La Belle électrique, « une salle de 2015 »

Soirée d'inauguration

La Belle Électrique

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Enfin ! Après plus de vingt ans d’attente, la Belle électrique, salle dédiée aux musiques amplifiées, va ouvrir ses portes à Grenoble, quartier Bouchayer-Viallet. On l’a visitée, on a rencontré l’équipe aux commandes, on a analysé sa prog ; tout ça avant de partir boumer ce samedi 10 janvier pour l’inauguration officielle. Aurélien Martinez

Une bonne vingtaine d’années : voilà le temps qu’aura pris la Belle électrique pour voir le jour. Le projet fut ainsi long à se mettre en place, avec de nombreuses péripéties qui appartiennent désormais au passé. Du coup, une salle imaginée dans les années 1990 est inaugurée en 2015, avec pourtant un résultat tout à fait dans son temps comme l’assure son directeur Frédéric Lapierre. « On a la chance d’avoir un lieu qui est beau. Pour moi, c’est une salle de concert de 2015, pour les musiques de 2015. On a une scène avec un rapport frontal pour le live, mais on a aussi de la vidéo, des espaces pour déplacer des DJs, la possibilité d’ouvrir tard dans la nuit [certaines soirées termineront à six heures du matin – NDLR] : c’est ça une salle en 2015.  »

L’architecture intérieure est impressionnante, avec ses grands espaces, ses gradins aérés, ses balcons facilement accessibles, ses écrans pour les projections. On l’a certes vue vide de monde, mais la Belle électrique a tout de la grande salle agréable tant pour le public que pour les artistes – elle a d’ailleurs été pensée pour offrir une jauge intermédiaire (950 places) entre un immense Summum et des lieux plus petits comme la Bobine ou la Source.

« La logique de l’entonnoir »

Choisie en 2008 par la Ville de Grenoble, MixLab, l’asso qui va gérer l’équipement en délégation de service public, a eu le temps de penser son projet. « On a été très marqués électro lors de la préfiguration. C’est vrai qu’on a des gens dans notre équipe qui sont là-dessus. Et on a fait beaucoup de prog électro en amont, notamment avec notre festival Jour & Nuit. Du coup, on a beaucoup parlé de la dimension clubbing. Mais c’est avant tout une salle de concert, qui va certes permettre de faire du clubbing, mais pas que. »

Leur première programmation était très attendue : surprise, ça part dans tous les sens, dans toutes les esthétiques ! Olivier Dahler, le responsable de la programmation, s’en explique : « Sur un lieu de cette capacité, la programmation ne peut être que large, parce qu’on n’est pas des intégristes. » Frédéric Lapierre : « Pour amener les gens dans des salles de concert, quand on a une jauge de presque 1000 places et quand en plus on vient d’ouvrir, on a intérêt à balayer large. J’ai bien envie par exemple que des très jeunes viennent voir Frero Delavega et reviennent ensuite pour autre chose de moins connu. » Olivier Dahler : « C’est la logique de l’entonnoir : d’abord voir comment ça réagit sur ce premier semestre de programmation pour ensuite resserrer – ce qui ne veut pas dire devenir obtus ou élitiste. »

Les prochains mois, on trouvera de l’électro, de la pop, du reggae (Olivier Dahler fut un temps le monsieur reggae de Grenoble)... Avec des têtes d’affiche (Nina Hagen, UB40, Christine ans the Queens, Sinsemilia…) et des découvertes. Bref, une salle généraliste (enfin, dans une moindre mesure – on n’imagine pas Calogero s’y produire !) qui sera là en complément des autres déjà existantes dans l’agglo (la Belle électrique va même bosser en liens étroits avec le Ciel), tout en mettant en avant ses spécificités. Frédéric Lapierre : « Un Gilles Peterson sur du minuit six heures, où tu le fais si tu ne le fais pas à la Belle électrique ? »

« Il ne faut pas qu’on déçoive »

Surtout, MixLab veut faire de cette Belle électrique un véritable lieu de vie, avec donc des concerts, mais aussi un restaurant, des soirées dans le bar (les jeudis ou vendredis, avec fin entre 1h et 2h), diverses animations en lien avec des structures culturelles (comme le centre d’art le Magasin, situé juste à côté)… Tout ça dans un quartier d’habitations – le parvis est en face d’immeubles. Frédéric Lapierre : « On va tout faire pour cohabiter au mieux avec nos voisins et qu’ils cohabitent au mieux avec nous. Ça va dans les deux sens. »

Et une Belle électrique qu’ils veulent la plus ouverte possible, en tissant des partenariats avec des associations musicales (une grosse soirée Hadra fin février par exemple) et en l’ouvrant à la scène locale (Lull en première partie de Moriarty mi-janvier, ou une date fin avril pour la sortie du prochain album d’H-Burns). Au vu des attentes placées en elle par tout un tas de monde – le public (les places pour la soirée d’inauguration sont parties en moins d’une heure, même s’il en restera sur place), les tourneurs, les associations locales… – la pression doit être forte ? Frédéric Lapierre : « Ça ne fait pas peur, non. C’est même plutôt excitant. Après, il ne faut pas qu’on déçoive, ce qui est paradoxalement inévitable ! »

Inauguration : samedi 10 janvier

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 24 avril 2023 Le secteur culturel grenoblois s’empare, depuis peu mais à bras-le-corps, du sujet épineux de la transition écologique. Mobilité des publics, avion ou pas avion pour les tournées des artistes, viande ou pas viande au catering, bières locales ou pas...
Vendredi 24 mars 2023 À l'initiative de l'association Mix'Arts, le rappeur Médine montera sur le ring de la Belle Électrique le 6 avril prochain. Le très politisé mais non politicien rappeur havrais y défendra son huitième et dernier album "Médine France". Hâte de saluer...
Lundi 16 janvier 2023 C’est une anecdote dont on leur parle tout le temps, mais elle a le mérite de poser un contexte. En septembre 2015, alors que les deux jumelles d’Ibeyi (...)
Lundi 7 février 2022 La mairie de Grenoble rebat les cartes de la Belle Electrique et la Clé de Sol, deux équipements qu’elle compte mettre à disposition d’un gestionnaire non plus via une délégation de service public, mais via une convention d’occupation du domaine...
Mardi 16 novembre 2021 [REPORT : le concert prévu le 19/11 est décalé au 16/12] Grand artiste originaire d'un petit pays, Gaël Faye sera à La Belle Electrique le 19 novembre pour jouer en live Lundi méchant, son dernier album studio. Lui sera « digne et debout »...
Mercredi 27 janvier 2021 Les deux entités le confirment : en fin d’année dernière et ce mois-ci, de nouvelles réunions de travail ont eu lieu entre la Ville de Grenoble et l’association MixLab pour dessiner l’avenir de la Belle Électrique.
Mardi 15 décembre 2020 Pas de surprise au conseil municipal de Grenoble : malgré une opposition unanime pour la dénoncer, la délibération qui déclare infructueuse la procédure de renouvellement de la concession de service public de la Belle Électrique a été votée mardi 14...
Vendredi 11 décembre 2020 Vendredi 11 décembre, l’association gestionnaire de la salle a pu obtenir des éclaircissements de la Ville de Grenoble quant à l’avenir de son activité à court terme. C’est un peu apaisée qu’elle va suivre la réunion du conseil municipal lundi 14,...
Jeudi 10 décembre 2020 Un rendez-vous crucial doit avoir lieu vendredi pour l’association MixLab : l’actuel gestionnaire de la Belle Électrique attend des explications sur l’intention de la Ville de confier les commandes de l’établissement à une Société...
Mardi 8 septembre 2020 Enquête / C’est la question qui taraude presque tout le monde : les concerts debout en intérieur, toujours interdits à l’heure de notre bouclage, vont-ils bientôt pouvoir reprendre ? Et quelles stratégies les salles les accueillant...
Mardi 3 septembre 2019 On fait un point sur la huitième édition du festival organisé par la Belle électrique du jeudi 5 au samedi 7 septembre.
Mardi 5 mars 2019 Alors qu'un nouveau "décret son" impose depuis octobre dernier aux diffuseurs de musique (salles de concert, clubs et festivals) des mesures toujours plus drastiques en matière de régulation du niveau sonore, beaucoup s'inquiètent de ses...
Mardi 3 octobre 2017 Étudiant nouvellement arrivé à Grenoble ou vieux de la vieille en manque d’inspiration, vous voilà en quête d’un spot où finir la soirée ? Quand, entre 1h et 2h du matin, les rideaux des bars commencent à fermer, d’autres lieux (salles de...
Mardi 7 février 2017 La crise que connaît depuis des années le monde culturel laisse de la place à de nouvelles initiatives. Start-ups ou financements mixtes naissent à Grenoble pour pallier le manque de soutien des collectivités publiques. Retour sur plusieurs exemples...
Lundi 19 septembre 2016 Ce jeudi, la Belle électrique accueille la première édition du Metallian Fest, consacré donc à la musique metal. On a passé un coup de fil aux organisateurs, qui nous ont parlé programmation mais aussi succès entre la salle grenobloise et cette...
Mardi 6 septembre 2016 Festival étendard de l’association Mixlab (en charge de la Belle électrique) et temps fort incontournable de la rentrée, Jour & Nuit fête cette année sa cinquième édition ; et profite de l’occasion pour revoir (partiellement) sa formule....

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X