SMAC : les musiques actuelles voient triple

En décembre dernier, trois salles de l'agglomération lyonnaise, L'Épicerie Moderne, le Périscope et le Marché Gare ont obtenu de la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) le statut de SMAC (Scène de Musiques Actuelles), une première dans le Rhône – et une bonne nouvelle – qui s'inscrit dans la suite logique de la S2M, projet collectif de préfiguration lancé il y a quatre ans.

«C'est un peu notre cadeau de Noël », s'enthousiasme François Jolivet, directeur de l'Épicerie Moderne de Feyzin, au sujet d'une décision qui a été annoncée à la veille du 25 décembre. Celle de la labellisation SMAC de trois salles de l'agglomération par la DRAC : l'Épicerie Moderne donc, mais aussi à Lyon le Marché Gare et le Périscope. Cela fait donc trois SMAC d'un coup dans un département, le Rhône, qui n'en comptait jusque-là aucune. La fin d'une anomalie en quelque sorte que Benjamin Petit, administrateur et programmateur du Marché Gare, tempère néanmoins : « le modèle originel du dispositif était surtout dédié à des territoires bénéficiant de très peu d'offre culturelle. On ne s'est intéressé aux grandes villes que dans un second temps, ce modèle ne pouvant alors pas correspondre à un territoire comme Lyon ». « La particularité d'un département comme le Rhône, c'est la diversité des acteurs et il n'y a pas trop de trois SMAC pour tenter de répondre par leur singularité et leur complémentarité aux attentes et au besoin du secteur. On n'oublie d'ailleurs pas le rôle que vont jouer tous les autres. » complète François Jolivet.

Des labellisations individuelles...

Les trois responsables des salles labellisées de saluer ainsi la finesse de la réflexion de la DRAC au moment de cette attribution. « Ils ont su tenir compte des spécificités de chacun », avance Pierre Dugelay, directeur du Périscope. Mais la décision vient aussi en quelque sorte valider, et c'est là « toute sa saveur » pour François Jolivet, le travail soutenu par la DRAC de préfiguration de la S2M, un dispositif de coopération datant de 2015, entre les trois salles labellisées et Bizarre! à Vénissieux – qui n'a pas obtenu cette validation – sur la base d'un projet de SMAC partagée comme il en existe sur certains territoires. En 2017, « les textes ont changé, précise Benjamin Petit, avec l'exigence qu'un label ne puisse désormais être attribué qu'à une seule structure juridique et autonome et l'abrogation du principe de préfiguration. »

Chacun a donc dû candidater individuellement, mais la période de préfiguration a sans aucun doute aidé à mettre les trois salles sur les rails de la labellisation. Ce qui implique que dans les faits, si le label, valable pour quatre ans, renouvelable et contrôlé par des comités de pilotage, vient sanctionner la dimension d'intérêt général de ces projets et leur implication sur leur territoire, cela ne changera pas grand chose au fonctionnement des salles. Salles qui, en plus, touchaient déjà dans le cadre de la préfiguration les subventions attribuées aux salles labellisées SMAC (100 000 euros par an chacune, subvention plancher du label).

…qui favorisent la complémentarité

« Ce sont des projets rodés en effet, ça ne va pas révolutionner notre façon de travailler, reconnaît François Jolivet, mais nous permettre de réfléchir à la manière dont on va évoluer. Après, il ne faut surtout pas voir cela comme une remise en cause de ceux qui n'ont pas été labellisés ou, pour nous, comme une médaille. »

« C'est dans la ligne de quatre ans de travail qui ont servi à mettre à plat un projet, c'est un point d'étape qui valide cette période d'incubation » abonde Pierre Dugelay. « Notre contenu est déjà raccord avec le cahiers des charges et la labellisation grave dans le marbre nos obligations en matière de développement des musiques actuelles, précise Benjamin Petit, ce qui change, c'est l'officialisation d'un statut à caractère performatif : on devient un acteur reconnu par l'action publique comme menant un projet d'intérêt public. Notre rapport aux collectivités dans l'application des politiques culturelles va changer. »

En termes institutionnels, ajoute Pierre Dugelay, on se retrouve en effet au même niveau que les grandes institutions, les théâtres subventionnés, l'Opéra, nous sommes reconnus comme des interlocuteurs officiels.

Quant aux subventions, elles poussent davantage selon les acteurs à des dispositions d'intérêt public que d'intérêt propre et favorisent la complémentarité des lieux. Car l'Épicerie Moderne, le Périscope et la Marché Gare entendent bien, sans renier leur identité mais au contraire en l'exploitant, continuer de renforcer cette complémentarité et travailler la main dans la main. En poursuivant une action entamée avec la S2M qui repose, comme le dit Benjamin Petit, « sur le désir et une volonté de faire ensemble ».

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 29 mars 2022 Un peu plus de deux ans après la tournée de Reward, la Galloise Cate le Bon est de retour sur une scène lyonnaise. Avec Pompeii, un album tout en minimalisme pop, composé et enregistré durant le grand confinement, et qui plonge dans la torpeur tout...
Mardi 1 mars 2022 Au Marché Gare, les travaux s'approchent de leur terme prévu en mai, avant le passage de la commission de sécurité, en juin pour une réouverture de la SMAC en septembre, avec l'inauguration suivie des premiers concerts, pour...
Mardi 30 mars 2021 Le Marché Gare, qui fête ses 15 ans dans le contexte que l'on sait, entre ce printemps dans la deuxième phase de ses importants travaux de rénovation. On en sait désormais un peu plus sur ce lifting qui devrait s'achever en début d'année prochaine...
Vendredi 10 juillet 2020 Sans aucune visibilité quant à leur conditions d'ouverture pour la rentrée, les diffuseurs de musiques actuelles, pour la plupart désœuvrés, oscillent entre optimisme mesuré, méthode coué et pessimisme radical, y compris à long terme. Un tableau...
Mardi 15 janvier 2019 Alors qu'un nouveau "décret son" impose depuis octobre dernier aux diffuseurs de musique (salles de concerts, clubs, festivals) des mesures toujours plus drastiques en matière de régulation du niveau sonore, beaucoup, à commencer par les petits...
Mardi 13 juin 2017 Après treize ans de bons et loyaux services dont trois à la direction, Damien Debard n'est plus à la tête de l’Épicerie Moderne. C'est François Jolivet qui a repris la direction de la salle feyzinoise : nous sommes allés à sa rencontre.
Mardi 8 mars 2016 Le Périscope et le Marché Gare à Lyon, l'Épicerie Moderne à Feyzin et Bizarre! à Vénissieux : telles sont les quatre salles de l'agglomération désormais (...)
Mardi 16 décembre 2014 En musique peut-être plus encore qu'ailleurs, l'innovation n'est généralement pas rentable. Sept ans après son ouverture et malgré son dynamisme (résidences, (...)
Jeudi 23 mai 2013 Six ans après son arrivée à Feyzin, Sophie Boyer quitte ses fonctions de directrice de l’Épicerie Moderne. Dès la rentrée, c'est Damien Debard, son administrateur, qui prendra les commandes. Une entrevue bilatérale s'imposait, histoire de déterminer...
Vendredi 24 septembre 2010 Voilà déjà une demi décennie de bons et loyaux services pour l'Épicerie Moderne dans le spectacle et les musiques actuelles. En cinq ans, la salle de Feyzin (...)
Vendredi 18 septembre 2009 Entretien / Nanti depuis le début de l’année d’un nouveau programmateur, le Marché Gare entame la saison avec une programmation bien plus ouverte qu’à l’accoutumée. Explications avec l’intéressé, Benjamin Petit. Propos recueillis par Stéphane...
Mercredi 4 avril 2007 Musique / L'Épicerie Moderne se fait épicerie fine en accueillant Terry Callier, pionnier de l'hybridation folk américaine. L'occasion de (re)découvrir un artiste culte. Stéphane Duchêne

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X