Le rêveur Duval

Karim Duval

Les Tontons flingueurs

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

«Gnangnan». C’est en ce terme que nous qualifiâmes le spectacle de Karim Duval à sa découverte l’an passé. L’heure est venue de faire notre mea culpa : bosseur comme pas deux, le seul humoriste sino-franco-marocain du monde est depuis devenu un formidable conteur à double tranchant. Benjamin Mialot

«Ma mère est chinoise, mon père est japonais. Et moi je suis mal foutu». Le spectacle de Karim Duval démarre peu ou prou sur le même ton que cette blague d’écolier. Encore un de ces stand-uppers communautaires tels que le Jamel Comedy Club en usine à la douzaine chaque semaine ? C'est ce que l'on se demande pendant cinq minutes. Pas plus. Le temps de se rendre compte que chez cet ex-ingénieur à l'arbre généalogique plus ramifié qu'un Dragonnier de Socotra la question des origines, bien qu'abordée dans le respect de la plupart des canons du genre - imitation d'accents, répertoriage de particularismes, sous-texte réconciliateur - ne se résout pas via un humour de repli (mal) camouflé en autocritique, mais avec un sens du récit, une rigueur d'écriture et un souci d'équilibre entre spontanéité et mordant tels qu'ils paraissent inscrits dans son ADN. 

La guitare qui le démange

Ils le sont peut-être en partie. Car Karim Duval est né au Maroc d'une mère sino-tahitienne et d'un père franco-berbère. Une publicité Benetton à lui tout seul, comme il l'affirme en préambule de Melting Pot', le one-man-show en question. Là-bas, il coule une enfance et une adolescence dorées – le paternel est polytechnicien – baignant dans «une soupe internationale» où culture d'élite et mœurs populaires font excellent ménage. C'est dès cette époque, au cours de repas de famille aux airs de marchés de banlieue, qu'il se découvre une passion pour la guitare et une petite vocation d'«humoriste de bout de table». Son bac obtenu, il décroche à Paris le Grand Chelem des études d'ingénieur : maths sup', maths spé puis Centrale. Il migre ensuite vers le sud de la France, où il entame une très prometteuse carrière dans l'informatique à Sophia Antipolis. Voyages à travers le globe, responsabilités, salaire à plusieurs zéros, Duval est un bon parti dont l'avenir semble tout tracé.

Le hasard et son orgueil en décideront autrement : au détour d'un déplacement à Antibes, il pousse en 2007 la porte d'un café-théâtre et s'essaye à l'impro et à l’écriture. Les premiers rires qu’il déclenche dicteront la suite : cinq années passablement schizophrène qui le verront cultiver de front cette passion et son gagne-pain formaté, l'assurance que lui confère la première n'étant pas étrangère à son ascension professionnelle tandis que le sérieux que lui impose le second lui permet d'entrevoir rapidement un avenir sur les planches. Duval ne fait en effet pas les choses à moitié, affichant d'emblée, avec un premier spectacle intitulé D'un commun accord, l’ambition de dire quelque chose de l'état du monde par le biais d'une autobiographie à plusieurs voix.

Une rencontre vitale

Bien accueilli par le public et le milieu – l’Espace Gerson sera l’un des premiers lieux à le soutenir, tandis que Jocelyn Flipo l’invitera dès 2009 à se produire sur Lyon et finira par devenir son manager, D'un commun accord lui permet notamment d’ouvrir pour Didier Bénureau ou Arnaud Tsamère... avant de se remettre en question à Avignon. Au moment où il s'y produit, soit à l'été 2012, cela fait déjà plus de six mois qu'il a tout plaqué – «Un jour, il a été question de m’envoyer voir un client à l’Île Maurice, et j’ai prié pour que ça ne se fasse pas car ça tombait en même que le Festival National des humoristes de Tournon-sur-Rhône. J’y ai vu un signe» – pour se consacrer entièrement à la comédie. C'est la douche froide : face aux très exigeants spectateurs du festival, il comprend qu'il peut aussi ne pas faire rire. Il en revient avec l'intention de redoubler d'efforts et un précieux partenaire rencontré sur place : Léon Vitale, qui revêtira pour lui la casquette de metteur en scène. Ensemble, ils reprennent tout à zéro : «mon spectacle était un enchaînement de sketches qui fonctionnait mais auquel il manquait une identité. Léon m’a aidé à la trouver. Il a aussi été pour beaucoup dans la séparation entre l’auteur et le comédien. Quand je joue maintenant, je ne suis plus dans la réflexion mais dans l’échange».

D'un commun accord devient Melting pot', one-man-show stupéfiant de cohérence, de rythme et de spontanéité dans lequel ce fan de Stromae se raconte à travers une galerie de protagonistes tous plus loufoques et néanmoins crédibles les uns que les autres, d’un professeur de musique obsédé par les 4’33" de John Cage à un oncle asiatique chauvin. Au-delà de cette performance physique et narrative et les sauts de registre qu’elle sous-entend, de l'humour noir (le sketch des J.O. de l’immigration) à la vanne sociologique (le rappel sur la meilleure façon de mettre une couette) en passant par l'interlude musical (Vincent Le Derme, parodie étonnamment intemporelle du chéri de ces filles de 1973), c’est la finesse de sa plume et la tendresse avec laquelle il aborde des sujets aussi délicats que le déracinement qui le distinguent. Une approche qu’il résume en trois adjectifs («feutrée, sobre et souriante») et une note d’intention («donner aux gens la banane tout en leur rappelant que la réalité est dure, c’est ma définition de l’humour») et lui vaut aujourd’hui des prix dans tous les tremplins qui comptent et, depuis le début de l’année, une jolie série aux Feux de la Rampe à Paris. Pragmatique, Karim Duval n’en va pas pour autant plus vite que son loisir premier : «J’écris en ce moment de nouvelles choses, mais je ne les présenterai qu’au moment où on se dira "tiens c’est le deuxième spectacle de Karim Duval" plutôt que "c’est qui ce mec ?". Avant, j’aimerais pouvoir jouer celui-ci au Maroc». Inch Allah comme disent, selon lui, les pilotes au moment d’atterrir à Fès. 

Karim Duval
Aux Tontons Flingueurs, du mercredi 2 au samedi 19 avril
Au Boui-Boui, du samedi 5 avril au samedi 28 juin

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 8 septembre 2015 Deux festivals, de nouvelles pièces d'auteurs chéris, le retour d'un illustre représentant de la trop lointaine école anglo-saxonne... La saison café-théâtre démarre plutôt fort.
Mardi 7 juillet 2015 Question : avoir le sens de l'humour est-il toujours un facteur de longévité lorsqu'on le met à l'épreuve dans le cadre asphyxiant d'un café-théâtre (...)
Mercredi 1 juillet 2015 L'accès anticipé. C'est un modèle en vogue dans le secteur du jeu vidéo : vous pré-achetez un titre en chantier et contribuez à son amélioration, en espérant (...)
Mardi 10 mars 2015 Après la romance gay, le musical à caractère pornographique et le thriller, Jocelyn Flipo s'essaye avec Sale Mentor à une nouvelle hybridation entre comédie et cinéma de genre. Et ne déçoit pas, à quelques déséquilibres de rodage près. Benjamin...
Mardi 6 janvier 2015 L'année café-théâtre 2014 s'est terminée sur une création hors-normes comiques de Dominic Palandri (New York Paradis). Amusant hasard : 2015 débutera sur une (...)
Mardi 9 septembre 2014 Moins féconde que la précédente, la saison café-théâtre 2014/2015 n'en demeure pas moins réjouissante, entre reprises de spectacles qui gagnent à être connus et défilé de têtes qui le sont déjà. Benjamin Mialot
Mardi 27 mai 2014 Il y a, dans La Course en tête, le documentaire expérimental que consacra en 1974 Joël Santoni à Eddy Merckx (et qui fut projeté début mars en ouverture des (...)
Mardi 8 avril 2014 A peine auréolé du succès de Trash, son spectacle AAA dans le milieu du XXX, Jocelyn Flipo retrouve le haut de l'affiche avec Couic, comédie noire confrontant un tueur en série débutant à sa première victime. Attention, ça va faire mal. Benjamin...
Mardi 1 avril 2014 Un casting cinq étoiles et une mise en scène pluridisciplinaire au service de la quête amoureuse d'une superstar du porno : Jocelyn Flipo signe avec "Trash" sa comédie romantique la plus ambitieuse et la plus aboutie. Benjamin Mialot
Mardi 18 mars 2014 La magie, comme l’ostéopathie, est affaire de doigté. François Martinez menait une vie confortable grâce à la seconde, il a tout plaqué pour assouvir sa passion (...)
Jeudi 9 janvier 2014 Yann Guillarme donne enfin suite à Merci Jean-François avec un one-man-show doucement mélancolique et furieusement outrancier. Et confirme, si besoin était, qu'il est l'un des comédiens les plus doués de sa génération. Benjamin Mialot
Vendredi 3 janvier 2014 Avec ses prises de parole d'une insanité à faire passer le dératiseur obèse qui tenta d'assassiner Björk avant de filmer son suicide pour un parangon de (...)
Jeudi 12 décembre 2013 Révélé par un premier one-man-show prodigieusement schizophrène dans lequel il racontait son dépucelage sur un texte de Jocelyn Flipo, Alex Ramirès revient avec Alex Ramirès est un grand garçon, "spectacle de la maturité" aussi jubilatoire...
Mardi 10 décembre 2013 Nul besoin de s'exercer à la photographie en Patagonie ou de s'essayer à l'équitation en Laponie (entre autres "bons plans" formulés par les professionnels du tourisme) pour passer un réveillon insolite. Il suffit de franchir le seuil de l'un des...
Dimanche 8 septembre 2013 Une nouvelle salle l'an passé, un nouveau festival cette saison : bien que tous ses acteurs ne s'y retrouvent pas, le secteur du rire confirme sa vitalité. Benjamin Mialot
Jeudi 14 février 2013 Un critique a (trop) souvent tendance à se comporter comme un explorateur : quand il foule une contrée nouvelle, il veut être le premier à en dessiner les (...)
Jeudi 14 février 2013 Jocelyn Flipo a beau avoir une carrure de rugbyman, il n'y connaît rien en plaquages. Du moins ceux qui coupent l'élan. Ceux qui écrasent le cœur, en revanche, n'ont aucun secret pour ce quadra lyonnais qui, en l'espace de cinq ans, s'est imposé...
Dimanche 13 janvier 2013 Le fleurissement d'affiches promouvant la prochaine date lyonnaise des Lascars Gays nous le rappelle depuis quelques jours encore plus sûrement que (...)
Vendredi 4 janvier 2013 Les demi-saisons café-théâtrales se suivent et ne se ressemblent pas : là où le premier semestre de l'année 2012 se résumait à des prolongations et des big names, (...)
Samedi 15 décembre 2012 La nouvelle, datée du 29 novembre, est tombée comme un couperet : cette année, France 3 ne diffusera pas son traditionnel bêtisier. Il flotte depuis comme une odeur de fin de règne. Sauf chez ceux qui savent que, pour achever un cycle calendaire sur...
Jeudi 2 février 2012 Drôle, émouvant, remarquablement interprété, ambitieux, Dans ta bulle, librement inspiré des BD du Marseillais Domas, confirme que Jocelyn Flipo est un metteur en scène passionnant. Christophe Chabert
Vendredi 25 novembre 2011 L’heureux propriétaire d’un sex-shop, par ailleurs mari aimant et attentionné, a eu le malheur de partir en fumée avec son établissement après un terrible (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X