Le Plaisir de chanter

ECRANS | D’Ilan Duran Cohen (Fr, 1h38) avec Marina Foïs, Lorant Deutsch…

Christophe Chabert | Mardi 18 novembre 2008

On peut faire de bons films avec du grand n'importe quoi. Edouard Baer ou Steven Soderbergh, par exemple, ont réussi ce challenge. Pour Ilan Duran Cohen, il faudra repasser. Cette comédie d'espionnage vaguement musicale, d'où toute crédibilité a été impitoyablement chassée, ressemble à l'addition des fantasmes cinématographiques et extra-cinématographiques de son auteur. Mais le film est désagréable dans son arrogance, prenant de haut le spectateur par une suite de saynètes même pas dérangeantes (ça ne va pas plus loin que parler en baisant, entre mecs, entre filles, entre mecs et filles) et filmées en dépit du bon sens (de loin avec une caméra tremblante : eh oui, c'est un film d'espionnage !). C'est simple, on dirait un mauvais scénario de Rivette tourné par un émule peu doué de Téchiné. CC

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter