Pierre Niney : « apparement, je ne joue que des menteurs… »

La Promesse de l'aube
De Eric Barbier (Fr, 2h11) avec Pierre Niney, Charlotte Gainsbourg...

Interview / Pierre Niney enfile un nouveau costume prestigieux : celui d’un auteur ayant au moins autant vécu d’existences dans la vraie vie que dans ses romans, Romain Gary. Rencontre avec un interprète admiratif de son personnage.

Comment êtes-vous passé du statut de lecteur de Gary — et de connaisseur selon votre metteur en scène — à celui d’interprète de son personnage ?
Pierre Niney
: Éric Barbier dit que je connais très bien Romain Gary, mais ce n’est pas vrai (sourires) ! Je connaissais La Promesse de l’aube que j’adorais, mais peu Gary. Il m’a parlé de son film, qui est une adaptation d’une adaptation de certains épisodes de la vie de Gary, et notamment de ce lien complètement fou, démesuré, toxique et inspirant avec sa mère. On a pris la liberté de s’écarter d’une réalité factuelle de la vie de Gary. Ce n’est donc pas un biopic, car ce n’était pas l’intention du livre — un autobiographe a rarement l’intention de dire la stricte vérité — ; surtout pas Gary, dans aucun de ses livres.

à lire aussi : La mère de toutes les batailles : "La Promesse de l'aube"

Le fils de Romain Gary, Diego, avait fait la remarque : « ma grand-mère s’appelait Mina et pas Nina ». Cette distance-là est importante. Je joue donc un “personnage”, à qui il arrive des choses extraordinaires qui sont réellement arrivées à Gary dans beaucoup de moments de son livre. Les choses les plus incroyables sont souvent vraies, et certains détails sont faux — toute la vie de Gary est ainsi. C’est pour cela que ce livre est aussi important, il est la matrice de tout : on découvre que s’il est torturé, passionné, s’il se met en scène et s’improvise acteur, réalisateur, menteur, c’est à cause de sa mère. Tous ses dédoublements de personnalité viennent d’elle, comme l’envie d’écrire.

Parmi les différences entre le “vrai” Gary et le vôtre, vous n’avez pas essayé de contrefaire sa pointe d’accent…
Sur la période la plus médiatisée de Gary, je ne l’entends pas sur toutes les interviews, je trouve cela assez ténu. J’avais entendu parler de cet accent, mais en consultant beaucoup d’archives, je ne l’entendais pas. Peut-être qu’il s’amusait à le prendre — ça ne m’étonnerait pas de lui ! Diego nous a dit — et j’ai voulu l’intégrer — que jusqu’à son suicide et longtemps après la mort de sa mère, Gary a continué à lui parler à haute voix. L’idée m’est venue à partir des scènes où elle lui rendait visite physiquement dans les cellules de prison.

Ce que je voulais conserver également, c’était l’humour — un mécanisme social qui m’intéresse beaucoup. Une « déclaration de dignité », pour Gary ; c’est-à-dire une affirmation de la suprématie de l’Homme sur tout ce qui lui arrive. Comme un super-pouvoir, une capacité de tout surmonter. Je voulais donc que la voix-off marque un contraste avec les situations, comme dans le roman.

Vous interprétez un “demi-personnage” puisque vous partagez le rôle avec Pawel Puchalski qui joue Romain Gary enfant. Comment avez-vous réalisé la continuité ?
En effet, j’ai effectué 50% du job et c’était la première fois que je faisais ça : j’étais à Paris pendant qu’ils avaient commencé le tournage à Budapest. J’ai demandé à voir des images de Pawel et Éric m’a dit d’aller au montage des rushes des deux premières semaines. Pavel était génial, et il fallait que je me remette dans ses chaussures ! C’était magnifique, il était touchant, il avait un regard fort, une sensibilité. C’est rare, les enfants qui jouent bien. C’était son tout premier film, il a été choisi sur plus de 500 enfants. J’avais hâte d’arriver, j’essayais de capter le plus de choses possibles dans les rushes avec Pawel et Charlotte : comment il parlait, il bougeait, pour essayer de me fondre là-dedans. Nos deux parties sont très différentes : il est dans une unité de temps et de lieu à Vilnius, et moi je prends le relais au moment de l’émancipation à Nice, davantage dans le mouvement, dans l’aventure…

Après Philippe Cousteau et bien sûr Saint Laurent, c’est à nouveau pour vous le choix d’un personnage ayant existé…
C’est un hasard, parce que je n’ai pas pour mission de refaire tout le Panthéon (rires). Le hasard de bons scénarios… Ils sont rares. J’estime que ceux-là étaient bons, donc j’y suis allé. Si ç’avait été un biopic plus factuel sur Gary, je ne pense pas que je l’aurais fait. Celui-ci est intéressant parce qu’il est romancé. La différence entre un personnage fictionnel et un personnage réel, elle existe et elle n’existe pas : l’idée est d’arriver à comprendre sa logique pour pouvoir le jouer et le rendre humain ; pour que les gens puissent l’aimer, le détester, qu’on y croie.

Ce n’est pas la première fois que vous jouez le rôle d’un écrivain. Et comme dans Un homme idéal, il s’agit en plus d’un mythomane…
Apparement, je ne joue que des menteurs (rires). Je m’en suis rendu compte récemment : Un homme idéal, Five, Frantz… Pourtant, l’acteur est aux antipodes du menteur : vous savez qu’il va vous mentir et vous payez pour qu’il vous mente le mieux possible. Donc ce n’est même plus de l’ordre du mensonge, c’est le fait de raconter une histoire. Je pense que je ne suis pas menteur dans la vie. Très peu. Ou alors tellement bon menteur que je ne le sais pas — et là, c’est très très fort (rires). Le mensonge est très cinématographique. Comme chez Hitchcock, qui nous fait voir autre chose qu’on nous a dit, et dit autre chose qu’on nous a montré. Et c’est cathartique : je me débarrasse certainement de trucs en faisant ça, je ne sais pas… Le menteur a toujours un double fond intéressant. Dans la vie Gary, Émile Ajar est fascinant : c’est l’un des plus grands mensonges de l’histoire de la littérature ; c’est génial.

Votre regard sur Gary a changé ?
Non. Et je n’ai pas l’impression d’avoir fait le tour de Gary. Je me suis concentré sur cette adaptation de sa vie, sur ce lien précisément, sur une centaine de situations d’un roman où il en a écrit huit cents. J’ai glané un maximum d’informations sur sa vie, mais encore aujourd’hui j’en découvre encore énormément. Chaque chose qu’il a laissée, chaque citation, c’est un film en soi. Par exemple, lorsqu’il apprend que Clint Eastwood a une liaison avec Jean Seberg sur le plateau de La Kermesse de l’Ouest, il prend un avion, se rend sur place et toque à la loge de Clint Eastwood qui était “le” cow-boy de l’époque pour le provoquer en duel au revolver. Et Clint Eastwood s’est débiné. Il fallait y aller, pour faire flipper Eastwood !

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 26 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers (Ce sentiment de l’été, Amanda…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Mardi 15 octobre 2019 Jadis écrivain prometteur, Henri n’a rien produit de potable depuis des années. La faute en incombe, selon lui, à sa femme et ses enfants qu’il accuse de tous ses maux. Lorsqu’un énorme molosse puant et priapique débarque ex nihilo dans sa...
Mardi 27 novembre 2018 Le parcours d’un pompier parisien, de l’adrénaline de l’action à la douleur du renoncement après l’accident. Une histoire de phénix, né à nouveau par le feu qui faillit le consumer, marquant (déjà) la reconstruction d’un cinéaste parti de guingois...
Mardi 14 février 2017 Spécialisé dans la fabrication de fausses excuses pour particuliers mythomanes, Greg tombe amoureux de la fille d’un de ses clients, à laquelle il cache ses (...)
Mardi 29 mars 2016 de et avec Igor Gotesman (Fr, 1h42) avec également Pierre Niney, François Civil, Margot Bancilhon, Idrissa Hanrot…
Mardi 21 avril 2015 À partir d’un matériau ouvertement intimiste et psychologique, Wim Wenders réaffirme la puissance de la mise en scène en le tournant en 3D, donnant à cette chronique d’un écrivain tourmenté des allures de prototype audacieux. Christophe Chabert
Mardi 17 mars 2015 À cause d’une imposture littéraire devenue succès de librairies, un jeune auteur est entraîné dans une spirale criminelle ; Yann Gozlan signe une réussite inattendue du thriller hexagonal, avec un Pierre Niney excellent en héros négatif. Christophe...
Mardi 14 octobre 2014 Retour du duo gagnant d’"Intouchables", Nakache et Toledano, avec une comédie romantique sur les sans papiers où leur sens de l’équilibre révèle à quel point leur cinéma est scolaire et surtout terriblement prudent. Christophe Chabert
Mardi 16 septembre 2014 De Benoît Jacquot (Fr, 1h46) avec Benoît Poelvoorde, Chiara Mastroianni, Charlotte Gainsbourg, Catherine Deneuve…
Mardi 29 avril 2014 D’Éric Barbier (Fr, 1h45) avec Yvan Attal, Bérénice Béjo…
Mardi 11 mars 2014 De Michel Spinosa (Fr, 1h47) avec Yvan Attal, Janagi, Charlotte Gainsbourg…
Vendredi 24 janvier 2014 Après "Les Beaux gosses", Riad Sattouf élève d’un cran son ambition de cinéaste avec cette comédie sophistiquée, aussi hilarante que gonflée, où il invente une dictature militaire féminine qu’il rend crédible par des moments de mise en scène très...
Jeudi 23 janvier 2014 Fin du diptyque de Lars von Trier, qui propulse très haut sa logique de feuilleton philosophique en complexifiant dispositif, enjeux, références et discours, avec d’incroyables audaces jusqu’à un ultime et sublime vertige. On ose : chef-d’œuvre...
Lundi 6 janvier 2014 De Jalil Lespert (Fr, 1h40) avec Pierre Niney, Guillaume Gallienne, Charlotte Le Bon…
Mardi 17 décembre 2013 Censuré ? Remonté ? Qu’importe les nombreuses anecdotes et vicissitudes qui entourent le dernier film de Lars von Trier. Avec cette confession en huit chapitres d’une nymphomane — dont voici les cinq premiers —, le cinéaste est toujours aussi...
Mercredi 6 juillet 2011 Versant apaisé du diptyque qu’il forme avec le torturé "Antichrist", "Melancholia" poursuit le travail psychanalytique mené par Lars Von Trier sur la dépression et le chaos, et prouve que ses concepts ne tiennent plus vraiment leurs...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X