Classe sup'

Massacre à Paris

Théâtre de l'Élysée

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Pétaradante, précise et inventive, la nouvelle promotion du Conservatoire présente le très casse-gueule et ambitieux "Massacre à Paris", mis en scène par un Laurent Brethome plus convaincant que jamais. Nadja Pobel

Au commencement était le COP-spé, acronyme barbare désignant le Cycle d’Orientation Professionnelle spécialisée du Conservatoire de Lyon, une classe unique en son genre. Le comédien Philippe Sire l’a imaginée il y a de cela huit ans pour des élèves qui envisagent un avenir professionnel dans le spectacle vivant. Les précédentes promotions ont accouché de La Meute, du collectif Bis – deux des toutes meilleures compagnies actuelles en Rhône-Alpes – et d’un groupe adoubé et embauché par Gwenael Morin dans son Théâtre du Point du jour. C’est dire la pression qui repose sur les épaules des douze étudiants actuels à l’heure de faire leurs premières preuves. Pari réussi haut la main cette semaine au Théâtre de l’Elysée.

Non contents d’être attendus au tournant, ils devaient en plus recevoir en héritage un texte marqué à tout jamais du sceau de Patrice Chéreau qui, tout jeune, l'a mis en scène pour l'ouverture du TNP à Villeurbanne au printemps 1972 - les images de la scénographie expressionniste et démesurée de Richard Peduzzi ornent encore les murs du théâtre. Potentiellement encombrante, l’ombre du maître n’a pas effrayé la juvénile équipe, les élèves endossant avec fluidité, et sans que la compréhension n’en souffre, les vingt-trois rôles imaginés par Christopher Marlowe - sans compter les morts.

Pour parvenir à faire exister ce carnage sur le petit plateau de l'Elysée, Laurent Brethome, connu pour son théâtre cash et agité, utilise toutes les trappes de ce petit et néanmoins très modulable plateau, revoie la configuration du rapport scène/salle à la pause (on passe du bi-frontal au frontal), imagine lors du massacre une pluie de chaussures comme autant de victimes qui tombent avec fracas sur la musique composée par Jean-Baptiste Cognet (La Meute encore) et Johan Boutin, inventant des codes répétitifs comme autant de marqueurs destinés à désamorcer lourdeurs et démonstrations trop appuyées (un crachat chorale à chaque prononciation du nom du duc de Guise, un bruit de lame pour chaque personnage mort…). De prime abord étranges ou artificielles, ces virgules deviennent cohérentes à mesure qu'elles aèrent le texte, laissant du même couper s’exprimer des acteurs qui ne sont dès lors plus obligés de se concentrer sur l’aspect didactique du récit (où il est question du déroulement historique de la Nuit de la Saint-Barthélemy et des bisbilles entre Guise et le royaume de France). Au contraire, ils en prennent pleinement possession.

On purge le théâtre

Chaque acteur y trouve son compte, les rôles principaux (comme Thomas Rortais, révélé par Michel Raskine dans son récent et impeccable Triomphe de l’amour) comme les plus petits, les femmes incarnant et rendant crédibles indifféremment des hommes et vice-versa, sans que cela ne pose le moindre problème de réception du message. Sans doute car ce choix de distribution n’est pas intentionnel. Nulle malice en effet à mettre de la féminité dans le personnage du duc d’Anjou ou de la masculinité dans celui de la vieille reine de Navarre.

Paradoxalement, il y a dans ce spectacle tous les travers souvent associés à une jeune troupe qui débute : de la musique (magnifique chanson de Badalamenti version Twin Peaks interprétée par la Reine Margot/Mathilde Mennetrier), de la nudité (un court moment), des cris, des dialogues un peu trop dans les aigus, du sang. Bref, il serait facile d'accuser Brethome de jeunisme. Mais là encore, tout se tient. Car il n’était pas nécessaire de brider la vitalité de ces élèves (qui en ont manifestement à revendre), seulement de la canaliser, sans leur ôter leurs modes d’expression. In fine - et c’est bien la finalité de l'ensemble – ils servent le texte et seulement le texte, ne s’appesantissant pas sur les cadavres ou dépeignant la cour royale comme un monde de hipsters écervelés,  totalement irresponsables et tout entiers tournés vers l’hédonisme, l’égoïsme et le désir constant de vengeance. La résonance avec ce qui se passe en ce moment dans une classe politique française peopolisée, adepte des petits meurtres entre amis, est édifiante. Tout comme ces massacres à la chaîne font douloureusement écho aux tragédies syrienne/vénézuélienne/ukrainienne...

Rien de que très normal, à cette aune, à ce que cette troupe aille bientôt présenter ce travail au Festival des Ecoles supérieures de théâtre, alors que le Conservatoire n’en est pas une ! La pièce passera aussi par la ville où est installée la compagnie de Laurent Brethome (Le Menteur Volontaire), La Roche-sur-Yon, cet été au festival Esquisses.

Il en est peut-être des promos du "Cons’" comme des générations de l’équipe de France de handball. Chacune fait aussi bien que la précédente. Tâchons simplement de leur trouver des surnoms moins idiots que les Bronzés-Barjots-Costauds-Experts.

Massacre à paris
Au Théâtre de l’Elysée, jusqu’au samedi 15 mars

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 20 septembre 2022 Dominique Blanc reprend, avec Thierry Thieû Niang, le texte déchirant de Duras dans lequel Patrice Chéreau la dirigeait en 2008. Un intense moment de théâtre porté par des artistes majeurs.
Lundi 5 septembre 2022 Cocher dix cases parmi des centaines. Voici dix spectacles à voir cette saison dans presque autant de salles. Des émotions déjà ressenties que l’on veut retrouver. Des découvertes que l’on attend en trépignant.
Lundi 5 septembre 2022 Impossible d’attaquer la saison 2022-23 sans regarder dans le rétroviseur de la saison précédente qui a permis de constater que les spectateurs ne sont pas tous revenus dans les salles et encore moins démultipliés face à l’offre exponentielle. De...
Lundi 22 janvier 2018 Elle « avance vers nous depuis sa nuit » et Laurent Brethome lui rend la lumière. Margot, adapté de Marlowe, est la pièce avec laquelle le metteur en scène synthétise tout ce qu'il a approché jusque-là : un goût assumé du spectacle au profit d'un...
Mardi 9 janvier 2018 C'est sa pièce totale. Seize comédiens pour environ soixante rôles. Laurent Brethome a créé Margot en novembre, après l'avoir déjà esquissé en 2014 avec les (...)
Mardi 25 avril 2017 La promo du Conservatoire de Lyon s'empare cette semaine de quatre Molière en tirant leurs rôles au sort. Qu'est-ce que ce théâtre fleuve ?
Mardi 27 octobre 2015 Tendre et cruel, fourmillant d’inventions, le "Riquet" version Laurent Brethome est un conte pour petits et grands bouleversant de sincérité et de foi en la force naïve et sublime de l’art théâtral. Après avoir ouvert le In d’Avignon, le voici au...
Mardi 8 septembre 2015 Si vous les avez raté, un rattrapage s’impose. D'abord Bigre! (Croix-Rousse, 29 septembre au 3 octobre), hilarante comédie sans (...)
Mercredi 9 septembre 2015 Des spectacles à venir, "Riquet" (délesté de sa houppe) est sans conteste le plus émouvant et le plus abouti. Retour sur ce travail de Laurent Brethome qui passera par le Toboggan et tour d’horizon des propositions jeune public de la saison. Nadja...
Mardi 2 juin 2015 Si La Meute existe, c'est grâce au Conservatoire régional de Lyon, où les membres du collectif se sont trouvés. Le responsable et initiateur de cette formation, Philippe Sire, revient pour nous sur ce projet pédagogique peu commun.
Mardi 7 octobre 2014 On l’avait laissé ce printemps avec un épatant travail avec les élèves du Conservatoire de Lyon ("Massacre à Paris"), revoici Laurent Brethome qui rend aux "Fourberies de Scapin" leur noirceur, nous entraînant dans les bas-fonds portuaires armé...
Mardi 11 mars 2014 C’est une date qui compte dans l’histoire du théâtre : en mai 1972, en montant Massacre à Paris, texte de Christopher Marlowe ancré dans la nuit de la (...)
Lundi 7 octobre 2013 Metteur en scène majeur du théâtre français de ces quarante dernières années et figure marquante du TNP, Patrice Chéreau s’est éteint ce lundi à 68 ans des suites d’un cancer du poumon. Retour - forcément trop bref - sur la carrière et l’œuvre de...
Lundi 12 mars 2012 D’un texte de Koltès, tortueux et rude, Romain Duris fait un spectacle puissant grâce à son talent plus grand encore qu’imaginé. Pour sa première apparition au théâtre, il prouve qu’il a toute sa place sur les planches. Nadja Pobel
Vendredi 18 novembre 2011 Théâtre / «Toute l’invention consiste à faire quelque chose de rien» écrivait Racine à propos de Bérénice, où le sang ne coule pas et où l’action est réduite à la (...)
Vendredi 4 novembre 2011 Story / Ce n’est pas une superstition qui se cache derrière le 11.11.11, date de réouverture du TNP de Villeurbanne, mais un hommage à son passé : le lieu a été inauguré le 11 novembre 1920 au Trocadéro, à Paris. Depuis 1972, l’un des plus...
Lundi 10 janvier 2011 Théâtre / Laurent Brethome propose son premier grand classique au Théâtre de Villefranche-sur-Saône, Bérénice. «Une leçon d’humilité», pour le jeune metteur en scène. Dorotée Aznar
Jeudi 2 décembre 2010 Entretien / Laurent Brethome et Philippe Sire de la Compagnie Le menteur volontaire se présentent en duo pour succéder à Philippe Faure. Propos recueillis par DA
Mercredi 3 mars 2010 Théâtre / Nous sommes chez Job, un riche homme d’affaires. Le festin s’achève à peine que les messagers se succèdent pour annoncer à Job une succession de (...)
Mercredi 3 mars 2010 Entretien / Laurent Brethome fait partie de ces jeunes metteurs en scène talentueux qui délivrent un véritable discours d’artiste sur leur travail. Rencontre. Propos recueillis par Aurélien Martinez
Mercredi 2 décembre 2009 Passée son introduction intrigante, 'Persécution' fait figure de ratage pour un Patrice Chéreau enfermé comme ses personnages dans une logorrhée sur les impasses de l’amour, filmée avec un volontarisme irritant. Christophe Chabert
Mercredi 2 septembre 2009 Henry Fourès a été remplacé à la tête du Conservatoire national supérieur musique et danse de Lyon, le premier septembre. Le nouveau directeur, Géry Moutier, (...)
Vendredi 20 février 2009 Théâtre / En re-création, On purge bébé s’autorise un ravalement de façade et un coup de jeune pour prouver que Feydeau n’a pas sombré dans la naphtaline du théâtre de grand-mère. Nadja Pobel
Mercredi 5 octobre 2005 Théâtre & Cinéma / Après un été lyrique à Aix-en-Provence, Patrice Chéreau revient au cinéma avec Gabrielle, son 9e film, et repart en tournée pour lire Guibert et Dostoievski. Et si, derrière l'homme de scène devenu cinéaste, se cachait un...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X