Baroque latin

Le contre-ténor Philippe Jaroussky et sa complice de toujours Christina Pluhar ont tricoté pour le Festival de Musique baroque de Lyon une soirée détonante où les musiques anciennes et celles d’Amérique latine s’emmêlent : attention aux oreilles et à tout organe lié à l’émotion. Pascale Clavel

Lorsque l’on se permet de mettre ensemble, dans un même lieu et pour un même projet musical, l’hypnotique Philippe Jaroussky et la talentueuse directrice musicale de l’Arpeggiata Christina Pluhar, il faut s’attendre à tout. Chaque fois, on s’y laisse prendre, chaque fois, on y retourne pour vérifier et chaque fois on est comme emporté par tant d’incroyables moments vécus. Entre ces deux artistes-là, c’est une belle histoire, une collaboration indéfectible depuis 2005. Presque en confidence, Christina Pluhar se livre : «Philippe n’est pas seulement un chanteur, c’est un artiste qui s’investit énormément, qui est très à l’écoute, très réactif. Nous avons un réel plaisir à nous retrouver sur scène.» Un duo qui propose des projets hors du commun, aux esthétiques variées et surprenantes. Il faut souligner également le formidable travail de l’Ensemble instrumental L’Arpeggiata. Depuis sa création en 2000, l’ensemble explore des ambiances musicales méconnues, un répertoire pioché chez des compositeurs napolitains, français ou espagnols du début de l’ère baroque.

Ça va être chaud

L’Arpeggiata et Christina Pluhar recherchent sans fin, improvisent et offrent à un public de plus en plus nombreux des moments rares où la musique baroque s’emmêle aux musiques traditionnelles comme au jazz. Grand écart pour ce programme au Festival de Musique baroque : entre musiques sud-américaines et œuvres de Monteverdi, ce sont des mélodies colorées qui sont mises en lumière, des compositeurs baroques qui sont installés dans des écrins musicaux aux rythmes sensuels et endiablés. Philippe Jaroussky, Christina Pluhar et l’Arpeggiata ont ce parti pris constant : s'emparer d'une partition originale, la décaler par une orchestration improbable puis la magnifier par une interprétation dont eux seuls ont le secret. La veille du concert, sort leur nouveau CD Los Pajaros perdidos et, bien sûr, le public lyonnais va pouvoir entendre, comme en avant première, des extraits de ce projet artistique aux accents chauds et enivrants. On y entend des musiques traditionnelles et baroques du Chili, d’Argentine, du Venezuela ou encore des œuvres de Piazzola et de Ramirez, entre musique savante et populaire, entre luth et charango ; le trop plein d'émotions est à craindre. Un programme conçu comme un feu d’artifice où plaisir et bonheur seront au rendez-vous.

De Monteverdi à Piazzola
à la Chapelle de la Trinité mardi 24 janvier

à lire aussi

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 25 avril 2022 Toujours curieux et singulier, le festival Superspectives accueille cette année quelques grands noms de la musique contemporaine et expérimentale : Gavin Bryars, Alvin Curran, Charlemagne Palestine…
Mardi 26 avril 2022 Il est libre, Iggy Pop. Bon, y en a quand même pas qui disent qu'ils l'ont vu voler, mais continuer de se trémousser torse-poils devant (...)
Mardi 29 mars 2022 Alors qu'il remonte sur scène pour présenter son dernier objet d'artisanat, La Vraie vie de Buck John, Jean-Louis Murat est l'objet d'une belle rétrospective menée par l'agence musicale lyonnaise Stardust et une vingtaine d'artistes aurhalpins.
Mardi 29 mars 2022 Un peu plus de deux ans après la tournée de Reward, la Galloise Cate le Bon est de retour sur une scène lyonnaise. Avec Pompeii, un album tout en minimalisme pop, composé et enregistré durant le grand confinement, et qui plonge dans la torpeur tout...
Mardi 1 mars 2022 Événement du côté du Ninkasi avec la venue du commandant en chef de feu Sonic Youth, qui depuis la séparation du groupe phare de l'indie rock américain multiplie les saillies solo comme pour mieux combler et dérouter ses fans éplorés.
Mardi 1 mars 2022 2021 aura été l'année de l'avènement pour Tedax Max. Douze mois pour sortir trois albums et se hisser au premier plan de la scène rap locale. Avant son passage du côté de Vénissieux à Bizarre!, le vendredi 18 mars, on a échangé...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X