La Sangre brota

L’Argentin Pablo Fendrick ausculte la destruction d’une famille gangrenée par les non-dits et la recherche frénétique de l’argent, à travers une mise en scène sensorielle débouchant sur une explosion de violence soufflante. Puissant ! Christophe Chabert

Un corps haletant, secoué par des spasmes, comme malmené, filmé en très gros plans donnant de la scène une vision fragmentaire, incompréhensible. Voilà comment débute La Sangre brota, deuxième film de Pablo Fendrick, nouvelle révélation du cinéma argentin après le déjà remarqué El Asaltante. De cette confusion d’images et de sons, le réalisateur diffère donc l’explication : c’est en fait un coït auquel on assistait, entre un ado à la moustache pubère et une fille au regard las. Qui sont-ils ? Là encore, le film ne donne que peu d’indices, et cette stratégie sera celle de Fendrick tout au long de La Sangre brota. Même quand le récit se mettra à suivre d’autres personnages — en fait, les membres d’une famille dont un fils s’est enfui à Houston — rien ne sera jamais clair. On pourrait se dire que Fendrick est un disciple des frères Dardenne : l’argument du film (comment récupérer une somme d’argent pour l’envoyer au fils absent), la caméra à l’épaule proche des acteurs, la manière de concevoir la misère sociale non comme une fatalité, mais comme un engrenage mettant les valeurs morales à l’épreuve, révélant ainsi les pires travers des individus, le laissent supposer. Mais le cinéaste abolit la distance réglementaire (au propre comme un figuré) pour que ces idées soient parfaitement lisibles pour le spectateur. Ici, ce sont les sens, et pas seulement le sens, qui sont sollicités.

Table rase

Autant dire que La Sangre brota est une œuvre exigeante, d’une noirceur absolue, avançant à l’aveugle dans un chaos visuel, sonore et mental qui ne se dissipe que lors d’une explosion de violence tétanisante. Impossible de ne pas comparer, du coup, ce film avec le médiocre Los Bastardos sorti en début d’année. Là où Escalante faisait mariner le spectateur dans le malaise puis lui jetait à la tronche une déflagration gore avant de lui claquer le film au nez, Fendrick choisit le temps réel pour faire ressentir patiemment le quotidien sinistre de ses esclaves frustrés aux ambitions minables, qui ne trouvent rien de mieux que de se détruire les uns les autres plutôt que de se révolter contre ceux qui les avilissent. Les dernières séquences, incroyables d’intensité, où chaque coup marque autant les personnages que le spectateur, sont sans doute ce qu’on a vu de plus fort sur un écran cette année. Cette table rase finale est d’autant plus saisissante qu’elle dissipe toute idée, jusqu’ici caressée, d’amour filial ou fraternel ; en fait, il n’y a que des pantins aux ficelles coupées…

La Sangre brota
De Pablo Fendrick (Arg-Fr-All, 1h40) avec Arturo Goetz, Nahuel Perez Biscayart…

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Ecrans...

Lundi 5 septembre 2022 Bien qu’il atteigne cette année l’âge de raison avec sa 7e édition, le Festival du film jeune de Lyon demeure fidèle à sa mission en programmant l’émergence des (...)
Mercredi 17 ao?t 2022 Et si Forrest Gump portait un turban et dégustait des golgappas plutôt que des chocolats ? L’idée est audacieuse mais aurait mérité que le réalisateur indien de Laal Singh Chaddha se l’approprie davantage. Si l’intrigue réserve forcement peu de...
Mercredi 11 mai 2022 Alors que son film posthume Plus que jamais réalisé par Emily Atef sera présenté dans la section Un certain regard du 75e festival de Cannes, l’Aquarium (...)
Vendredi 13 mai 2022 Fruit du travail de bénédictin d’un homme seul durant sept années,  Junk Head décrit en stop-motion un futur post-apocalyptique où l’humanité aurait atteint l’immortalité mais perdu le sens (et l’essence) de la vie. Un conte de science-fiction avec...
Mardi 26 avril 2022 Les organisateurs d’On vous ment ont de le sens de l’humour (ou de l’à propos) puisqu’ils ont calé la septième édition de leur festival pile entre la présidentielle et les législatives. Une manière de nous rappeler qu’il ne faut pas tout...
Mardi 26 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers (Ce sentiment de l’été, Amanda…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Mardi 29 mars 2022 Retour sur Deathloop, sorti en septembre 2021 et récemment sacré meilleur jeu vidéo français lors de la troisième cérémonie des Pégases.
Mardi 29 mars 2022 Une compétition de huit films (dont le prometteur I’m your man venu d’Allemagne et l’Espagnol El buen patrón), un Panorama 2022 qui balaie jusqu’en (...)
Mardi 15 mars 2022 S’il y a une date à ne pas oublier, c’est bien celle du vendredi 17 mars à 20h — tant que vous y êtes, ajoutez le lieu, l’Aquarium Ciné-Café — jour où sera (...)
Mardi 1 mars 2022 Pour faire cesser les coups de son mari, une fan de kung-fu s’initie auprès d’un maître. Mabrouk El Mechri signe une proposition culottée (et forcément clivante) mêlant son amour du cinéma de genre à son intérêt pour les personnages déclassés. Un...
Mardi 1 mars 2022 Elle fut la dernière des manifestations d’envergure à se tenir à Lyon avant l’impromptu du premier confinement. Deux ans plus tard, alors que le spectre covidien semble refermer sa funeste parenthèse, Écrans Mixtes s’apprête à ouvrir une très...
Mardi 1 mars 2022 Tant qu’il y aura des livres, il y aura des films — le cinéma aimant autant la littérature qu'Alexandre Dumas l’Histoire. Pour preuve, voyez le soir (...)
Mardi 15 février 2022 Une semaine tout pile avant la cérémonie des César, le Lumière Terreaux propose vendredi 18 février à 20h15 de découvrir les cinq films concourant pour la (...)
Mardi 15 février 2022 Avec un regard de sociologue (et non de militant), Emmanuel Gras suit des Gilets jaunes à Chartres tout au long de leur engagement, signant un document édifiant sur les mécanismes paradoxaux animant n’importe quel groupe. Une étude de cas, une leçon...
Mardi 1 février 2022 Un ancien acteur X retourne dans son Texas natal et navigue entre son ex et une jeune serveuse. Une métaphore douce-amère d’une Amérique vivant dans la dèche, sur sa réputation et l’espoir permanent de se refaire la cerise sur le dos des autres…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !