La trilogie du Zombie

La Nuit consacrée aux trois films tournés par Rob Zombie permet de faire entendre une des nouvelles voix du cinéma d’horreur américain, dont la cinéphilie et le post-modernisme revisitent avec brio les classiques du genre. Christophe Chabert

C’est un événement éphémère à ne pas rater. Une soirée à l’Institut Lumière (vendredi 19 décembre de 21h à 3 heures du matin) pour découvrir l’intégralité de l’œuvre de Rob Zombie : trois films tournés entre 2003 et 2007 par cet ancien chanteur de hard-rock au sein du groupe White Zombie. Événement car il s’agit de trois bons films, mais aussi parce qu’ils ont été distribués un peu n’importe comment en France (Halloween n’a eu droit qu’à des VF, The Devil’s rejects est sorti en plein été et La Maison des mille morts n’a jamais été projeté ailleurs qu’en festivals !). Séance de rattrapage sur grand écran obligatoire car si ce cinéma n’est pas de tout repos — il est même d’une violence parfois insoutenable — il s’inscrit avec une réelle pertinence dans le présent des images contemporaines et dessine une voie palpitante pour le cinéma d’horreur.La nuit au musée des horreurs
Tout commence en 2003 avec La Maison des mille morts (House of 1000 corpses). Quatre adolescents à tendance geek décident de faire un pèlerinage sur les lieux de faits-divers sanglants. En chemin, ils font un arrêt au musée des horreurs et des curiosités du Capitaine Spaulding, clown vieillissant aux dents jaunies et au rire tabagique, qui vend du poulet gras au milieu de bocaux de fœtus difformes. Celui-ci les oriente, après visite de son train fantôme personnel, vers une vieille ferme où une famille de psychopathes a transformé sa maison en labyrinthe de l’horreur, séquestrant, torturant et mutilant des innocents. Il y a quelque chose de touchant dans la manière avec laquelle Rob Zombie découvre son nouveau média avec ce premier essai. Le début frappe par sa tentation de l’hommage au deuxième degré et par son montage excentrique, fruit de l’influence manifeste du Tueurs nés d’Oliver Stone mais aussi d’un bricolage candide des effets sur Avid ou Final Cut. Ce n’est que dans sa dernière demi-heure que La Maison des mille morts devient vraiment passionnant, laissant présager la réussite des deux films suivants. Ce musée des horreurs n’est plus un musée de fantasmes cinéphiles regardés avec la distance de l’âge et de l’ironie (comme le fait le Capitaine Spaulding), mais une entité vivante qui fabrique des images fortes et originales, conduisant vers une authentique renaissance (la survivante sort de la terre couverte de sang comme d’un ventre fécond). Zombie a trouvé un style, un territoire et une famille (dont Chery Moon, compagne, muse et égérie, sera l’emblème ultra-sexuel) qu’il ne va pas tarder à magnifier.Le crépuscule de la morale
The Devil’s rejects est la suite directe de La Maison des mille morts, avec les mêmes personnages, plus un shérif brutal et peu sympathique. Mais le corpus de références a changé, et le ton potache du premier volet laisse place à une violence pas drôle et réellement dérangeante. Zombie choisit donc le road movie et le western comme horizons et Sam Peckinpah comme maître principal dans un film qui cite et compresse avec une intelligence redoutable les plus grandes scènes du cinéma de genre. Autant La Maison des mille morts avait encore le scrupule d’offrir au spectateur des portes d’identification positives (les fameux ados), autant The Devil’s rejects élève sa famille de tueurs au rang de héros mélancoliques et traqués. Renversement de perspective qui induit un basculement moral complet : du côté des monstres, la caméra de Rob Zombie filme leur crépuscule sanglant, menacés par un flic dévot et sadique incarnant le retour d’un ordre puritain. Derrière tout ça, il y a l’idée très personnelle que le mal est partout, et que tout précepte est réversible selon les circonstances.Le mal est partout
En s’attaquant au remake d’un film aussi parfait que le Halloween de John Carpenter, Rob Zombie ne pouvait que gravir une montagne infranchissable. L’intérêt paradoxal du résultat tient à ce que le cinéaste admet en permanence qu’il ne pourra pas faire mieux que son prédécesseur ; tout au plus apportera-t-il un regard complémentaire. Zombie développe donc ce qui n’était chez Carpenter qu’un trou béant : l’enfance de Michael Myers avant son crime et le moment où il se mure dans le silence, interné à l’hôpital psychiatrique. Idée gonflée : Myers devient une victime mélancolique de sa frustration et de ses instincts criminels. Le mal n’est plus absolu comme chez Carpenter, mais relatif comme dans les précédents films de Zombie. La deuxième moitié, qui reprend presque à l’identique le Halloween original, est évidemment moins stimulante. Mais en trois films, Zombie a démontré qu’il était ce cinéaste respectueux de ses pairs, amoureux du film de genre et désireux de l’élever à nouveau vers les (h)auteurs.Nuit Rob Zombie
À l’Institut Lumière, vendredi 19 décembre.

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Ecrans...

Lundi 5 septembre 2022 Bien qu’il atteigne cette année l’âge de raison avec sa 7e édition, le Festival du film jeune de Lyon demeure fidèle à sa mission en programmant l’émergence des (...)
Mercredi 17 ao?t 2022 Et si Forrest Gump portait un turban et dégustait des golgappas plutôt que des chocolats ? L’idée est audacieuse mais aurait mérité que le réalisateur indien de Laal Singh Chaddha se l’approprie davantage. Si l’intrigue réserve forcement peu de...
Mercredi 11 mai 2022 Alors que son film posthume Plus que jamais réalisé par Emily Atef sera présenté dans la section Un certain regard du 75e festival de Cannes, l’Aquarium (...)
Vendredi 13 mai 2022 Fruit du travail de bénédictin d’un homme seul durant sept années,  Junk Head décrit en stop-motion un futur post-apocalyptique où l’humanité aurait atteint l’immortalité mais perdu le sens (et l’essence) de la vie. Un conte de science-fiction avec...
Mardi 26 avril 2022 Les organisateurs d’On vous ment ont de le sens de l’humour (ou de l’à propos) puisqu’ils ont calé la septième édition de leur festival pile entre la présidentielle et les législatives. Une manière de nous rappeler qu’il ne faut pas tout...
Mardi 26 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers (Ce sentiment de l’été, Amanda…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Mardi 29 mars 2022 Retour sur Deathloop, sorti en septembre 2021 et récemment sacré meilleur jeu vidéo français lors de la troisième cérémonie des Pégases.
Mardi 29 mars 2022 Une compétition de huit films (dont le prometteur I’m your man venu d’Allemagne et l’Espagnol El buen patrón), un Panorama 2022 qui balaie jusqu’en (...)
Mardi 15 mars 2022 S’il y a une date à ne pas oublier, c’est bien celle du vendredi 17 mars à 20h — tant que vous y êtes, ajoutez le lieu, l’Aquarium Ciné-Café — jour où sera (...)
Mardi 1 mars 2022 Pour faire cesser les coups de son mari, une fan de kung-fu s’initie auprès d’un maître. Mabrouk El Mechri signe une proposition culottée (et forcément clivante) mêlant son amour du cinéma de genre à son intérêt pour les personnages déclassés. Un...
Mardi 1 mars 2022 Elle fut la dernière des manifestations d’envergure à se tenir à Lyon avant l’impromptu du premier confinement. Deux ans plus tard, alors que le spectre covidien semble refermer sa funeste parenthèse, Écrans Mixtes s’apprête à ouvrir une très...
Mardi 1 mars 2022 Tant qu’il y aura des livres, il y aura des films — le cinéma aimant autant la littérature qu'Alexandre Dumas l’Histoire. Pour preuve, voyez le soir (...)
Mardi 15 février 2022 Une semaine tout pile avant la cérémonie des César, le Lumière Terreaux propose vendredi 18 février à 20h15 de découvrir les cinq films concourant pour la (...)
Mardi 15 février 2022 Avec un regard de sociologue (et non de militant), Emmanuel Gras suit des Gilets jaunes à Chartres tout au long de leur engagement, signant un document édifiant sur les mécanismes paradoxaux animant n’importe quel groupe. Une étude de cas, une leçon...
Mardi 1 février 2022 Un ancien acteur X retourne dans son Texas natal et navigue entre son ex et une jeune serveuse. Une métaphore douce-amère d’une Amérique vivant dans la dèche, sur sa réputation et l’espoir permanent de se refaire la cerise sur le dos des autres…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !