Les Oubliées

ECRANS | HERVÉ ADMAR France 3 éditions

Dorotée Aznar | Jeudi 27 mars 2008

À une exception près que nous ne citerons pas par déontologie, la télé française ne fait pas d'étincelles niveau séries, malgré les efforts de Canal + en la matière. France Télévisions lui a même damé le pion en produisant Les Oubliées, étonnant polar métaphysique qui, sans être parfait, trace une voie nouvelle et séduisante. La série montre comment un capitaine de gendarmerie s'entête depuis quinze ans à retrouver des jeunes filles vierges portées disparues, ce qui le conduit au bord de la folie. Ce pitch est relayé par une mise en scène où, pour une fois, on ne cherche pas à copier la flamboyante Amérique mais à lorgner vers le meilleur du cinéma français : Guillaume Nicloux, à qui Admar emprunte son traitement atmosphérique des situations, et Jacques Audiard, avec qui il partage l'envie de faire surgir d'authentiques héros de fiction, dont le travail ordinaire est transcendé par des événements extraordinaires. Le choix de Jacques Gamblin est en cela décisif, acteur crédible à la fois dans le quotidien et dans l'étrangeté, fournissant à son personnage une santé peu commune. On regrettera certains tics de réalisation et de montage, ainsi qu'une attention moins soutenue à des seconds rôles trop «télévisuels» ; mais juste pour le crescendo abstrait et terrifiant des deux derniers épisodes, Les Oubliées mérite que le spectateur s'y arrête, et que les futurs auteurs télé y réfléchissent longuement.CC

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter