Eliz Murad : l'Arabe du turfu

Portrait / Rangée du duo Teleferik avec lequel elle officia pendant dix ans, la chanteuse-musicienne-autrice-compositrice Eliz Murad, Franco-libanaise, désormais installée et travaillant entre Lyon et Saint-Étienne, vient de publier son premier EP solo, Apocalypsna, qui marque un virage musical dans sa carrière mais prolonge une constante : allier le bon vieux rock au chant en arabe.

La grande légende du rock raconte que les Happy Mondays, cette bande de zinzins primo-délinquants ayant conquis Manchester puis la planète indé avec un futé mélange de soul-dance queutarde et d'indie-rock dessalé en traînant — avant une épiphanie en vendant des saloperies stupéfiantes — dans les escaliers des boîtes "deux salles deux ambiances". La fusion de danse et de rock aurait alors fait masse dans les cervelles à rude épreuve de Shaun Ryder & friends qui en auraient tiré leur joyeux gloubiboulga pour party people exigeants et désinvoltes.

Tout cela n'a pas grand-chose à voir avec Eliz Murad qui vient de produire depuis Lyon son premier EP solo, Apocalypsna, après dix ans passés au sein du duo parisien Teleferik, et pourtant. Franco-libanaise née à Paris de parents exilés, Eliz a grandi en écoutant Nirvana et consorts dans sa chambre auxquels venaient se superposer en arabe les voix de Fairuz, légende libanaise, ou d'Oum Kalthoum, mythe égyptien, qu'écoutait sa mère. Une collision qui dans l'esprit mixte fait très tôt germer l'idée, l'envie, d'entendre du rock en arabe puisque qu'à vue de nez et d'oreille, ça semble si bien coller : « j'avais une forme de frustration de ne pas entendre des voix en arabe chanter du rock. Des voix féminines aussi ; j'étais fan des voix soul afro-américaines et je me disais, la musique arabe c'est toujours la même chose même si c'est un art majeur. »

À l'époque, même au Liban où Eliz passe ses vacances chaque année, la chose est rarissime — pour ne pas dire qu'elle n'existe pas. Les pionniers en la matière sont sans doute Yasmine Hamdan et son Soapskills mais c'est alors une délicieuse exception. Même si elle est au départ portée sur le cinéma, qu'elle étudie aux Beaux-Arts, Eliz Murad chanterait en arabe. Et ce serait du rock. Elle est à deux doigts de le faire lorsque repérée par l'équipe de Rachid Taha pour être sa choriste, elle décline (« comme beaucoup de monde, je le prenais pour un chanteur de raï, qui n'était pas ma culture. Ce n'est que plus tard que j'ai compris ce qu'il faisait, qu'il était un pionnier, c'est dommage »).

EP surprise

C'est en fait grâce au cinéma, en travaillant sur un clip, que la jeune femme se met au rock lorsqu'elle découvre que le type qu'elle a embauché pour les effets spéciaux est aussi guitariste. Il rêve de monter un groupe, elle aussi. Et voilà Teleferik, sorte de The Kills parisien et orientalisant dans lequel Eliz tient la basse et le crachoir. Elle chante en anglais, pas mal, en français, un peu, et donc en arabe, comme promis à elle-même.

Le groupe sans rencontrer un succès époustouflant, se professionnalise, produit une poignées d'EP et d'albums et tourne jusqu'en Corée, en Colombie et à Dubaï. Après une décennie, Eliz a des envies d'ailleurs. Et de faire autrement, « de dire les choses que j'avais envie de dire sans les compromis obligés d'un duo, où il faut toujours faire plaisir à l'autre ». Elle est en train de monter un autre duo, féminin, The SabayasLes demoiselles » en arabe), avec une batteuse nancéenne, lorsque frappe un étrange virus venu de Chine qui paralyse la planète pendant des mois.

Rendue à elle-même, avec du temps à ne plus savoir qu'en faire mais quand même bienvenu, elle empoigne la guitare à laquelle elle s'essaie depuis un moment et se met à composer des titres : « ça m'est venu comme une évidence de tirer quelque chose de cette période ». Ce sera un EP, « surprise, plus contemporain, moins rock-blues » que la musique de Teleferik, enregistré avec le producteur électro, AlienizeD et le beatmaker Mickael Anselmi. Une belle réussite rock-trip-hop qui lui ressemble plus, elle qui dit écouter avec autant de curiosité Aya Nakamura et de la trap, de la musique contemporaine comme le dernier « chanteur à minettes ».

Cool attitude

Naturellement, c'est en arabe que ce disque rend hommage à Beyrouth la meurtrie (Beirut), s'érige, à la suite de l'affaire George Floyd, contre la négrophobie, dans les pays arabes et ailleurs (Lé Badna), narre une rencontre passionnée avec une « sirène » en plein confinement (7ooriyé) ou chante, justement, le confinement qui rend fou (Lockdown). Naturellement ou presque, car Eliz a avec cette langue un rapport amoureux mais paradoxal : « c'est ma langue maternelle mais ayant grandi à Paris, je ne la pratique pas tous les jours ». Humblement, elle soumet ses textes à son entourage et même à une coach devenue une amie. Histoire de ne pas se rater.

Car au-delà du désir artistique, il y a quelque chose de politique dans la démarche d'Eliz Murad, pas forcément consciente au départ mais dont elle ne peut faire l'économie : « j'ai envie d'emmener l'arabe dans des univers nouveaux. S'il y a une dimension politique au fait de chanter en arabe, c'est aussi à cause de tout ce qu'il se passe en ce moment. C'est une manière de mettre en avant la culture de pays qui se développent considérablement même si on a beaucoup fait en sorte qu'ils ne se développent pas vraiment. Montrer qu'on est là, c'est important. Il y a une sorte de revanche à montrer "vous pensiez qu'on n'était pas là mais on est là et on est cool aussi". La cool attitude ce n'est pas que la Californie. »

En dépit d'une déploration évidente des court-circuits à l'œuvre dans le cerveau d'un Zemmour ou de l'attaque de panique perpétuelle qui agite un Finkielkraut, en dépit aussi de la fascination que leur charabia assiégé génère sur les chaînes infos, le danger que cela représente (« leurs propos façonnent le regard des gens, comme à une époque les pubs Banania ou les reportages sur les femmes aux fourneaux, que l'on n'accepterait plus aujourd'hui »), Eliz Murad trouve que la France est un pays « ouvert ». Si elle a connu la condescendance à l'œuvre au collège (ou ailleurs) quand on se trimballe une double-culture et qu'on vous regarde comme « pas grand-chose », elle note un changement sur ce point dans les nouvelles générations, y voyant l'influence, pour une fois positive, des réseaux sociaux.

Femme politique

C'est qu'avec sa double culture en bandoulière, Eliz, aussi française que libanaise et inversement, qui se retrouve beaucoup dans une figure comme Riad Sattouf à qui elle emprunte parfois pour se définir sur les réseaux sociaux le hashtag #Arabedufutur, a fini par apprendre la patience. Celle qui conduit à renoncer à « éduquer les gens », à rester positive au milieu de gens positifs et à se couper de ceux qui vous vomissent leur angoisse dessus. Sur ces questions Eliz est donc plus activiste de sa partie – artistique – qu'ouvertement militante politique au point de s'en prendre aux moulins à vents et aux vents contraires qui les agitent, elle qui a pourtant monté, avant Metoo, une association féministe et LGBT avant de se rendre compte que « le militantisme est un métier ».

Puis de s'apercevoir qu'être une femme, arabe qui plus est, sur scène est une forme de militantisme et que tout, donc, se recoupe finalement : « toutes ne sont pas conscientes de ça mais quand tu es une femme et que tu l'ouvres en public d'une manière ou d'une autre, c'est forcément politique. Une femme qui chante c'est politique. Quand en plus tu chantes en arabe, tu ne peux pas t'en dédouaner. À partir de là, il faut assumer les choses : que tu es là pour les femmes, que tu es là pour les femmes arabes, pour les femmes arabes qui vivent en France. » Et celles qui n'y vivent pas, tant qu'à faire, Eliz caressant secrètement le rêve d'être davantage connue dans les pays arabes, pas tant pour elle-même que pour faire sa part.

Et la jeune femme d'évoquer ce souvenir ému d'une fois où elle a été amenée à jouer à la Maison du Maroc, à Paris, devant un parterre de femmes voilées, en tenues traditionnelles pour une fête du Ramadan : « elles étaient en transe. Des femmes voilées qui balancent la tête sur du rock, ce sont des images qu'on ne voit pas. Elles sont venues me voir à la fin du concert, elles avaient toutes adoré. On s'imagine des choses, on met ces femmes dans des cases, alors que ces femmes, elles désirent, elles ont soif de plein de choses. Et là, de voir une sœur sur scène balancer avec une guitare, elles trouvent ça génial. C'est important de leur donner l'opportunité de voir ça. » Solidement et sensiblement installée entre des mondes (le rock et l'arabe, l'occident et l'orient) qui au final n'en font qu'un, le sien, Eliz Murad entend bien être cette opportunité.

Eliz Murad, Apocalypsna (Audioswim)

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Musiques...

Lundi 25 avril 2022 Toujours curieux et singulier, le festival Superspectives accueille cette année quelques grands noms de la musique contemporaine et expérimentale : Gavin Bryars, Alvin Curran, Charlemagne Palestine…
Mardi 26 avril 2022 Il est libre, Iggy Pop. Bon, y en a quand même pas qui disent qu'ils l'ont vu voler, mais continuer de se trémousser torse-poils devant (...)
Mardi 29 mars 2022 Alors qu'il remonte sur scène pour présenter son dernier objet d'artisanat, La Vraie vie de Buck John, Jean-Louis Murat est l'objet d'une belle rétrospective menée par l'agence musicale lyonnaise Stardust et une vingtaine d'artistes aurhalpins.
Mardi 29 mars 2022 Un peu plus de deux ans après la tournée de Reward, la Galloise Cate le Bon est de retour sur une scène lyonnaise. Avec Pompeii, un album tout en minimalisme pop, composé et enregistré durant le grand confinement, et qui plonge dans la torpeur tout...
Mardi 1 mars 2022 Événement du côté du Ninkasi avec la venue du commandant en chef de feu Sonic Youth, qui depuis la séparation du groupe phare de l'indie rock américain multiplie les saillies solo comme pour mieux combler et dérouter ses fans éplorés.
Mardi 1 mars 2022 2021 aura été l'année de l'avènement pour Tedax Max. Douze mois pour sortir trois albums et se hisser au premier plan de la scène rap locale. Avant son passage du côté de Vénissieux à Bizarre!, le vendredi 18 mars, on a échangé...
Mardi 15 février 2022 1913, quelle année ! La modernité artistique y éclate dans toute sa superbe et aussi dans toutes ses surprises qui désarçonnent le public. C’est par exemple : les premiers ready-made de Marcel Duchamp, la publication à compte d’auteur...
Jeudi 17 février 2022 Les Parisiens de Bryan’s Magic Tears ont sorti mi octobre leur troisième album, "Vacuum Sealed". Le groupe signé sur Born Bad sera au Périscope ce jeudi 17 février.
Mardi 15 février 2022 Membre du collectif Under Rave de u.r.trax, Vel incarne la relève de la scène techno française. L’artiste et ingénieure — qui semble dotée d’une jauge d’énergie infinie — nous invite dans ses sets intenses à une transe...
Mardi 15 février 2022 Dans la droite ligne des réflexions engagées durant la crise sanitaire,  Le Sucre a annoncé une légère inflexion de son concept. Surtout, la club de Confluence veut accroître son travail d’accompagnement auprès de la...
Mardi 15 février 2022 Après s’être taillée une belle réputation chez nos voisins grenoblois, Bernadette (Chloé de son vrai nom) s’est imposée sur la scène lyonnaise puis en France. D’abord harpiste, elle prend rapidement la voie des musiques électroniques et mixe...
Mardi 15 février 2022 Son appétence pour les arts graphiques, le Japon et les jeux vidéo infusent dans les sets de la Lyonnaise, où les musiques anciennes nipponnes se confondent avec des tracks enivrantes de footwork, UK hardcore, breakbeat et jungle....
Mardi 15 février 2022 Elle s’était promis, il y a dix ans, de ne pas toucher une CDJ avant d’avoir parfaitement domestiqué les platines vinyles. Collectionneuse depuis toujours, Warum a décidé de faire profiter les autres de sa sélection hétéroclite il y a quelques...
Mardi 1 février 2022 Le projet LKDM a pour vocation de réunir les rappeurs et rappeuses les plus prolifiques de la région. Il prend la forme d'un cypher géant, mêlant freestyle et clips vidéo, brassant diverses tendances et générations. Rencontre avec Fong...
Mardi 4 janvier 2022 Le retour en force du Covid a entraîné de nouvelles restrictions sanitaires, annoncées le lundi 27 décembre par le Premier ministre : spectacles assis, jauges limitées à 2000 personnes en intérieur, le tout au moins jusqu’au lundi 24...
Mardi 4 janvier 2022 La musique dite savante ne s’arrête pas à Mahler ni même à Stravinsky (que nous serons heureux de réécouter cette année), et son cœur bat toujours aujourd’hui. Ce que nous rappellent notamment la Biennale des Musiques Exploratoires et la...
Mardi 4 janvier 2022 Depuis l'automne, Piers Faccini et ses invités sont à l'honneur à l'Opéra Underground. Avant de recevoir Blick Bassy, il convie le percussionniste Karim Ziad, le musicien gnaoui Mehdi Nassouli et le quatuor de chambre Emana à revenir avec lui, sur...
Mardi 4 janvier 2022 Avec le grand retour des internationaux et un nombre invraisemblable de reports, le printemps 2022 déborde de concerts prometteurs et/ou attendus. Revue d'effectifs forcément très sélective et un peu subjective.
Vendredi 10 décembre 2021 De passage à la Chapelle de la Trinité à l'invitation des Grands Concerts, Fredrika Stahl viendra y présenter une merveille d'album nocturne publié cette année et baptisé Natten, tout en clair obscur et en ambiance amniotique, où la chanteuse...
Mardi 14 décembre 2021 Héraut d'une certaine idée du psychédélisme pop et du rock progressif à la française, Aquaserge s'attaque à une poignée de totems de la musique contemporaine (Ligeti, Varèse...) malaxés comme des beaux diables. À retrouver sur la scène de l'Opéra...
Mardi 30 novembre 2021 Premier opus en solo pour Tushen Raï, habitué du Sucre et co-directeur du label Hard Fist : où l'on croise sonorités ancestrales et globalisées avec l'acid-house de Chicago afin de produire quelques bombes pour dancefloor.
Mardi 30 novembre 2021 Le quatuor sud-africain a publié cette année un premier album soyeux et délicieusement pop, inspiré de divers courants artistiques rayonnants sur sa terre natale, pour en faire une œuvre trouvant parfaitement sa place sur le toujours aussi bien...
Mercredi 1 décembre 2021 Nouvelle pépite néo-soul, Arlo Parks, de passage au Ninkasi Gerland, n'est pas qu'une chanteuse exceptionnelle de 21 ans. Elle est, volontairement ou non, la voix d'une génération Z tracassée.
Mardi 23 novembre 2021 C'est un mélange d'habitués et d'artistes reportés des précédentes éditions que propose Jazz à Vienne avec les premiers noms de son édition 2022, déjà alléchante, qui dévoile également sa nouvelle identité visuelle.  
Jeudi 18 novembre 2021 C'est un monument d'indie rock tordu et libre comme l'air qui s'apprête à fouler la scène du Sonic en la personne d'Old Time Relijun et de son leader Arrington de Dionyso, artiste d'avant-garde, persécuté par l'arrière-garde crypto-fasciste.
Jeudi 4 novembre 2021 Troisième album et passage à la maison, au Transbordeur, pour le Lyonnais Folamour, king de la house music élargissant le spectre de ses influences via son dernier album.
Jeudi 4 novembre 2021 En plein mois de novembre, Bertrand Belin et Agnès Gayraud aka La Féline prennent d'assaut l'Opéra Underground pour une carte blanche musicale dont la diversité le dispute à l'exigence, au point de transformer la chose en semaine de la découverte.
Jeudi 4 novembre 2021 Artiste associée à l’Auditorium cette saison, la pianiste Maria João Pires se produira sur scène deux fois (en concert symphonique puis en récital), avec ses compositeurs fétiches : Mozart, Beethoven, Schubert…
Mercredi 3 novembre 2021 À La Marquise, qui était son fief, se déroulera le mercredi 10 novembre une soirée en hommage à DJ Duke, décédé le 6 novembre 2020. Une figure incontournable du rap lyonnais et français, qui officiait avec Assassin, a produit pour...
Jeudi 21 octobre 2021 Toute juste de retour dans le paysage nocturne lyonnais après une trop longue absence, L'Ambassade accueille une figure de la deep house française : Franck Roger, auteur d'un récent album étonnant de diversité.
Jeudi 21 octobre 2021 L’Auditorium accueille l’orchestre de la Philarmonie de l’Elbe, une formation pour le moins réputée, avec Alan Gilbert à la baguette. Ils joueront la (...)
Jeudi 7 octobre 2021 Dans sa belle série de soirées docu-rock à l'Aquarium, le Marché Gare propose Come On People ! (2009) qui revient sur la trajectoire du meilleur groupe de rock français que personne ne connaît, Les Thugs d'Angers, chouchous du label Sub Pop de...
Jeudi 7 octobre 2021 Timothée Régnier, alias Rover, le répète souvent en interview, chez lui, l'inspiration et les compositions doivent moins aux figures dont il a pu faire ses (...)
Mercredi 22 septembre 2021 Dix concerts classiques à ne pas rater cette saison. Une sélection qui fait la part belle aux stars et aux grandes œuvres de répertoire, mais avec une attention particulière portée aux auteurs plus contemporains : Boulez, Grisey, Neuwirth,...
Jeudi 23 septembre 2021 Faute d'avoir pu correctement reporter son édition du printemps dernier — transbahutée au printemps prochain — le Festival Transfer s'offre un genre d'édition automnale et hors-série, en collaboration avec Cold Fame et sa traditionnelle...
Mercredi 22 septembre 2021 Au Périscope pour présenter la version live de Boredoms & Heartstrings, revisite avec quatuor à cordes de Boredoms, Marine Pellegrini revient sur l'évolution d'Erotic Market, la genèse de ce projet mais aussi les difficultés créatives...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !