Les mystères des Mystères

C’est la semaine de l’art et essai discount grâce à nos amis de Télérama, mais c’est surtout une des dernières occasions de découvrir en salles "Mystères de Lisbonne" et ses 4h30 inégales mais inspirées. CC

Sorti au Zola et au Comœdia longtemps après sa sortie nationale (pour des raisons liées à son exploitation en numérique et à la programmation complexe de cette œuvre-fleuve de 4h30), "Mystères de Lisbonne" a depuis glané pas mal d’honneurs : Prix Louis Delluc, meilleur film de 2010 selon Les Inrocks et les critiques du Cercle sur Canal +… Sa programmation au festival Télérama lui offre une visibilité supplémentaire : deux séances aux Alizés à Bron, deux au Comœdia et deux au Cinéma Gérard Philipe de Vénissieux. Un succès mérité pour Raul Ruiz, qui a failli ne jamais finir le film, sauvé in extremis d’un grave cancer du foie. Se plonger dans les méandres de ce labyrinthe filmique où une histoire entraîne une histoire qui entraîne une histoire, etc., le tout formant un dessin magnifique, mais qu’il ne faut surtout pas raconter (la fin justifie à elle seule de passer 270 minutes dans un cinéma…), est une expérience faite de fulgurances et de passages à vide, d’intenses envolées lyriques et de parenthèses à la frontière de l’académisme en costumes. Mais Ruiz, en bon sorcier de la mise en scène, finit toujours par nous rattraper par la manche avec un plan-séquence époustouflant, un coup de théâtre inattendu ou une ingénieuse trouvaille visuelle.

Une moitié de grand film

L’ouverture des "Mystères de Lisbonne", où l’énigmatique père Dinis révèle à Joao, l’orphelin qu’il a recueilli, les secrets de sa conception, fait souvent frissonner tant Ruiz y dépose quelques-uns des meilleurs moments du film : l’arrivée devant l’aristocratique maison de la mère de Joao, où la caméra s’élève dans les airs sur une musique toute en cordes majestueuses, ou la cérémonie de pendaison sont des instants de grâce noire à la lisière du conte fantastique. Bizarrement, il faut ensuite attendre que Ruiz introduise de l’humour, même discret, pour que le film retrouve ces altitudes-là : l’histoire de la naissance du père Dinis ou celle mettant en scène l’intrigant Alberto de Magalhães, avec son perroquet et son laquais claudiquant, comptent parmi les épisodes les plus réussis de ce ciné-feuilleton inégal (ceux avec les jeunes acteurs français sont en revanche clairement les plus faibles). Sans crier au génie, on ne peut que recommander la vision en salles des "Mystères de Lisbonne", dans lequel on doit bien trouver une moitié de grand cinéma (soit, du coup, plus long que la moyenne des films standard !).

Mystères de Lisbonne
Dans le cadre du festival Télérama, au Comoedia, aux Alizés et au Cinéma Gérard Philipe.

à lire aussi

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 6 mai 2024 Un conte mythologique imparfait mais à la direction artistique sans faille (Les 4 âmes du coyote), un coup d'essai étonnant à la fois solaire et orageux (Les trois fantastiques), et un film pas toujours évident à appréhender, mais souvent fascinant...
Mardi 31 octobre 2023 Le festival Lumière vient de refermer ses lourds rideaux, les vacances de la Toussaint lui ont succédé… Mais ce n’est pas pour autant que les équipes de (...)
Mardi 31 octobre 2023 Si le tourisme en pays caladois tend à augmenter à l’approche du troisième jeudi de novembre, il ne faudrait pas réduire le secteur à sa culture du pampre : depuis bientôt trois décennies, Villefranche célèbre aussi en beauté le cinéma francophone....
Mardi 5 septembre 2023 C’est littéralement un boulevard qui s’offre au cinéma hexagonal en cette rentrée. Stimulé par un été idyllique dans les salles, renforcé par les très bons débuts de la Palme d’Or Anatomie d’une chute et sans doute favorisé par la grève affectant...
Mardi 29 août 2023 Et voilà quatre films qui sortent cette semaine parmi une quinzaine : N° 10, La Beauté du geste, Alam puis Banel & Adama. Suivez le guide !
Lundi 5 septembre 2022 Bien qu’il atteigne cette année l’âge de raison avec sa 7e édition, le Festival du film jeune de Lyon demeure fidèle à sa mission en programmant l’émergence des (...)
Mercredi 17 août 2022 Et si Forrest Gump portait un turban et dégustait des golgappas plutôt que des chocolats ? L’idée est audacieuse mais aurait mérité que le réalisateur indien de Laal Singh Chaddha se l’approprie davantage. Si l’intrigue réserve forcement peu de...
Mercredi 11 mai 2022 Alors que son film posthume Plus que jamais réalisé par Emily Atef sera présenté dans la section Un certain regard du 75e festival de Cannes, l’Aquarium (...)
Vendredi 13 mai 2022 Fruit du travail de bénédictin d’un homme seul durant sept années,  Junk Head décrit en stop-motion un futur post-apocalyptique où l’humanité aurait atteint l’immortalité mais perdu le sens (et l’essence) de la vie. Un conte de science-fiction avec...
Mardi 26 avril 2022 Les organisateurs d’On vous ment ont de le sens de l’humour (ou de l’à propos) puisqu’ils ont calé la septième édition de leur festival pile entre la présidentielle et les législatives. Une manière de nous rappeler qu’il ne faut pas tout...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X