La Chimère

Réalisme magique / À travers les errances existentielles d’un « tombarolo », un pilleur de tombes étrusques, Alice Rohrwacher s’engage pour son quatrième film dans un voyage inédit, poétique et sans nostalgie dans l’histoire de l’Italie et de son cinéma.

Lorsqu’Arthur (Josh O’Connor) se réveille dans un train, ses voisines lui demandent d’où il vient. Vaseux, il leur répond en commentant leurs visages, qu’il compare à des tableaux antiques. Si sa peau pâle et son accent laissent en effet deviner ses origines anglaises, ce « d’où » n’intéresse pas cet anti-héros partagé entre le spleen d’un deuil amoureux et l’exaltation de retrouvailles avec une bande de tombaroli, pilleurs de tombes et de trésors étrusques. Son affaire, c’est bien le temps, sa valeur et son poids.

Il en est de même pour Alice Rohrwacher, qui s’emploie à brouiller les repères de l’époque. Impossible de savoir avec certitude quand La Chimère se passe : trente, quarante, cinquante ans en arrière ? Dans son précédent et déjà remarquable Heureux comme Lazzaro, elle inventait une figure centrale qui se jouait du passage des années et ne vieillissait pas, démasquant le mensonge d’une campagne italienne faussement bloquée dans la féodalité. Ici, c’est tout le film qui est frappé d’atemporalité. Ce bout d’Italie au bord de la mer Tyrrhénienne n’est pas que l’endroit où sont cachés les vestiges étrusques ; c’est un vestige en soi avec ses cabanons aux toits en tôle, ses grandes bâtisses aux murs craquelés et aux peintures écaillées, sa gare abandonnée n’appartenant désormais « à personne et à tout le monde »… En veut-on une preuve ? Voici une famille de touristes qui confondent les pillards avec de sympathiques autochtones, si couleur locale qu’on veut les prendre en photo !

Sous ses pieds, le vide (intérieur)

Les vestiges, ce sont aussi ceux du cinéma italien lui-même, que Rohrwacher exhume sans nostalgie : les tombaroli ont des airs de Vitelloni, mais avec la crasse du lumpenproletariat grouillant dans le bidonville d’Affreux, sales et méchants ; ils s’ébattent autour d’une jeune femme en poussant des cris de poulet tels les immigrés de Pain et chocolat ; ils courent à travers les champs en accéléré comme dans les films de Pietro Germi ; même la mamma est un bout d’histoire en soi, puisqu’elle est incarnée par Isabella Rossellini, hilarante en professeur de musique donnant ses leçons contre des tâches ménagères. Mais Rohrwacher ne singe pas le geste de ses maîtres ; elle le réinvente selon son goût du réalisme magique. Lors des « intuitions » d’Arthur, qui lui permettent de sentir le vide des tombes sous ses pieds, la caméra se retrouve la tête en bas dans des plans littéralement renversants, ouvrant ainsi la voie à une exploration poétique de la réalité. L’errance du personnage, métaphysique et morale, quasiment antonionienne, révèle non seulement les trésors cachés mais aussi une organisation rigide de la société qu’il bouscule dans un accès de fièvre pour ouvrir la voie à de nouvelles utopies — ou de nouvelles uchronies…

« Peut-être que si les Étrusques étaient encore là, il n’y aurait pas tout ce machisme en Italie » lance en français dans le texte et face à la caméra Mélodie (Lou-Roy Lecollinet), trouble intermédiaire entre les voleurs et leur client principal. Un machisme qui se traduit par une nette séparation entre les bandes d’hommes — tous voyous — et les clans de femme — trop occupées à se quereller. Rohrwacher se plaît là encore à laisser au temps le soin de rebattre les cartes : du fin fond de la terre, scellées par ses ancêtres, surgissent quelques vérités éternelles — les tombes des pauvres d’hier ne valent rien, comme leur vie d’aujourd’hui — et d’autres plus conjoncturelles — la marchandisation mondiale de l’art — dont Arthur devient le dépositaire mélancolique. Comme dans ses films précédents, Rohrwacher laisse aux enfants le droit de repenser l’avenir à partir de cet héritage-là, avec la même liberté qu’elle déploie ici envers son héritage cinématographique.

La Chimère
D’Alice Rohrwacher (It-Fr-Suisse, 2h11) avec Josh O’Connor, Carol Duarte, Vicenzo Nemolato…
Sortie le 6 décembre

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Cinéma...

Mardi 31 octobre 2023 Le festival Lumière vient de refermer ses lourds rideaux, les vacances de la Toussaint lui ont succédé… Mais ce n’est pas pour autant que les équipes de (...)
Mardi 31 octobre 2023 Si le tourisme en pays caladois tend à augmenter à l’approche du troisième jeudi de novembre, il ne faudrait pas réduire le secteur à sa culture du pampre : depuis bientôt trois décennies, Villefranche célèbre aussi en beauté le cinéma francophone....
Mardi 5 septembre 2023 C’est littéralement un boulevard qui s’offre au cinéma hexagonal en cette rentrée. Stimulé par un été idyllique dans les salles, renforcé par les très bons débuts de la Palme d’Or Anatomie d’une chute et sans doute favorisé par la grève affectant...
Mardi 29 août 2023 Et voilà quatre films qui sortent cette semaine parmi une quinzaine : N° 10, La Beauté du geste, Alam puis Banel & Adama. Suivez le guide !
Lundi 5 septembre 2022 Bien qu’il atteigne cette année l’âge de raison avec sa 7e édition, le Festival du film jeune de Lyon demeure fidèle à sa mission en programmant l’émergence des (...)
Mercredi 17 août 2022 Et si Forrest Gump portait un turban et dégustait des golgappas plutôt que des chocolats ? L’idée est audacieuse mais aurait mérité que le réalisateur indien de Laal Singh Chaddha se l’approprie davantage. Si l’intrigue réserve forcement peu de...
Mercredi 11 mai 2022 Alors que son film posthume Plus que jamais réalisé par Emily Atef sera présenté dans la section Un certain regard du 75e festival de Cannes, l’Aquarium (...)
Vendredi 13 mai 2022 Fruit du travail de bénédictin d’un homme seul durant sept années,  Junk Head décrit en stop-motion un futur post-apocalyptique où l’humanité aurait atteint l’immortalité mais perdu le sens (et l’essence) de la vie. Un conte de science-fiction avec...
Mardi 26 avril 2022 Les organisateurs d’On vous ment ont de le sens de l’humour (ou de l’à propos) puisqu’ils ont calé la septième édition de leur festival pile entre la présidentielle et les législatives. Une manière de nous rappeler qu’il ne faut pas tout...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X