur les expériences des uns et des autres... Ce sont eux qui participent à Répertoire

Vous avez débuté par le cirque, avant de porter le hip-hop sur les plus grandes scènes du monde. Vous l’avez surtout décloisonné, notamment en le confrontant à la musique classique, depuis Récital jusqu’à Boxe Boxe avec le Quatuor Debussy. Peut-être malgré vous d’ailleurs…
J’ai commencé par le cirque par hasard à l'âge de sept ans, mais j’ai connu le hip-hop comme tous les copains à quatorze ans, quand il était diffusé à la télévision, à son arrivée en France dans les années 80. Ensuite je me suis passionné pour cette danse car elle était très acrobatique, proche de ce que je faisais dans le cirque. Ce désir de croiser le hip-hop avec d’autres formes artistiques vient du fait que mon école a été celle-là : au cirque, on apprend à travailler avec tout, à écouter tout un tas de musiques. Et si le hip-hop était resté dans la rue, il n’aurait pas évolué, le public aurait décroché. C’est le rôle de l’artiste d’essayer de proposer des spectacles qui soient inattendus. Je pars donc d’un vocabulaire que j’ai appris et je le frotte à d’autres univers artistiques ; c’est plus excitant, on ne sait pas ce que ça va donner. On peut évidemment se tromper. Mais c’est passionnant d’aller vers des terres inconnues, pour faire évoluer à la fois notre rapport à la danse et le hip-hop en général.

Et vous continuez de danser...
Oui, je m’accroche ! Il m’est de plus en plus difficile d’en même temps porter le spectacle et être sur scène, mais tant que je le peux, je continue à enfiler mes baskets. Parce que c’est aussi pour ça que je fais ce métier !

Répertoire #1
Aux Nuits de Fourvière, lundi 23 et mardi 24 juin

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 5 octobre 2022 Kashink détonne dans le paysage du street art depuis une quinzaine d’années. Sa pratique engagée se met au service d’un discours sur l’identité. À travers ses peintures de masques, elle nous raconte notre complexité, nous invite à l’embrasser avec...
Mercredi 5 octobre 2022 La hype de la cave-bondée-comedy-club a enfin gagné Lyon. La recette ? Un bar, un resto, ou n’importe quel lieu culturel, une cave mal éclairée (une pièce (...)
Lundi 5 septembre 2022 La librairie Michel Descours organise le dimanche 11 septembre un véritable petit festival littéraire avec des rencontres, des lectures, des signatures… (...)
Lundi 5 septembre 2022 Agir contre l’exclusion des personnes en grande précarité, c’est la raison d’être de l’association La Cloche. En mettant l’humain au centre de tout considération, elle déploie ses actions dans toute la France et notamment à Lyon.
Lundi 5 septembre 2022 Bien qu’il atteigne cette année l’âge de raison avec sa 7e édition, le Festival du film jeune de Lyon demeure fidèle à sa mission en programmant l’émergence des (...)
Mardi 30 ao?t 2022 Cinq belles expositions à découvrir en galeries ce mois-ci, pour s’échauffer le regard avant (ou pendant) le grand événement artistique de la saison, la 16e Biennale d’art contemporain, qui débutera mercredi 14 septembre.
Lundi 5 septembre 2022 Impossible d’attaquer la saison 2022-23 sans regarder dans le rétroviseur de la saison précédente qui a permis de constater que les spectateurs ne sont pas tous revenus dans les salles et encore moins démultipliés face à l’offre exponentielle. De...
Vendredi 19 ao?t 2022 Les élus et élues du 2e appel à candidature pour la direction du NTH8 sont connus. 14 candidats se sont manifestés à la date-butoir du 10 juin. Cinq d’entre eux seront auditionnés en octobre. Voici lesquels.
Mercredi 17 ao?t 2022 Et si Forrest Gump portait un turban et dégustait des golgappas plutôt que des chocolats ? L’idée est audacieuse mais aurait mérité que le réalisateur indien de Laal Singh Chaddha se l’approprie davantage. Si l’intrigue réserve forcement peu de...
Mercredi 11 mai 2022 Ville médiévale et antique, Vaison-la-Romaine vaut bien qu’on s’y arrête le temps d’un week-end. Son site archéologique n’est rien moins que le plus vaste de France.
Mercredi 11 mai 2022 Alors que son film posthume Plus que jamais réalisé par Emily Atef sera présenté dans la section Un certain regard du 75e festival de Cannes, l’Aquarium (...)
Vendredi 13 mai 2022 Fruit du travail de bénédictin d’un homme seul durant sept années,  Junk Head décrit en stop-motion un futur post-apocalyptique où l’humanité aurait atteint l’immortalité mais perdu le sens (et l’essence) de la vie. Un conte de science-fiction avec...
Mercredi 27 avril 2022 Un mois de mai exceptionnel pour les amateurs d’expositions, avec des photographes qui sortent de leur zone de confort, une belle collection particulière d’art contemporain au MAC, un abstrait baroque, et un Jean-Xavier Renaud qui...
Lundi 25 avril 2022 Toujours curieux et singulier, le festival Superspectives accueille cette année quelques grands noms de la musique contemporaine et expérimentale : Gavin Bryars, Alvin Curran, Charlemagne Palestine…
Mardi 26 avril 2022 Le confinement, c’est loin. La preuve, vous avez arrêté de faire votre pain. Par chance, d’aucunes en ont fait leur profession. Elles œuvrent dans un fournil du haut des Pentes : Bonomia.
Mardi 26 avril 2022 Entre deux tranches de pain brioché : du pastrami ou des boulettes. À côté : un mac'n'cheese ou un épi de maïs. C'est l'Amérique ? Non, Schmok.
Mardi 26 avril 2022 Il est libre, Iggy Pop. Bon, y en a quand même pas qui disent qu'ils l'ont vu voler, mais continuer de se trémousser torse-poils devant (...)
Mardi 26 avril 2022 Weavers, association villeurbannaise qui a pour ADN l’inclusion des personnes exilées, utilise les leviers d’intégration économique et sociale afin de faciliter leur recrutement. Le but : créer des liens sociaux pour les inscrire dans...
Mardi 26 avril 2022 Les organisateurs d’On vous ment ont de le sens de l’humour (ou de l’à propos) puisqu’ils ont calé la septième édition de leur festival pile entre la présidentielle et les législatives. Une manière de nous rappeler qu’il ne faut pas tout...
Mardi 26 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers (Ce sentiment de l’été, Amanda…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Mardi 26 avril 2022 Un bon quart des rives du lac Léman se trouvent en France. Cap sur les tranquilles (au printemps) Yvoire, Thonon et Evian. Et sur le massif du Chablais auxquelles ces cités s’adossent et qui n’est pas par hasard...
Mardi 26 avril 2022 Sur les planches ou au cinéma (Au poste, Problemos…), Marc Fraize est un artisan. Auteur, acteur, humoriste, clown tendre et jubilatoire, il porte le rire loin des standards et  de l’enchaînement de blagues surfant sur l’actualité. Son...
Mardi 12 avril 2022 Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2018, la Chaîne des Puys (et la faille de Limagne) comprend, entre autres, de tout jeunes volcans  – moins de 10 000 ans – qui abritent une pierre très prisée et une eau embouteillée, celles de...
Mardi 12 avril 2022 Le jeu de société a la cote. Deux copains viennent d'inaugurer leur première boutique spécialisée dans les jeux, où il est possible d’acheter, de louer et de rencontrer des éditeurs : Master Yeti.
Mardi 12 avril 2022 ADOS est une association qui prône des valeurs d’inclusion et d’égalité des chances. Un lieu ressource à destination des jeunes collégiens, lycéens et de leur famille. Objectif : les accompagner au mieux dans leur scolarité.
Mardi 12 avril 2022 Zoom sur Elie Hammond, tatoueuse nouvelle génération qui a débuté sous l'égide de Dimitri HK avant de se forger son propre style et de devenir l'une des artistes les plus en vue du moment : la globe trotteuse sera présente à la...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !